Savoirs

Bande annonce: Une nuit au Caire avec le maître Ahmed Wahdan, Musiques et ambiances urbaines

Durée : 01min56. Français
Ce document est en accès libre.
 

Résumé

Une nuit au Caire, avec le maître Ahmad Wahdan
(chant, luth arabe et accordéon)
Musiques et ambiances urbaines
Une proprosition de Vincent Battesti & Nicolas Puig, 2016 
L’artiste
Ahmed Wahdan est un artiste populaire égyptien et l'un des derniers représentants de
l'école de l'Avenue Mohamed Ali au Caire. Cette avenue — longtemps prestigieux centre de
la musique en Égypte — est désormais fréquentée par des chanteurs et des instrumentistes
issus des quartiers populaires environnants. Il s’agit de musiciens non-académiques et la
plupart du temps non lecteurs. Ils exercent dans les mariages populaires, les soirées privées
ou encore les muled (fêtes de saint dans le tissu urbain ancien).

Ahmad Wahdan s’ancre dans une tradition urbaine et est dépositaire d'un important répertoire de
chansons des années vingt (Hatgann, le second morceau du film) jusqu'aux années soixante-dix, chansons qu'il interprète en s'accompagnant au ‘oud (luth arabe) et à l’accordéon (acclimaté depuis des décennies à la musique arabe et ses quarts de ton). Il écrit et compose
aussi ses chansons (‘atshan ya nour, le premier morceau du film). 

La mise en scène

Un musicien plutôt âgé, avec son luth et son accordéon, accompagné d’un percussionniste font face
au public. Ils ne sont pas vraiment sur une scène, mais assis comme dans un café. L’ambiance sonore
du Caire, diffusé sur les enceintes, emplit l’espace, nous transporte là-bas, en Égypte. L’intensité de
cette ambiance varient et laisse toujours au premier plan la voix du maître. Ahmad chante, la voix
brûlante du Caire. Derrière lui et son percussionniste, des images de la ville défilent, mélanges de
photographies, de vidéos et de vieux films (montage Vincent Battesti). Durant une heure et demie, Ahmad chante, mais aussi
parle et raconte son Caire (nous traduirons en français). Le montage sonore qui l’accompagne — des
ambiances « longues » auxquelles sont cousues en live [avec le logiciel Live Ableton, par Vincent Battesti] des évènements
sonores qui signent l’espace urbain égyptien — restitue les ambiances sonores du Caire, des plus
ordinaires (oiseaux et traffic, appels à la prière et voix, marchands et enfants) aux sonorités électriques et sur-amplifiées des fêtes de mariage et des cérémonies de louange à Dieu et à son prophète.
La musique et les sons s’entrelacent subtilement tout au long d’une promenade dans la nuit du Caire
où le chanteur et son percussionniste nous délivrent le vieux répertoire des chansons urbaines, présence vivante d’un âge d’or égyptien. 

Une édition de ce concert/évènement a eu lieu le 10 juin 2017, pendant une soirée de ramadan à Paris, à l'Institut des cultures d'islam, organisé par Vincent Battesti & Nicolas Puig.