Cinéma

Zatoichi

Réalisateur : Takeshi Kitano
Durée : 1h51min. Français
Adhérents
(3,6 4 votants)
A consulter dans le cadre de votre forfait.
Après la première consultation, ce document peut être consulté pendant 48 heures
 

Résumé

Au Japon, au XIXe siècle, Zatoichi est un voyageur aveugle gagnant sa vie comme joueur professionnel et masseur. Mais derrière son humble apparence, il est un redoutable combattant, rapide comme l'éclair et dont les coups s'avèrent d'une stupéfiante précision.

Alors qu'il traverse la montagne, il découvre une petite ville entièrement sous la coupe d'un gang. Son chef, Ginzo, se débarasse de tous ceux qui osent se dresser sur son chemin, d'autant plus efficacement qu'il a engagé un redoutable samouraï ronin, Hattori.Dans un tripot, Zatoichi rencontre deux geishas, aussi dangereuses que belles. Okinu et sa soeur Osei vont de ville en ville à la recherche du meurtrier de leurs parents. Elles possèdent pour seul indice un nom mystérieux : Kuchinawa.Dès que les hommes de main de Ginzo croisent Zatoichi, l'affrontement est inévitable et sa légendaire canne-épée rentre en action.

Mots-clés

Genre
 
Editeur / Distributeur
Office Kitano
 
Pays
Japon
 
Année
2003
 
Mis en ligne
23/02/2011
 
Casting
Takeshi Kitano - Réalisateur
Yui Natsukawa - Comédienne
Takeshi Kitano - Comédien
Tadanobu Asano - Comédien
Keiichi Suzuki - Compositeur
 
Distinctions

2003

Festival de Venise : Lion d'argent, Meilleur réalisateur, Prix du public

 
Critiques

(...) Kitano a rarement paru aussi libre, associant scènes de sabre et moments comiques, les confondant parfois, avec une virtuosité folle, qui le conduit à tout se permettre, jusqu'à faire exécuter des claquettes aux paysans dans la rizière (...). "Zatoichi" offre deux heures d'un plaisir jubilatoire rare. Le Nouvel Observateur

(...) Kitano transpose, dans un genre nouveau pour lui, la virtuosité dont il avait fait preuve dans ses films de yakuzas (...) exercice sanglant et ludique, qui mêle d'éblouissantes scènes de combat à des rythmes de comédie musicale, tout en développant une fable sur la tromperie des apparences (...) Positif

Dans une oeuvre qui a très tôt atteint les sommets (Jugatsu, en 1990, sans doute son meilleur film), un tel glissement de la souffrance vers le souterrain et l'invisible fait affleurer, par un effet de vases communicants, une mélancolie neuve, intacte et silencieuse. Zatoichi ne fait que la murmurer, mais si Kitano s'y abandonne (...), il pourrait bien revenir auprès de lui-même et grandir encore. Les cahiers du cinéma

 
Catégorie
Long-métrage
 
Niveau scolaire
Lycée
 
Récompenses
Festivals Internationaux
 
Cette fonction est inactive en démo.