Savoirs

Du rite au soin : toilette et guérissage à Joal (Sénégal, décembre 1997)

Durée : 29min.
Ce document est en accès libre.
 

Résumé

À Joal, dans une petite concession très pauvre d'un quartier inondable habité par une veuve, deux de ses enfants et petits enfants, nous assistons à la toilette matinale et au petit déjeuner des neveux et nièce de Aliou, Henri Diouf, un jeune homme sérer, musicien, récupérateur à ses heures, collaborateur de l'anthropologue, fiancé-époux d'une jeune femme avec laquelle il ne réussit pas à avoir un enfant.Tandis que la maman des enfants prépare le petit déjeuner, la grand mère berce le nouveau né.  La caméra suit attentivement les comportements de la fillette de 2-3 ans, qui du fait de l'arrivée de son petit frère n'est plus le centre de l'attention générale et qui, peu souriante, pleurniche facilement (cf. chap. Toilette et petit déjeuner des neveux de Aliou Henri Diouf). La maman des enfants effectue la toilette complète du nouveau né, puis le masse au beurre de karité, plutôt maladroitement,  sous les regards attentifs de la grand mère et de ses deux autres enfants (cf. chap Toilette et massage du nouveau né).Après un entretien intime avec son épouse (cf chap. Déclaration d'amour d'A. H. Diouf à son épouse), A. H. Diouf se rend au domicile du tradipraticien sérer Guedj Diop "diminue"  qui le soigne depuis un moment pour un traumatisme du bras droit et aussi pour garantir sa chance, la réussite de ses projets, notamment la fécondité avec sa fiancée-épouse (cf. chap Arrivée chez Guedj Diop diminue, tradipraticien sérer)La consultation et les frais annexes sont réglés par le chercheur, notamment une bouteille d'alcool ingérée d'un trait  par le devin-guérisseur pour obtenir un état de conscience modifié  lui permettant de communiquer avec ses génies alliés, ses pangols, et à les amener à agir pour le bénéfice du client A. H. Diouf.Les différentes phases du traitement sont entrecoupées de récitations de paroles de G. Diop dans un langue secrète, d'exhibitions d'amulettes, de démonstration de son invulnérabilité aux coups de couteau (cf. chap Démonstration de blindage au couteau) , d'autoproclamations de ses pouvoirs et de son importance, et de son désir de les transmettre à son dernier né garçon, présent dans les bras de sa mère (cf. chap Dernière partie de la consultation). Leur caractère ostentatoire est renforcé par l'ivresse et la présence du chercheur et de sa caméra.L la thérapie d'A. H. Diouf comprend trois phases : des massages et récitations du bras droit traumatisé (cf. chap Début du traitement de A. H. Diouf par récitations et massage),  des massages et récitations sur la tête et le torse (cf. chap Poursuite des récitations et massages sur la tête et le torse d'A. H. D.), des ablutions complètes avec le contenant de certains canaris de l'enclos consacré aux pangols par G. Diop, attenant à sa maison (cf. chap Ablutions d'A. H. Diouf avec le contenant des canaris consacrés aux pangols, génies sérers).Acteurs, par ordre d'apparitionMageth Sène, le nouveau néDiuma Ning, la filletteAbdoulaye Ning, le garçonMadeleine Ndey Diouf, la maman des enfants et soeur d'Aliou Henri DioufNdella Sène, la grand mèreAliou Henri Diouf (A. H. Diouf), collaborateur de l'anthropologue, consultant du tradipraticienSokhna Lamé, sa fiancée-épouseGuedj Diop"diminue", tradipraticien sérerSon épouse et leur fils Djegan DiopCaméraAlain EpelboinMontage-et réalisationAlain Epelboin et Didier BocletAssistants de rechercheBabacar DioufAliou Henri Diouf
Genre
 
Editeur / Distributeur
Université de tous les savoirs
 
Année
1997
 
Mis en ligne
25/12/1997
 
Cette fonction est inactive en démo.