Documents pour «voyages»

Tunisie 3 films

Partez à la découverte de la Tunisie, de son histoire et de son patrimoine culturel, au travers de ces trois destinations : le désert, Tunis et Djerba.

Moscou

De Jacques Vichet

52min10

Multiple et contradictoire, à l’image d’une Russie en pleine ébullition, Moscou conjugue églises orthodoxes aux clochers multicolores, paradis de la consommation et vestiges de l’architecture stalinienne. Symbole de la Russie, le Kremlin est une véritable ville-forteresse qui abrite l’ensemble des institutions gouvernementales, des musées et palais, des églises et cathédrales prestigieuses comme la Cathédrale de l’Assomption, la Cathédrale de l’Annonciation, le Palais des patriarches… Située à l’est du Kremlin, la place Rouge est l’une des plus célèbres places du monde. Centre de la vie à Moscou, elle a été à plusieurs reprises le symbole de différents idéaux militaires ou politiques. Après 1812 et la guerre napoléonienne, elle représente la nation russe ; plus tard elle symbolisera la puissance soviétique. Kitaï-Gorod est le quartier d’affaire du centre-ville de Moscou. Il intègre l’enceinte médiévale, séparée du Kremlin par la place Rouge. C’est le plus ancien quartier de la ville, malmené par l’histoire. Il reste quelques vestiges dont des murailles, et aussi des églises comme l'Eglise de la trinité-à-Nikitniki. Egalement appelé "Le Nouveau Couvent des Vierges", le monastère de Novodievitchi, édifié en 1524 sur les bords du fleuve Moscova, arbore un ensemble architectural particulièrement intéressant.

Inde du Sud Bombay (Mumbai) - Goa - Hampi - Cochin

De Jacques Vichet

51min09

Bombay, ou Mumbai, est une ville vertigineuse qui compte 15 millions d'habitants. Premier port du pays, la ville est aussi le premier centre industriel et commercial. Lors de l'occupation de Mumbai par la civilisation des Maurya, des temples hindous dédiés au dieu Shiva furent construits dans les grottes d'Eléphanta. Colonisé par les britanniques, la gare Chhatrapati Shivaji Terminus, le musée du Prince de Galles ou encore la Porte de l'Inde rappellent le passage des anglais dans le territoire indien. Le temple Mahalaxmi, datant du 18ème siècle, est le lieu de culte le plus populaire de la religion Brahmanique de Bombay. Il vénère les déesses Mahalakshmi, Mahakali et Mahasaraswati, toutes trois ornées de bracelets d'or et de perles. Sable blanc, cocotiers, rizières verdoyantes, jardins de fleurs, c'est de tout cela qu'est constituée la région de Goa. Portugaise pendant 450 ans, la région est également dotée d'un patrimoine religieux riche, de constructions coloniales baroques et de paysages magnifiques.

Inde du Nord Delhi - Agra (Taj Mahal) - Rajasthan

De Jacques Vichet

51min44

Le Rajasthan est l'Etat le plus coloré d'Inde. Ses paysages rudes, moitié déserts, moitié collines, offrent un contraste fascinant avec les teintes étincelantes des vêtements locaux. L'Etat regorge de cités magiques : Jodhpur et ses maisons bleues, Jaipur qui décline l'ocre rose, Jaisalmer, forteresse de sable doré, Udaipur, ponctuée de palais blancs, ou Pushkar, blottie autour de son lac sacré. Capitale de l'Inde, Delhi est différente des autres grands centres urbains du pays. Ville de commerce et de gouvernement, Dehli est divisée entre New Dehli, dont la population est relativement aisée, et Old Delhi, bruyante et agitée. Le Fort Rouge, la grande mosquée, le Gurudwara Sis Ganket et de nombreux autres monuments côtoient les rues étroites et bondées des villes de l'Inde traditionnelle. Première destination touristique de l'Inde, Agra possède parmi les plus beaux monuments de l'Inde, dont le célèbre Taj Mahal... A proximité immédiate des Jardins du Taj Mahal, le Fort Rouge d'Agra, monument significatif du XVIIème siècle moghol, est une puissante citadelle de grès rouge enserrant dans son enceinte de 2,5 km de périmètre la ville impériale, avec un grand nombre de palais féeriques, comme le palais de Jahangir ou le Khas Mahal, bâti par Shah Jahan, des salles d'audience, comme le Diwan-i-khas, et deux très belles mosquées.

Argentine Buenos Aires - Capitale du tango

De Jacques Vichet

51min56

Capitale de l'Argentine, Buenos Aires est également la plus grande ville et le port le plus important. Les habitants de Buenos Aires sont appelés les "Portenos", habitants du port. La plupart des habitants est d'origine européenne, principalement espagnole et italienne. Buenos Aires est surtout connue comme la capitale mondiale du Tango. Le tango englobe trois formes musicales sur lesquelles se dansent traditionnellement les pas du tango : tangos, milongas et valses. Le quartier de Palermo est à la fois un quartier chic et tranquille où dominent les jardins. C'est aussi un quartier de fête, où les Portenos aiment se retrouver dans les restaurants et danser le tango toute la nuit. Le quartier de la Boca, également haut lieu du tango, a lui aussi un style tout particulier. C'est un village au milieu de la ville. Le quartier de San Telmo quant à lui, est le quartier des antiquaires. Son style étonne le visiteur venu du centre : ici, il n'est pas question de hauts immeubles modernes et imposants, mais plutôt de grandes maisons de style colonial.

Mexique Les villes coloniales du sud de Mexico

De Jacques Vichet

52min22

Elles sont les témoins architecturaux de la fusion des cultures indigène et espagnole. Les villes coloniales du Mexique se concentrent dans la région centrale. Perché à plus de 1500 mètres d’altitude, Oaxaca est un joyau architectural du Mexique. Son centre-ville, dans un style colonial, marie les couleurs les plus voyantes et font du lieu un endroit chaleureux et vivant. Centre culturel du Mexique, ce sont des écoles de théâtre, d’art plastique, de lithographie qui campent les lieux. Puebla, la ville des Anges, est créée par les espagnols en 1531. Cette origine se ressent dans l’architecture des bâtiments, des églises, des écoles… Le zócalo, ou Plaza de la Constitucion, a été classé patrimoine mondial par l’UNESCO en 1987. La cathédrale de Puebla est la plus haute du pays et cristallise les différentes influences architecturales. Entre Renaissance et néoclassicisme, les styles se mêlent pour donner lieu à un véritable joyau. San Cristobal de la Casa est la plus vieille cité espagnole du Chiapas. La rue d’Andador Eclesiastico traverse la ville du nord au sud, démarrant avec le Templo de Carmen, au style mauresque, pour aboutir à Santo Domingo. Les couleurs font la particularité de la ville et la célèbre cathédrale de San Cristobal de las Casasne ne déroge pas à la règle en affichant des teintes enluminées sur ses façades. Taxco est une ville coloniale pleine de surprises. Ce charmant village verdoyant semble paisiblement perdu dans les montagnes.

Prisse d’Avennes et l’art arabe (copie)

48min41

Mercedes Volait, spécialiste de l’histoire de l’architecture moderne (XIXe-XXe siècles) en Égypte, particulièrement au Caire est une des commissaires de l’exposition consacrée à Émile Prisse d’Avennes (1807-1879) qui s'est tenue à la BnF, site Richelieu, galerie Mansart, du 1er mars au 5 juin 2011.
Cet entretien, sous le titre Prisse d’Avennes et l’art arabe, a eu lieu dans le cadre de l'émission Cultures d'islam d'Abdelwahad Medded sur France Culture le 15 mai 2011.
Bibliographie:
Visions d’Egypte, Emile Prisse d’Avennes (1807-1879), ouvrage collectif, catalogue, BNF, 2011

Prisse d’Avennes et l’art arabe

48min41

Mercedes Volait, spécialiste de l’histoire de l’architecture moderne (XIXe-XXe siècles) en Égypte, particulièrement au Caire est une des commissaires de l’exposition consacrée à Émile Prisse d’Avennes (1807-1879) qui s'est tenue à la BnF, site Richelieu, galerie Mansart, du 1er mars au 5 juin 2011.
Cet entretien, sous le titre Prisse d’Avennes et l’art arabe, a eu lieu dans le cadre de l'émission Cultures d'islam d'Abdelwahad Medded sur France Culture le 15 mai 2011.
Bibliographie:
Visions d’Egypte, Emile Prisse d’Avennes (1807-1879), ouvrage collectif, catalogue, BNF, 2011

Le touriste - Jean Didier URBAIN

Jean Didier URBAIN

1h30min31

Bien que tôt reconnu dans son ampleur sociale et économique, à travers ledit « phénomène » touristique et la précoce « industrie » du tourisme qu'il a suscités, le touriste a cependant été longtemps un « célèbre inconnu ». Malgré son nombre et sa valeur marchande, qui ont fait de lui un « objet » de commerce, le touriste a été ignoré dans sa raison d'être : méconnu dans sa complexité, ses désirs, leur diversité et leurs métamorphoses. D'une part, le touriste a été repoussé dans la caricature par un mépris séculaire, que fonde une idéologie du negotium mettant en avant son inutilité, sa futilité, sa stupidité, voire sa nocivité et sa morbidité, image que divers portraits –robots n'ont pas concouru à dissoudre. Et, d'autre part, il a été réduit au statut de consommateur de mobilités, d'espaces, de lieux, d'activités et de cultures, que fonde une banalisation marketing, tendant toujours à simplifier son état à une question de canalisation et de manipulation par l'offre. Et le « sujet » dans cette affaire ? En marge du phénomène et du marché touristiques, il a été comme oublié ! C'est donc lui qu'on évoquera, à travers ses imaginaires, ses demandes, ses modèles, ses paradoxes et ses tendances récentes. Le tourisme est un symptôme de société et le touriste son expression sensible. A l'heure de la mondialisation, de l'internationalisation et du cosmopolitisme, en lui se récapitulent les rapports mutants à l'existence : à l'ailleurs et au chez-soi ; à l'autre et au monde ; aux siens et aussi à soi – avec leurs conséquences...