Documents pour «oeuf»

The green bird

Marine Goalard

06min45

Un grand oiseau vert couve son oeuf, lorsque survient un orage. Pris de panique, il s'enfuit avec lui, afin de trouver un abri... Mais ce n'est pas si facile ...

Canthocamptus staphylinus, un copépode d'eau douce

Michel DELARUE

02min16

Avec Cyclops, Canthocamptus occupe abondamment les eaux douces stagnantes. Pourvus de pattes natatoires puissantes, le corps montre une plicature dorsale au niveau du 5è segment thoracique. L'ensemble est sous-tendu par une musculature importante. A la différence des cyclops, la femelle de Canthocamptus ne porte qu'un sac ovigère impair sous le premier segment abdominal, lors que chez Cyclops, les sacs ovigères sont pairs. A l'intérieur du sac ovigère, l'embryon puis la larve nauplius se différencie.  Les ovaires sont situés dorsalement au tractus intestinal animé de mouvements péristaltiques. 

Brachionus et sa progéniture, un rotifère abondant

Michel DELARUE

02min36

Chez les rotifères, la famille des brachionidae représente une large part du peuple des mares et Brachionus le plus répandu. Ils possèdent fréquemment une lorica aplatie en forme de bouclier avec des ornementations épineuses. Comme tous les rotifères, Brachionus est doté d'un mastax. Celui-ci est volumineux. Brachionus bidentatus s'accroche souvent au substrat à l'aide de son pied garni de glandes adhésives. Il porte un ou deux oeufs ou embryons en développement à la base du pied. En fin de morphogénèse, le jeune Brachionus éclos et on distingue l'enveloppe vide restée accrochée à l'organisme maternel.

Hydre verte, l'ovaire

Michel DELARUE

03min27

'hydre verte est hermaphrodite. Les ovaires se forment dans le tiers médian du corps de l'hydre, sous la zone des ampoules testiculaires. L'ovaire commence par un épaississement de la couche intermédiaire anhyste ou mésoglée, entre l'épiderme et l'endoderme. La mésoglée est peuplée de cellules "interstitielles" qui prolifèrent puis s'aggrègent pour former un épaississement à l'origine de l'ovaire. Les cellules interstitielles deviennent nourricières et se condensent. L'une d'entre elles absorbe le cytoplasme des autres et croît considérablement pour devenir l'ovocyte. A mesure que l'ovocyte en croissance absorbe les cellules nourricières, il devient sphérique. L'ovocyte, devenu sphérique, est entouré de l'épithélium épidermique transparent. Sa croissance achevée, l'ovocyte éclôt en déchirant son revêtement épithélial. Il reste attaché dans une sorte de cupule épidermique. Il arrive qu'un même individu porte deux ovaires donnant naissance à deux individus.

Philodina, la reproduction asexuée

Michel DELARUE

02min51

Les rotifères comme Philodina ont la réputation d'être parthénogénétiques, ce qui veut dire que les individus sont tous femelles et pondent des oeufs femelles. Les ovocytes se forment dans le germovitellarium où ils croissent en accumulant des réserves ou vitellus. Parvenu à sa taille maximum, l'ovocyte ovoïde est positionné à côté de l'estomac. Le noyau de l'ovocyte apparaît par réfringence. L'oeuf parthénogénétique se développe à l'extérieur de la femelle. Proche de l'éclosion, on distingue les mouvements de contorsion du jeune rotifère, les mouvements ciliaires de l'appareil rotateur, ainsi que le mastax, pour l'instant inerte.

Biologie d'une rainette marsupiale (Gastrotheca riobambae)

Michèle AUBER-THOMAY

12min00

Cette rainette des hauts plateaux andins se caractérise par la présence, chez la femelle, d'une poche marsupiale dorsale où se développent les oeufs. Les observations faites sur un élevage en laboratoire montrent la morphologie générale, l'alimentation, la mue, l'accouplement et l'introduction des oeufs dans la poche incubatrice de la femelle, ainsi que le caractère particulier des branchies externes des têtards qui se développent à l'intérieur de la poche incubatrice. Après la naissance on suit le développement des jeunes jusqu'à leur métamorphose. Vues réelles - animations - macrocinématographie.

Asterina gibbosa - L'oeuf, la larve et la métamorphose d'une étoile de mer

Robert DELAVAULT

11min47

Illustration des particularités du développement embryonnaire et larvaire d'une étoile de mer et de sa métamorphose. Elles apparaissent au niveau de l'oeuf (haute teneur en vitellus uniformément distribué), de la segmentation, de la larve qui est sédentaire. La métamorphose montre la formation des pieds ambulacraires, du canal hydrophore, de l'orifice buccal, etc. Quelques comparaisons sont faites avec le développement de l'oeuf d'oursin et de sa larve.

Développement et évolution du système nerveux

Alain PROCHIANTZ

1h07min29

Conférence du 24 janvier 2000 par Alain Prochiantz. On découvrit dans les années 1970, chez une mouche, la Drosophile, des mutations conduisant au remplacement de tout ou partie d'un organe par un autre organe. On observa, par exemple, des transformations de type antenne-patte, aile-balancier, ou aile-oeil. Ces mutations ont été dites homéotiques, l'organe d'un segment étant remplacé par l'organe homologue d'un autre segment. Les gènes homéotiques codent pour des facteurs de transcription qui, en se fixant sur des séquences promotrices, régulent l'expression d'autres gènes. Ces observations ont conduit à découvrir, dans tous les embranchements du règne animal, la présence de gènes présentant de fortes homologies de structure avec les gènes homéotiques de la Drosophile et de conclure que ces gènes régulent le développement morphologique des vertébrés. Par ailleurs, ces homologies entre gènes de vertébrés et d'arthropodes doublées de similitudes dans leur organisation chromosomique "démontrent" l'existence d'un ancêtre commun aux vertébrés et aux arthropodes qui aurait vécu il y a environ 600 millions d'années. Tout en traçant notre lien de parenté avec les arthropodes, cette conférence montre aussi à quel point nous sommes différents de ces cousins dont nous nous sommes séparés il y a environ 600 millions d'années. On voit donc apparaître ici deux stratégies d'adaptation. Chez les invertébrés, la forme adulte de l'organisme et ses comportements sont presque présents dans la structure génétique. Chez les vertébrés, les stratégies de développement, tout en définissant un plan contraignant, laissent une grande liberté aux détails de la construction cérébrale dont des aspects importants de la structure se modifient tout au long de l'existence. De ce fait, chez les vertébrés et au plus haut point chez l'homme, c'est l'histoire même des individus qui s'inscrit dans la structure cérébrale par un processus ininterrompu d'individuation.

Science et cuisine : avancées récentes en gastronomie moléculaire - Hervé THIS

Hervé THIS

1h16min11

Depuis des siècles, la science des aliments a progressé. Elle a progressivement éliminé les famines, au moins dans les pays industrialisés, mais s'est peu préoccupée des millions de personnes qui cuisinent quotidiennement. N'est-il pas étrange que nous connaissions mieux la surface de Mars que la température au coeur des frites ? Que nous détections des particules aussi insaisissables que les neutrinos, alors que nous ignorons comment obtenir une viande tendre à coup sûr ? Que nous sachions produire des voitures en série, alors que nos pâtes feuilletées ne montent que très irrégulièrement ? La gastronomie moléculaire se préoccupe de ceux qui cuisinent au quotidien. Elle est l'application de la chimie et de la physique aux transformations culinaires, elle a pourtant des enjeux considérables : ne se préoccupe-t-elle pas de l'activité quotidienne de millions de personnes ?