Cinéma

La guerre est déclarée

Réalisatrice : Valérie Donzelli
Durée : 1h36min. Français
Adhérents
(4,4 4 votants)
A consulter dans le cadre de votre forfait.
Après la première consultation, ce document peut être consulté pendant 48 heures
 

Résumé

Un couple, Roméo et Juliette. Un enfant, Adam. Un combat, la maladie.

Et surtout, une grande histoire d'amour, la leur...

Genre
 
Editeur / Distributeur
Chaya films
 
Pays
France
 
Année
2010
 
Casting
Valérie Donzelli - Réalisatrice
Valérie Donzelli - Comédienne
Elina Löwensohn - Comédienne
Michèle Moretti - Comédienne
Anne Le Ny - Comédienne
Jérémie Elkaïm - Comédien
César Desseix - Comédien
Gabriel Elkaïm - Comédien
Valérie Donzelli - Scénariste
Jérémie Elkaïm - Scénariste
 
Distinctions

2011 :

Festival de Cannes : Sélection officielle, Semaine de la Critique

Festival de Paris : Prix du Public & Prix du Jury

 
Critiques

"La guerre est déclarée" est un grand film d'amour et un grand film sur l'amour. Il emporte tout sur son passage parce que son sujet (la maladie) n'est précisément pas son problème, seulement la pierre de touche des sentiments. Les Cahiers du cinéma

La première humilité, peut-être, le premier talent, sans doute, de Valérie Donzelli est celui de raconter un épisode douloureux de son existence sans considérer que ce dernier soit en lui-même un objet cinématographique. Critikat.com

"La guerre est déclarée" ne cache pas que c'est une oeuvre autobiographie, et, pourtant, sa mise en scène et sa stylisation en font un film de fiction. Musical, il chante et galope dans les couloirs des hôpitaux. Comique, il fait rire. ELLE

La légèreté fantasque des chansons, des gags incongrus, y compris dans les moments les plus noirs, des cassures de rythme, maintiennent le film sur le terrain d'une poésie enchantée ouvertement héritière de Jacques Demy. Des artifices formels déréalisent le récit alors qu'une hyperprécision dans les détails l'inscrit dans un environnement quasi documentaire. Le Monde

Fraîcheur du regard, audace de la démarche, l'actrice-réalisatrice évite les écueils (pathos, ridicule...), noie son film de musique — la bande originale va du générique de Radioscopie à Vivaldi, sans parler des personnages qui poussent une chansonnette signée Biolay —, transforme la course affolée d'une mère en chorégraphie. Bref elle n'en fait qu'à sa tête. Bravo ! Le Parisien

Dans le paysage "névrogène" et bien rangé du cinéma français, [le film] secoue, réveille, se démène de toutes ses forces, hurle à la mort et rit à la joie. Libération

 

 
Catégorie
Long-métrage
 
Niveau scolaire
Lycée
 
Récompenses
Festivals Internationaux
 
Cette fonction est inactive en démo.