Cinéma

  • «
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • »

Amina Asseta Chaïma Sarah Samira Samia Nafaathi - Mon Atelier Atelier musique urbaine du collège Jean Moulin (Plaine Commune)

Plaine commune

03min43

Atelier musique urbaine du collège Jean Moulin (Plaine Commune)

Samira - Mystère Atelier musique urbaine du collège Jean Moulin (Plaine Commune)

Plaine commune

04min37

Atelier musique urbaine du collège Jean Moulin (Plaine Commune)

Amina Sarah Chaïma - Ma Famille Atelier musique urbaine du collège Jean Moulin (Plaine Commune)

03min04

Atelier musique urbaine du collège Jean Moulin (Plaine Commune)

Diaporama musical Médiathèque du Temps Libre, Stains (Plaine Commune)

Plaine commune

11min29

La ville est sédimentée par son histoire : transformation du bâti, transformation des usages.

La vie en ligne droite Jacques Duclos, Pierrefitte-sur-Seine (Plaine Commune)

Plaine commune

08min11

La route nationale 1 coupe la ville de Pierrefitte en deux et relie la ville, aux communes de Saint-Denis et de Sarcelle. Actuellement en traveaux pour la mise en place d'un futur tramway, elle suscite de vives difficultés pour ses habitants. Au-dela des désagréments quotidiens, cette route force le passage de "Petra Ficta" (pierre fichée), Pierrefitte, et interdit une certaine centralité pour ses habitants. A travers une recherche iconographique sur l'histoire de cette route et du recueil de la parole de ses habitants, l'atelier vidéo et sonore se propose d'interroger les notions de frontière et de lien, tant dans la ville que dans nos têtes. 

Destruction construction évolution Colette, Epinay-sur-Seine (Plaine Commune)

Plaine commune

06min08

Atelier photo:Le chantier transforme la ville, il en change son « visage », le « défigure » temporairement pour produire un nouveau paysage. L’atelier propose de retrouver et mettre en valeur la beauté du chantier qui transforme la ville d’Epinay, pour se l’approprier et l’intégrer dans nos conceptions esthétiques. Pour trouver cette esthétique, on jouera avec les couleurs, les géométries qu’offre le chantier en les associant au corps mis en jeu dans le cadre comme élément graphique.Atelier musique: A travers l’appropriation d’objets sonores (au sens défini par Pierre Schaeffer, inventeur de la musique électroacoustique) qui composent le chantier (matériaux de construction, ambiance etc…), l’atelier propose de réaliser des séquences de jeu, d’équilibre, de déséquilibre, d’espace (urbain et sonore), de durée (pérennité, éphémérité d’un équilibre), pour créer une pièce musicale.

Cocktails Don Quichotte, Saint-Denis (Plaine Commune)

Plaine commune

05min05

Les relations entre filles et garçons ne sont ni roses, ni bleues. L’atelier propose de se réapproprier les clichés sur les filles et garçons à partir de situations concrètes du quotidien. Par le découpage d’images, des êtres imaginaires prennent forme. Le cinéma d’animation permet de leur donner vie pour inventer des histoires délirantes où le quotidien est réinventé.

Le goût du froufrou (les coulisses) Médiathèque Saint-Just, Stains (Plaine Commune)

Plaine commune

03min00

Certains se souviennent du Stains d’antan, de son bistro « Le comptoir français », de sa petite boutique rose où l’on venait s’approvisionner en confiseries, de ses cinémas, du « Familistère », de la librairie « chez Popo ». En s’appuyant sur des archives iconographiques et le souvenir de quelques anciens recueillis par des collégiens, il s’agit d’affleurer la ville et son passé selon un parcours choisi. Les jeunes participants, partant à la recherche de traces d’histoire gravées dans la pierre, se révèlent plus que de simples collecteurs. Adoptant la parole entendue et transmise, ils plongent dans le passé et incarnent le récit des anciens sur un mode personnel à mi-chemin entre réel et imaginaire.

Le goût du froufrou Médiathèque Saint-Just, Stains (Plaine Commune)

Plaine commune

07min34

Certains se souviennent du Stains d’antan, de son bistro « Le comptoir français », de sa petite boutique rose où l’on venait s’approvisionner en confiseries, de ses cinémas, du « Familistère », de la librairie « chez Popo ». En s’appuyant sur des archives iconographiques et le souvenir de quelques anciens recueillis par des collégiens, il s’agit d’affleurer la ville et son passé selon un parcours choisi. Les jeunes participants, partant à la recherche de traces d’histoire gravées dans la pierre, se révèlent plus que de simples collecteurs. Adoptant la parole entendue et transmise, ils plongent dans le passé et incarnent le récit des anciens sur un mode personnel à mi-chemin entre réel et imaginaire.

Antoinette et les coquelicots Médiathèque John Lennon, La Courneuve (Plaine Commune)

Plaine commune

03min25

Dans une rue, devant une façade, un immeuble, à l’embranchement d’un carrefour, sur un banc, il y a toujours une histoire née d’une rencontre, d’une réflexion, d’un moment partagé ou d’une habitude. Des plans fixes choisis dans la ville, vécus et filmés comme des paysages, donnent lieu à des histoires singulières
  • «
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • »