Documents pour «Camps»

Violence ordinaire dans l'Algérie coloniale

19min15

Présentation par Sylvie Thénault de son livre : Violence ordinaire dans l'Algérie coloniale : camps, internements, assignations à résidence, Odile Jacob, 2012

Des murs contre l’immigration : de la Méditerranée à Calais

Gérard NOIRIEL

1h38min02

Plus de 3000 migrantes et migrants morts en Méditerranée depuis
quatre ans. Par ailleurs, après la fermeture du Centre de Sangatte en
2002 et la destruction des « jungles » en 2009, ce sont à nouveau près
de 3000 migrants qui attendent à Calais une occasion de passer en
Angleterre, dans des conditions de précarité extrême et d’indigne
insalubrité. Pour résoudre le problème, Bernard Cazeneuve a passé avec
son homologue anglaise un accord pour ériger autour du port de Calais
une palissade sécurisée, infranchissable.


Quels sont les enjeux d’une politique de l’immigration consistant à
élever des murs aux frontières de l’Europe ? Du mur sur l’Evros en Grèce
du Nord jusqu’aux barrières barbelées de Ceuta et Melilla en face de
Gibraltar.

Pour en discuter, venez en discuter lors d’un débat animé par Claude CALAME (EHESS) :


Gérard NOIRIEL (IRIS, EHESS)

Sara PRESTANI (Migreurop)

Philippe WANNESSON (Migreurop)

Illusions perdues, 1941-1942

De Jean-Michel Plouchard

52min06

Le 14 mai 1941, plus de 3700 hommes Juifs, pour la plupart polonais sont arrêtés à Paris et en région parisienne lors de la première arrestation massive de Juifs en France, dite rafle du billet vert. Ils seront internés dans les camps de Pithiviers et de Beaune-La-Rolande, dans le Loiret, premiers camps ouverts en zone occupée, avant d'être déportés vers Auschwitz en juin et juillet 1942, pour faire de la place aux hommes, femmes et enfants arrêtés lors de la rafle du Vel d'Hiv...    

J'étais enfant à Büchenwald

De Bernard Martino

1h34min06

Une succession de témoignages bouleversants et d'images d'archives dont certaines en couleur, tournées par les Américains en avril 1945, au moment de la libération, et décrivant l'horreur des camps.

Les survivants

De Patrick Rotman

1h59min26

60 ans après, les mots issus d’une mémoire intacte, étonnamment précise, racontent ce que furent pour eux, du printemps 1944 au printemps 1945, les derniers mois des camps dans cette période d’agonie du IIIe Reich. Leurs récits retracent la fin effroyable de la guerre pendant laquelle la machine concentrationnaire continue de broyer des milliers d’individus. Le film relate la dernière année : l’extermination des juifs hongrois et des tsiganes à Birkenau, l’évacuation en janvier par les nazis des camps de Pologne, les marches de la mort, l’attente de la fin dans les camps surchargés, le chaos apocalyptique des dernières semaines d’avril, l’arrivée des premiers soldats alliés, la libération sans joie qui n’est pas encore la liberté, le voyage de retour, l’accueil à l’hôtel Lutétia, la redécouverte du monde des vivants, et enfin les retrouvailles avec la famille... Quand elle a survécu.

Héros ordinaires Unlikely heroes / L'Histoire du peuple juif au XXème siècle (Vol.3)

De Richard Trank

1h55min21

Héros ordianaires retrace les parcours inédits de résistants juifs pendant la Shoah en s’appuyant sur des documents découverts dans des archives européennes, et sur des images rapportées de plusieurs semaines de tournage sur les lieux réels. Pour beaucoup, la résistance juive face à la Shoah se limite à l’insurrection du Ghetto de Varsovie et à quelques actes isolés au cours de la seconde Guerre Mondiale. En réaction à l’idée reçue selon laquelle les juifs sont restés passifs face aux avancées de l’Europe hitlérienne, Héros ordianaires, présente des histoires inédites d’hommes et de femmes hors du commun qui ont fait preuve du plus haut degré de courage et de dignité humaine pendant les jours les plus sombres de la Shoah : sept personnes extraor- dinaires dont les histoires, uniques et palpitantes, permettront d’écrire un nouveau chapitre de l’histoire de la résistance juive. Pinchas Rosenbaum, Wily Perl, Friedl Dicker Brandeis, Leon Kahn, Robert Clary, Recha Sternbuch et Anna Heilman sont quelques uns des visages de ce combat.   Ce film est issu de la collection "Les films du Centre Simon Wiesenthal"

Libération Liberation / L'Histoire du peuple juif au XXème siècle (Vol.4)

De Arnold Schwartzman

1h39min40

Libération raconte la bataille livrée sur les deux fronts pendant la deuxième guerre mondiale à travers la campagne alliée pour libérer l’Europe et arrêter le génocide d’Hitler contre les juifs et les tziganes. Le film rassemble des images vidéos, des enregistrements radio, et de la musique d’époque du monde entier. Le film est ponctué d’histoires touchantes des Juifs d’Europe, des histoires tragiques, de courage, de résistance et de survie.Libération commence en 1942, alors qu’Adolf Hitler est au sommet de son hégémonie, et que les alliés commencent à envisager une attaque pour libérer l’Europe. Le film nous entraîne dans les coulisses des stratégies politiques pour mieux comprendre la préparation du débarquement – des États-Unis à la Grande-Bretagne en passant par Moscou, Washington, et Paris occupé, de Churchill à Roosevelt, de Staline à De Gaulle. Le film met en perspective une certaine réflexion politique avec la réalité des camps qui, tandis que Hitler perdait la guerre, continuaient de fonctionner et de s’étendre.Commenté par Ben Kingsley, Patrick Stewart et Whoopi Goldberg, Libération a reçu plusieurs prix notamment à Berlin et à Deauville.   Ce film est issu de la collection "Les films du Centre Simon Wiesenthal"

Amants des hommes

Isabelle Darmengeat

26min34

Durant le régime nazi, pour faits d’homosexualité, 100 000 hommes furent arrêtés, 15 000 furent déportés, dont 210 français. Depuis l’abolition de la pénalisation de l’homosexualité, un seul déporté homosexuel français a osé témoigner d’une déportation qui peine encore à être reconnue.En alternant des lectures d’extraits de l’autobiographie de Pierre Seel : «Moi Pierre Seel, déporté homosexuel» et des entretiens avec des militants homosexuels, Amants des hommes tente de faire vivre une histoire oubliée, de lier le passé au présent, l’homophobie d’hier à celle d’aujourd’hui.