Livres

  • Genres Divers
  • «
  • 1
  • 2
  • 3
  • »

Le Silence des albatros

Eric Beauvilain

278 pages.Décider à 8 ans de partir à la voile à travers les océans. Décider à l'adolescence de construire son propre voilier pour qu'aboutisse le rêve. Hisser les voiles à 24 ans pour plus de vingt ans de navigation. Ce livre retrace douze années d'aventures, réalisées en partie en solitaire avec très peu de moyens, sur les océans Atlantique et Pacifique, de France en Polynésie, de Tahiti au cap Horn puis à la Terre de Feu. Péripéties maritimes (et même terrestres, à travers la jungle guyanaise), humour, sensibilité et parfois coups de gueule en sont les ingrédients. Embarquez, nous larguons les amarres !

Jean-Luc, jeune et chômeur

Bernard Salvatori

202 pages.C'est ici un roman social dont l'action se situe en 1977, dans une cité du nord de Marseille. Vue depuis 2014, la situation, décrite par la vie des personnages sur une courte période de dix jours, montre que, trois ans après le premier choc pétrolier, les souffrances de la société française actuelle se trouvaient déjà en germe, voire étaient suffisamment développées pour annoncer le drame fort inquiétant de nos grandes banlieues. La distance d'observation créée par un écart de trente-sept ans devrait permettre – en tout cas telle est l'intention originelle de l'auteur – de réfléchir sans passion à la situation contemporaine. Le tout fait ressortir les insuffisances du monde politique en général face à un défi majeur, sans aucune prétention à donner des leçons à qui que ce soit en particulier, sauf une critique modérée de la politique urbaine de la ville de Marseille depuis les années cinquante jusqu'aux années soixante-dix. Au milieu de tant de misères, mais dans la splendeur géographique sans égale de la cité phocéenne, la beauté et l'optimisme de l'éternelle jeunesse ne perdent aucun de leurs droits. Et Jean-Luc est un héros attachant.

A l'école de la République

Francine Renoult

110 pages.Françoise revient sur son enfance, celle heureuse mais courte avec sa mère à Paris, puis celle triste car sans affection et très solitaire, dans le sud-ouest. Elle est placée dans un foyer d'accueil composé uniquement d'une femme âgée et acariâtre. Heureusement, elle va rencontrer un instituteur qui a une haute opinion de son métier. En 1958, il lance l'idée d'un journal qui va vivre jusqu'en 1962. De nombreux passages écrits par les élèves sont repris dans cet ouvrage et témoignent de la vie d'une école primaire rurale à cette époque et des méthodes éducatives de ce maître qui s'intéressait à tous les enfants de sa classe, même aux plus défavorisés. Ces méthodes étaient variées, allant du cinéma aux voyages, aux sports, au jardinage... Françoise souffre dans son foyer où l'inconfort règne, mais s'épanouit tous les jours à l'école et elle va réussir ses études et se construire un bel avenir. Elle va aussi découvrir son père... plus tard.

Cicatrice

Bastien

156 pages.Faut-il être fou pour lire ce scénario ? Non. Faut-il être fou pour l'avoir écrit ? Oui. Peut-on devenir fou après l'avoir lu ? Peut-être ! Pourquoi ? À vous de le dire ! Bastien nous raconte par ce roman la descente aux enfers d'un inspecteur de la crim jusqu'ici sans problème. Mais dont la vie va être bouleversée par un psychopathe sanglant et sans âme. Non content de laisser des messages sur les lieux de ses crimes signés « Rudy », qui était le prénom du petit frère de Nathan décédé quand ils étaient enfants, il va s'en prendre à son entourage et faire de son existence une géhenne. Va alors s'installer un combat psychologique entre les deux hommes où la guerre des nerfs va être le nerf de la guerre !

Le Che de Banancabougou

Nicole Malandain

156 pages.Banacabougou est un quartier périphérique de Bamako où Helena, responsable d'une ONG, s'installe, entourée d'une équipe de jeunes artisans maliens spécialisés dans la confection du bogolan. Nous sommes dans la première décennie des années 2000. Une histoire romanesque (mais pas seulement) prend naissance entre l'héroïne et l'un des jeunes Maliens. Dans l'atmosphère trouble de la Françafrique, leur relation se verra vite confrontée au contexte géopolitique. Le récit évolue de la capitale du Mali vers les villes du grand fleuve Niger : Ségou, Mopti, jusqu'au pays dogon où les forces surnaturelles entrent en résonance avec celles, bien terrestres, des hommes des katibas. Un roman qui touche à la socio-économie du Mali, s'interroge sur la nature de l'aide au développement, mais illustre en même temps les rapports ambigus entre une Occidentale et un jeune Africain.

Beñat vous salue bien

Marcout Bernard

140 pages.- Nom ? - Amiot. - Prénom ? - Julien. - Profession ? - Enquêteur. - Enquêtes de quoi ? - Cherchez. - Je répète : enquêtes de quoi ? - Je cherche. - Vous cherchez quoi ? - Ce que je trouve.

Un beau rêve de Lune

Couston Elie

92 pages.À Sérignan-du-Comtat, village de Provence, un soir de juin 2014... Lola et son frère Alessandro voient une fée et un lutin descendre d'un rayon de lune entré dans leur chambre. Leurs visiteurs du soir leur proposent un voyage sur la lune. Ils acceptent et partent avec eux sur le rayon lumineux qui rejoint le bel astre de la nuit... « La grotte était un lieu d'émerveillement, un endroit secret du monde des fées. La pluie cessa aussi brusquement que ce qu'elle avait commencé. Qu'à cela ne tînt ! Les jeunes terriens prirent le temps de la visiter. Les étoiles bondissantes les suivaient en exécutant des ballets et en ricochant contre les roches dorées. »

Les Habitants de Linoes

Jean-Baptiste Maignan

72 pages.« Linoes : cet astre si lumineux n'était pas une étoile mais une planète. Et quelle planète ! La lumière qui paraissait s'en dégager provenait de la réflexion des rayons lumineux de l'étoile la plus proche sur sa surface entièrement recouverte... d'or ! » Robert et Sochem, les deux astronautes terriens partis à sa découverte, ne sont pas au bout de leurs peines et de leurs surprises : les rencontres qu'ils vont faire s'avéreront bien plus enrichissantes qu'ils ne le croient !

Les Poulets de Caen montrent les dents

Vigla Jean-Louis

206 pages.Quand on s'est fait gentiment viré de la Poule pour un « regrettable incident de parcours », que faire ? Gardien de jour dans un bar de nuit ou videur de chiottes au supermarché ? L'ancien commissaire qui m'avait à la bonne m'a trouvé un boulot d'intérimaire de guet. J'assure des planques pour des poulets surbookés. Du moins, c'était ce que je croyais jusqu'au jour où on découvre un dentiste sur le carreau, une nympho argentine qui sonne faux, de prétendus espions d'arrière-Piscine, une poulette à galons, des assimilés jumeaux à-moitié morts et reconstitués, de faux terroristes etc. Mais pas de raton laveur. Je te dis ça comme je l'ai vu, en observateur débordé (donc objectif), embarqué dans ce mic-mac où « plus menteur que moi, tu crèves ». On parle même secret d'État, intérêts supérieurs de la Nation, alerte sur le pas de tir d'Ariane, tout ça pour une arnaque de la mauvaise herbe. Heureusement que les poulets du coin, en bon fonctionnaires, veillaient au grain et ont fini par montrer les dents. Autrement, on y passait tous pour pertes et profits !

Viet Nam que j'aime - Tome 2

Jean Bernard Joly

280 pages.Pendant 25 ans, de 1984 à 2008, Marie et Jean Bernard Joly sont allés deux fois par an au Viêt Nam pour participer à des actions d'enseignement. Dans le premier livre, « Le Viêt Nam que j'aime, Tome I », Jean Bernard, missionné par l'association l'APPEL avec d'autres pédiatres et des ingénieurs hospitaliers, a raconté les actions d'enseignement des soins aux mères et aux nouveau-nés dans la province de Hà Nôi. La rénovation du service de néonatologie de l'Institut de la mère et du nouveau-né fut une entreprise passionnante nécessaire au développement de soins modernes. Les séances d'enseignement dans les hôpitaux de la province ont permis d'appréhender les immenses difficultés du système de santé vietnamien. En même temps, les nombreuses visites ont dévoilé la vie de ce peuple discret, secret, attentif, poète, si différent de nous et pourtant si proche par l'histoire. Marie, missionnée par la Fondation Leïla Fodil, a entrepris une sensibilisation des responsables médicaux aux méthodes de planification familiale naturelle. Elle le racontera dans le tome III. Le deuxième livre nous emmène, sous l'influence de madame le professeur Duong Thi Cuong, dans les centres de santé de plusieurs provinces. L'enseignement proposé se concentre sur les « soins essentiels », ceux qui sont abordables à tous. Le docteur Pham Xuân Tiêu se passionne pour ce programme dont il interprète les exposés et perfectionne avec nous la méthode de la supervision. Nos yeux, nos oreilles et notre cœur s'ouvrent sur la vie de ceux qui nous ont permis de pénétrer un peu leur intimité. C'est ce côté humain qui nous tient le plus à cœur.

De l'une à l'autre

Cécile Lemeyre

164 pages.Mama a toujours rêvé d'effectuer la traversée de ses rêves, quelques kilomètres seulement la séparant de l'île de Mayotte. Prête à tout pour offrir une vie meilleure à sa fille Badra, elle quitte l'Archipel, remet au passeur ses quinze années d'économie et embarque pleine d'espoir, Badra sous son salouva, pour la traversée de la mort. Rapidement capturée par les autorités, elle va volontairement lâcher la main de sa fille et l'en remettre au destin, comme des milliers de Comoriens. Heureusement, la sagesse de Habou va lui permettre de réaliser que l'or des Comores n'est pas celui qu'elle recherchait avidement... Il réside plutôt en chacun des habitants de la communauté. Badra, quant à elle, va découvrir la vie d'immigrée en apprenant très tôt l'autonomie, le courage et va s'ouvrir à une rencontre exceptionnelle qui va radicalement changer le cours de sa vie.

Centre de rééducation: clin d'œil à une célébrité qui aime le slam

Bérénice Thisbé

212 pages.Ce livre est un regard composite : tantôt amusé, tantôt grave, tantôt intellectuel, culturel, littéraire, populaire... et toujours créateur sur une expérience qui se révèle un « merveilleux malheur » : une rupture d'un ligament croisé, une opération et un passage de deux mois dans un centre de rééducation... C'est aussi et avant tout un clin d'œil d'une « petite handicapée » à une célébrité qui aime le slam et à un de ses écrits. Il est destiné à toute personne concernée de près ou de loin par des ligaments, des os, des tendons... divorcés du reste du corps ou en voie de rabibochage avec ce dernier : les patients de centres de rééducation, leurs familles, les administratifs de ces mêmes centres, les chirurgiens orthopédistes, les médecins rééducateurs, les kinésithérapeutes, les ostéopathes, les professeurs d'éducation physique adaptée, les infirmières, les psychologues, les aides-soignantes, les ambulanciers...
  • «
  • 1
  • 2
  • 3
  • »