Savoirs

Parcours du catalogue par genre

  • Genres Religion Généralités
  • «
  • 1
  • 2
  • 3
  • ...
  • 13
  • 14
  • 15
  • »

5- Juifs, chrétiens, musulmans, conférence de John Tolan. Débat 2eme partie

32min31

Juifs, chrétiens, musulmans : 15 siècles de cohabitation en Europe. Enseigner la diversité religieuse dans nos écoles La diversité religieuse en Europe s’enracine dans les pratiques des sociétés médiévales. Les dirigeants du moyen âge, chrétiens et musulmans, accordèrent des statuts protégés et inférieurs à certaines minorités religieuses. L’étude des sources juridiques montre que les sociétés médiévales, comme la nôtre, ont subi des changements constants en matière religieuse et que la cohabitation, certes pas toujours pacifique, a été la règle plutôt que l’exception dans l’histoire européenne. Cette conférence a eu lieu le jeudi 19 mars à 9h, à la Maison des sciences de l’homme et de la société du Sud-Est (MSHS).Elle est organisée dans le cadre du Centre d’analyse des processus en éducation et formation, structure fédérative de recherche de l’Ecole supérieure de l’enseignement et du professorat de l’Académie de Nice, de l’Unité de recherches « Migrations et société » URMIS, du projet Inégalités, mobilités et discriminations dans le cadre scolaire (Axe interdisciplinaire de l’UNS Altérités et mondialisations) et de l’axe 3 de la MSHS. John Tolan est historien à l’université de Nantes.

4- Juifs, chrétiens, musulmans, conférence de John Tolan. Débat 1ere partie

32min01

Juifs, chrétiens, musulmans : 15 siècles de cohabitation en Europe. Enseigner la diversité religieuse dans nos écoles La diversité religieuse en Europe s’enracine dans les pratiques des sociétés médiévales. Les dirigeants du moyen âge, chrétiens et musulmans, accordèrent des statuts protégés et inférieurs à certaines minorités religieuses. L’étude des sources juridiques montre que les sociétés médiévales, comme la nôtre, ont subi des changements constants en matière religieuse et que la cohabitation, certes pas toujours pacifique, a été la règle plutôt que l’exception dans l’histoire européenne. Cette conférence a eu lieu le jeudi 19 mars à 9h, à la Maison des sciences de l’homme et de la société du Sud-Est (MSHS).Elle est organisée dans le cadre du Centre d’analyse des processus en éducation et formation, structure fédérative de recherche de l’Ecole supérieure de l’enseignement et du professorat de l’Académie de Nice, de l’Unité de recherches « Migrations et société » URMIS, du projet Inégalités, mobilités et discriminations dans le cadre scolaire (Axe interdisciplinaire de l’UNS Altérités et mondialisations) et de l’axe 3 de la MSHS. John Tolan est historien à l’université de Nantes.

3- Juifs, chrétiens, musulmans, conférence de John Tolan. 2eme partie

44min18

Juifs, chrétiens, musulmans : 15 siècles de cohabitation en Europe. Enseigner la diversité religieuse dans nos écoles La diversité religieuse en Europe s’enracine dans les pratiques des sociétés médiévales. Les dirigeants du moyen âge, chrétiens et musulmans, accordèrent des statuts protégés et inférieurs à certaines minorités religieuses. L’étude des sources juridiques montre que les sociétés médiévales, comme la nôtre, ont subi des changements constants en matière religieuse et que la cohabitation, certes pas toujours pacifique, a été la règle plutôt que l’exception dans l’histoire européenne. Cette conférence a eu lieu le jeudi 19 mars à 9h, à la Maison des sciences de l’homme et de la société du Sud-Est (MSHS).Elle est organisée dans le cadre du Centre d’analyse des processus en éducation et formation, structure fédérative de recherche de l’Ecole supérieure de l’enseignement et du professorat de l’Académie de Nice, de l’Unité de recherches « Migrations et société » URMIS, du projet Inégalités, mobilités et discriminations dans le cadre scolaire (Axe interdisciplinaire de l’UNS Altérités et mondialisations) et de l’axe 3 de la MSHS. John Tolan est historien à l’université de Nantes.

2- Juifs, chrétiens, musulmans, conférence de John Tolan. 1ere partie

28min51

Juifs, chrétiens, musulmans : 15 siècles de cohabitation en Europe. Enseigner la diversité religieuse dans nos écoles La diversité religieuse en Europe s’enracine dans les pratiques des sociétés médiévales. Les dirigeants du moyen âge, chrétiens et musulmans, accordèrent des statuts protégés et inférieurs à certaines minorités religieuses. L’étude des sources juridiques montre que les sociétés médiévales, comme la nôtre, ont subi des changements constants en matière religieuse et que la cohabitation, certes pas toujours pacifique, a été la règle plutôt que l’exception dans l’histoire européenne. Cette conférence a eu lieu le jeudi 19 mars à 9h, à la Maison des sciences de l’homme et de la société du Sud-Est (MSHS).Elle est organisée dans le cadre du Centre d’analyse des processus en éducation et formation, structure fédérative de recherche de l’Ecole supérieure de l’enseignement et du professorat de l’Académie de Nice, de l’Unité de recherches « Migrations et société » URMIS, du projet Inégalités, mobilités et discriminations dans le cadre scolaire (Axe interdisciplinaire de l’UNS Altérités et mondialisations) et de l’axe 3 de la MSHS. John Tolan est historien à l’université de Nantes.

1- Juifs, chrétiens, musulmans, conférence de John Tolan. Introduction

04min52

Juifs, chrétiens, musulmans : 15 siècles de cohabitation en Europe. Enseigner la diversité religieuse dans nos écoles La diversité religieuse en Europe s’enracine dans les pratiques des sociétés médiévales. Les dirigeants du moyen âge, chrétiens et musulmans, accordèrent des statuts protégés et inférieurs à certaines minorités religieuses. L’étude des sources juridiques montre que les sociétés médiévales, comme la nôtre, ont subi des changements constants en matière religieuse et que la cohabitation, certes pas toujours pacifique, a été la règle plutôt que l’exception dans l’histoire européenne. Cette conférence a eu lieu le jeudi 19 mars à 9h, à la Maison des sciences de l’homme et de la société du Sud-Est (MSHS).Elle est organisée dans le cadre du Centre d’analyse des processus en éducation et formation, structure fédérative de recherche de l’Ecole supérieure de l’enseignement et du professorat de l’Académie de Nice, de l’Unité de recherches « Migrations et société » URMIS, du projet Inégalités, mobilités et discriminations dans le cadre scolaire (Axe interdisciplinaire de l’UNS Altérités et mondialisations) et de l’axe 3 de la MSHS. John Tolan est historien à l’université de Nantes.

Présentation d'ouvrage Renouveau de l’Islam en Asie Centrale et dans le Caucase

Bayram BALCI

1h35min20

Dans le cadre du séminaire " Sociologie politique de la Turquie contemporaine" Soumises à l’œil de Moscou et au contrôle étroit du fait religieux durant toute la période soviétique, les sociétés centrasiatiques et leur rapport à l’islam ont connu des parcours quasiment similaires. L’isolement du reste du monde musulman, arabe, turc, iranien et sud-asiatique et l’expérience soviétique ont favorisé l’émergence d’une forme d’islam originale et distincte, ayant ses propres caractéristiques. La fin de l’URSS en 1991 a été une date charnière, qui marque la rupture avec le système et l’idéologie soviétique et inaugure une période de transition délicate faite de profondes transformations tant politiques, économiques et sociales que culturelles et religieuses. Ces mutations ont été à la fois voulues et imposées par la fin de l’empire et l’exigence de construire une souveraineté nouvelle, alors que ni les populations ni les élites locales n’y étaient préparées. La construction d’une identité nationale et culturelle propre, via l’identité religieuse, figure au premier rang des tâches des nouveaux Etats depuis la fin de l’ère soviétique. Elle coïncide aussi dans le temps avec l’entrée des Etats d’Asie centrale et du Caucase dans le phénomène de la mondialisation du religieux, qui rend ces sociétés plus perméables aux influences extérieures. Ainsi, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, les diverses forces et dynamiques sociales et religieuses tiraillent et influencent l’islam traditionnel et favorisent l’émergence d’un nouvel Islam dans chaque pays. De nombreux travaux, réalisés tant par des analystes occidentaux que locaux, ont décrit ces nouvelles formes d’islam. Or, très peu d’entre eux abordent dans un même effort d’analyse croisée les dynamiques internes et externes à l’œuvre dans cette nouvelle recomposition et comparent les influences islamiques provenant de Turquie, d’Iran, de la péninsule arabique et du sous-continent indien. Or, elles contribuent à l’extrême diversification et pluralisation de l’islam de ce vaste espace géographique.

"Les Ostensions du Dorat" Réalisation : Franck Guillemain Conseiller scientifique : Daniel Odon Hurel

36min03

Dévotions populaires et représentations socio-politiques au XXIe siècle : les ostensions du Limousin, patrimoine immatériel de l’UNESCO. Ce film a été tourné en 2016 à l’occasion des 51ème Ostensions du Limousin Comme dans une vingtaine de communes de la région du Limousin, le village du Dorat a célébré en 2016 les Ostensions. Ces fêtes dévotionnelles, mélange de traditions religieuses et populaires, datent du Xème siècle et sont célébrées une fois tous les sept ans. Daniel Odon Hurel, chercheur au CNRS et habitant du Dorat, a tenté de comprendre comment y est perçue et vécue cette tradition aujourd'hui. Il a participé aux festivités, accompagné du service audiovisuel de l'Unité Cultures, Langues, textes.

Simon Icard : "Des controverses sur la grâce"

07min23

La série "Rencontres" donne la parole aux chercheurs. 8 chercheurs du LEM inaugurent cette nouvelle collection.   Avec : Simon Icard, Laboratoires d'Etudes sur les Monothéismes (LEM)

Images de l'Immaculée Conception en Europe du Nord

Christian HECK

2h26min56

L’immaculée Conception de la Vierge a fait l’objet d’études restées jusqu’à présent cloisonnées : les historiens des textes se sont attachés à expliquer l’évolution de la croyance et de ses modalités, à en retracer le débat et ses acteurs ; les historiens d’art ont essayé de définir les images qui représenteraient la conception immaculée de Marie au Moyen Âge ; les érudits locaux, à la faveur d’une implantation géographique importante de la fête comme c'est le cas en Normandie, ont étudié certaines oeuvres d’art ou confréries dédiées à la conception de la Vierge ; enfin, les spécialistes de liturgie ont analysé les nouveaux hymnes mis en place par Sixte IV à la fin du XVe siècle. Le colloque propose d’amorcer le dialogue entre l’histoire, la théologie, l’iconographie, la liturgie, la musique, afin de mesurer l’ampleur de la croyance dans l’Immaculée Conception et son importance dans la société médiévale et moderne. Il est l’occasion de faire un point historiographique conséquent, en faisant participer des spécialistes d’aires géographiques et chronologiques différentes. Il soulève une question centrale : comment la société médiévale (théologiens, commanditaires d’art, artistes, et fidèles) se représente-t-elle une croyance, celle de l’Immaculée Conception, alors même qu’elle ne fait plus l’unanimité au sein de l’Eglise ? Plus d'informations : - Téléchargez le dossier de presse du colloque - Téléchargez la plaquette de présentation colloque

Conclusion à un colloque comparant des religions

39min54

Conclusion du colloque par Philippe Portier L’intérêt de ce colloque est triple. D’abord, il entend dépasser les divisions géographiques habituelles pour nouer un dialogue entre les spécialistes d’aires culturelles différentes. Les recherches sur les partis islamistes, les organisations chrétiennes en Afrique Sub-Saharienne, les partis religieux en Israël, ou les partis démocrates-chrétiens européens restent le plus souvent cloisonnées. Ce colloque a pour objectif de favoriser les échanges entre spécialistes de diverses aires culturelles et de susciter ainsi des perspectives comparatives. Ensuite, la littérature sur les interactions entre partis et religion prend le plus souvent pour point de départ l’organisation partisane. Relevant essentiellement de la science politique, la religion demeure souvent dans ces travaux une boîte noire. Ce colloque entend questionner ce qu’est exactement la religion lorsque celle-ci est mobilisée, plus ou moins explicitement, dans la sphère partisane. Quels aspects de la religion sont pertinents pour saisir les comportements politiques et électoraux ? Peut-on parler de « rapport religieux » aux institutions politiques ? Les analyses des différents aspects de la socialisation religieuse, des conceptions de la « vérité » religieuse et ses éventuelles incompatibilités avec le principe de la souveraineté populaire, les dissonances entre croyances religieuses et mobilisations partisanes, les conversions de pratiques et rituels religieux dans la sphère politique, sont au cœur de nos préoccupations. Ce colloque est enfin pensé comme une rencontre pluridisciplinaire qui permettra aux sociologues et anthropologues du fait religieux et aux politistes en prise avec la question de la religion de dégager des voies de renouvellement des articulations du religieux et du politique, sous l’angle de la formation et des dynamiques du champ partisan.

Introduction à un colloque comparant des religions

15min20

L’intérêt de ce colloque est triple. D’abord, il entend dépasser les divisions géographiques habituelles pour nouer un dialogue entre les spécialistes d’aires culturelles différentes. Les recherches sur les partis islamistes, les organisations chrétiennes en Afrique Sub-Saharienne, les partis religieux en Israël, ou les partis démocrates-chrétiens européens restent le plus souvent cloisonnées. Ce colloque a pour objectif de favoriser les échanges entre spécialistes de diverses aires culturelles et de susciter ainsi des perspectives comparatives. Ensuite, la littérature sur les interactions entre partis et religion prend le plus souvent pour point de départ l’organisation partisane. Relevant essentiellement de la science politique, la religion demeure souvent dans ces travaux une boîte noire. Ce colloque entend questionner ce qu’est exactement la religion lorsque celle-ci est mobilisée, plus ou moins explicitement, dans la sphère partisane.   Quels aspects de la religion sont pertinents pour saisir les comportements politiques et électoraux ? Peut-on parler de « rapport religieux » aux institutions politiques ? Les analyses des différents aspects de la socialisation religieuse, des conceptions de la « vérité » religieuse et ses éventuelles incompatibilités avec le principe de la souveraineté populaire, les dissonances entre croyances religieuses et mobilisations partisanes, les conversions de pratiques et rituels religieux dans la sphère politique, sont au cœur de nos préoccupations. Ce colloque est enfin pensé comme une rencontre pluridisciplinaire qui permettra aux sociologues et anthropologues du fait religieux et aux politistes en prise avec la question de la religion de dégager des voies de renouvellement des articulations du religieux et du politique, sous l’angle de la formation et des dynamiques du champ partisan.

Être préhistorien et catholique en France (1859-1962)

04min25

Fanny Defrance-Jublot présente sa thèse de doctorat « Être préhistorien et catholique en France (1859-1962) » soutenue à l’EPHE sous la direction de Denis Pelletier
  • «
  • 1
  • 2
  • 3
  • ...
  • 13
  • 14
  • 15
  • »