Documents pour «Cochon»

Cousin comme cochon

De Mathurin Peschet

52min34

La Bretagne, c’est la terre du cochon par excellence. Cette région de 3 millions d'habitants produit près de 14 millions de porcs par an. Malgré cette profusion, les cochons sont devenus quasiment invisibles. Ils ont pourtant bien des choses à nous raconter. Tour à tour choyé, sacré, rejeté, rationalisé, ce mammifère omnivore renvoie l'homme à ses propres travers depuis des millénaires. Des élevages industriels à la zootechnie en passant par les contes de notre enfance ou la crise porcine, Cousin comme cochon suit la quête d’un Breton dans l’univers singulier de cet animal si proche de nous.

The King of Pigs Dwae-ji-ui wang

De Sang-ho Yeon

1h32min44

Anciens camarades de classe, Kyung-min, homme d’affaires d’une trentaine d’années, et Jong-suk, écrivain sans emploi, se retrouvent à l’occasion d’un repas. Ils se souviennent que durant leur scolarité, un groupe d’écoliers particulièrement cruels, les « dogs », faisaient régner la terreur en infligeant vexations et humiliations à une partie des élèves, les « pigs ». Kim Chul, un de leurs camarades, osa un jour se rebeller et affronter les « dogs », devenant ainsi le seul espoir de s’affranchir de leur tyrannie. 15 ans après, il demeure un véritable héros, mais derrière cette figure, les deux hommes revisitent l’histoire trouble qui les lie l’un à l’autre.

Les animaux de la ferme

Claudine Furlano

À la ferme on trouve des animaux. Que mangent-ils ? Que produisent-ils ?

C'est qui qu'a pété ?

Dominick

N’avez-vous jamais remarqué qu’il est difficile d’assumer sa responsabilité lorsque l’on commet un fait désagréable ? Sur un ton humoristique, l’auteur met en scène des animaux qui s’accusent les uns après les autres d’avoir pété. Car c’est bien connu : « Ce n’est jamais moi ! Mais toujours l’autre… »

Les trois petits cochons

Kata Pap

Trois petits cochons doivent quitter le cocon familial, partirent seuls sur la grande route de la vie et se construire chacun une maison : bricoler un abri de paille, assembler un cabanon de branches, construire une maison. Tout se complique quand un grand méchant loup passa dans les environs. Et c’est à ce moment là que l’histoire pris une tournure inattendue...

P'tit nez de cochon

Pog

J'ai un p'tit nez de cochon et, à l'école, tout le monde se moque de moi. Pour ne rien arranger... mon père est boucher.

Expressions animales

Fanny Fage

Parcourrez un univers poétique à travers 15 expressions magnifiquement illustrées avec des animaux, chacune accompagnée de sa signification et d’un texte d’explication. L'occasion de découvrir avec les enfants des expressions telles que : manger comme un cochon ou rire comme une baleine.

3 petites culottes

Sylvie Chausse

Horreur ! Un matin, Jacquotte, Charlotte et la Grabote ne retrouvent plus leurs culottes ! Un drame à vous donner les chocottes !

Looping

Layla Benabid

Dans Looping, le cochon provoque le loup et tout se retrouve sens dessus dessous !

Un mouton au pays des cochons

Alice Brière-Haquet

Pas facile pour un mouton de vivre au pays des cochons ! Pourquoi ? Eh bien parce que les moutons détestent les cochons et les cochons détestent les moutons. Et pourtant...

Le fil rouge

Géraldine Collet

Qu’y a-t-il à l’autre extrémité de ce fil rouge ? Pour le savoir, il faut le tirer ! De page en page apparaissent les héros traditionnels de la littérature enfantine : les trois petits cochons, le loup, la sorcière, l’ogre… Mais aussi une belle surprise à la clef !

L’abattage du cochon en Voïvodine, décembre 1998

Maria VIVOD

50min42

L’abattage du cochon en Voïvodine, Serbie (ex-Yougoslavie)




La viande du cochon est d’une importance centrale dans la nutrition de la Voïvodine, une région au nord de la Serbie. La viande du cochon est un symbole de démarquage (’tu es ce que tu manges’) entre les groupes ethniques originaires de la région (aujourd’hui minoritaires) et les nouveaux groupes, introduits par une migration volontaire ou forcée après la Deuxième Guerre Mondiale, et une migration qui a eu lieu durant les année 90 d’une population groups fuyant la guerre civile en ex Yougoslavie, venant des différents territoires (Bosnie, Lika, Kordun, Herzégovine, Croatie, Kosovo). Le documentaire a été tourné en hiver 1998 - l’hiver est traditionnellement la saison de l’abattage… Cette  dernière fête de l’aliment était utilisée durant les années des guerres et de la dictature comme un moyen de s’approvisionner de la viande pour toute l’année, mais aussi une manière qui avait lieu à huis clos, de souligner l’appartenance ethnique et régionale. L’abattage du cochon est devenu un symbole de la région, le dernier bastion, dans laquelle la politique nationaliste du régime de Milosevic et les changements sociaux survenus durant les guerres civiles ne se sont pas interférés. Les images ont été tournées un peu partout en Voïvodine, dans le village de Budisava, chez une famille de la minorité hongroise, chez une famille serbe dans le village d’Od-aci, et chez une famille du village de Prigrevica, d’origine d’Herzégovine, arrivant à Voïvodine après la Deuxième Guerre Mondiale. La façon de tuer et de consommer le cochon, d’élaborer minutieusement ses produits et d’en faire un art, signifie dans les milieux villageois une fête, une occasion de rassembler la famille venant parfois de loin. Dans les villes, l’abattage du cochon, et les festivals, les compétitions – qui ont lieu dans les villages de Budisava, Voganj, Turija, un peu partout autour de la capitale de la région, Novi Sad – qui sont dédiées à cet art d’élaboration d’un aliment et à la culture populaire de la région portent une signification du retour « aux racines ». La consommation de la viande du porc est liée étroitement avec le sentiment de l’appartenance régionale et ethnique, même avec une notion de combat pour la sauvegarde de l’identité, d’une supériorité provenant du savoir-faire.

Caméra :
Pierre Simler
David Beztzinger
Montage :
Zoltàn Szekeres-Sziki
Musique : 
Màtyàs Màrton
Photos :
Pedrag Uzelac
Remerciements :
SCAV
Un film de Maria Vivod
Décembre 1998