Documents pour «Industrie»

La cicatrice Blizna

De Krzysztof Kieslowski

1h42min11

Un grand complexe chimique doit être construit dans une petite ville. La réalisation du projet est confiée au directeur Bednarz, qui a habité autrefois cette ville, où sa femme était très engagée politiquement. N'ayant pas conservé de bons souvenirs de ce temps-là, il est un peu réfractaire à l'idée d'y revenir. Mais Bednarz est un homme fort, décidé et honnête. Il est convaincu que, grâce à son énergie, il va construire, sans faire de compromis, non seulement un complexe chimique, mais aussi un site où les gens vivront dans le bonheur et sans conflit.

Tant que nous sommes à bord

Agnès Perrais

1h20min04

Saint-Nazaire, ville-port. Aux deux extrémités du bassin, le quartier ouvrier de Penhoët et celui du Petit Maroc qui se tourne vers la mer, sont chacun intimement liés à l’activité des chantiers de construction navale, centre économique et affectif de la ville. La vie des habitants tourne autour du port, qu’ils soient patrons de bar, marins, ouvriers, ou aussi et de plus en plus souvent, à la chôme. À Saint-Nazaire, le port est riche de tout un imaginaire de luttes sociales, celles de la gloire passée de la «  ville rouge  » et celles, plus complexes et fragiles, du présent. Mais on y trouve aussi la fierté d’un travail spécifique au lieu, le travail sur les bateaux, qui appelle un des plus beaux imaginaires qui soient : la mer, le départ. Dans les chantiers et sur le port, la disproportion entre les machines, grues, silos, paquebots, et les hommes qui y travaillent, entérine dans les faits l’industrialisation de ce qui jadis pouvait encore tirer vers l’artisanat. Mais cette évolution trouve en même temps une résistance dans le sens du collectif, et l’amour de l’objet du travail, le bateau, à rebours des conditions de son exercice. De tout petits hommes sur des engins gigantesques, des bateaux qui partiront naviguer sur l’océan : entre le quotidien de la vie ouvrière, l’expérience des marins, et le rêve d’un ailleurs, quelle place peut garder un imaginaire au cœur de l’industrie et comment peut-on encore être à bord, de sa vie, de ses espoirs, même si la vie matérielle n’est pas exactement l’aventure fabuleuse des rêves faits un jour  ?

Of time and the city

De Terence Davies

1h13min38

Of Time and the City est une chanson d'amour mais également une ode à Liverpool, ville natale du réalisateur Terence Davies. Ce film représente aussi la mémoire de ce qui fut et qui n'est plus, une réflexion sur le temps qui passe.

L’usine de demain (ASR n°14 - LRGP)

06min02

Et si les émissions de gaz carbonique de la sidérurgie devenaient matière à recyclage ? Les chercheurs du Laboratoire Réactions et Génie des Procédés - LRGP, de l’Université de Lorraine, tentent de valoriser ce CO2 avec, en ligne de mire, un nouveau type d’usine à inventer. Ce film a été produit par l’Université de Lorraine grâce au soutien de la Région Lorraine et de la Direction de la Recherche et de la Valorisation.

L’analyse des matériaux pour l’industrie automobile (ASR n°2 - LEM3)

05min10

Les interactions entre le monde de la recherche et celui de l’industrie sont nombreuses. Le fruit du travail des chercheurs du LEM3 (Laboratoire d’Etude des Microstructure et de Mécaniques des Matériaux) dans les domaines de la connaissance, la sécurité et la maîtrise de la production des matériaux fait de ce laboratoire un partenaire important de l’industrie automobile. Ce film a été produit par l'Université de Lorraine grâce au soutien de la Région Lorraine.

En-quête d’un Havre

15min07

Auteurs, réalisateurs : Martin Benoist, Margaux Blandel-Coquet, Florian Hémont
À l'ère de la mondialisation par le conteneur, les villes portuaires se transforment. En-quête d’un Havre propose un regard sur certaines de ces mutations qui reconfigurent la relation entre le port et la ville.
Ce
programme s’inscrit dans le cadre des Ateliers « Création cinéma
documentaire et recherches en sciences humaines » : « Territoires :
lieux, corps, langage » qui ont bénéficié du jumelage d’éducation
artistique et culturelle 2014/2015 entre l’Université de Caen
Basse-Normandie (programme FRESH MRSH Caen/MSHB Rennes-et Mission
culture) et la Maison de l’Image Basse-Normandie, avec le soutien de la
DRAC Basse-Normandie, de l’Université Caen Basse-Normandie et de la
Région Basse-Normandie.
Édition 2014 - 2015 : Territoires en regards

Les ateliers, coordonnés par Benoît
Raoulx (MRSH) et Jean-Marie Vinclair (Maison de l’Image
Basse-Normandie), ont réuni des jeunes réalisateurs en voie de
professionnalisation et des étudiants/chercheurs. Ils se sont déroulés
en plusieurs journées entre novembre 2014 et mars 2015 à la Maison de la
Recherche en Sciences Humaines et à la Maison de l’Etudiant de
l’université. Chantal Richard, cinéaste, a accompagné l’écriture et la
réalisation de ces films.
Daniela de Felice et Maxime Letissier sont
intervenus au stade du montage. Quatre courts-métrages documentaires
sont issus de ces échanges.

Mémoire en friche

18min14

Auteurs, réalisateurs : Laurent Ménochet, Malika Regaïa, Olivier Thomas
Ce programme s’inscrit dans le cadre des Ateliers « Création cinéma documentaire et recherches en sciences humaines » : « Territoires : lieux, corps, langage » qui ont bénéficié du jumelage d’éducation artistique et culturelle 2014/2015 entre l’Université de Caen Basse-Normandie (programme FRESH MRSH Caen/MSHB Rennes-et Mission culture) et la Maison de l’Image Basse-Normandie, avec le soutien de la DRAC Basse-Normandie, de l’Université Caen Basse-Normandie et de la Région Basse-Normandie.
Les ateliers, coordonnés par Benoît Raoulx (MRSH) et Jean-Marie Vinclair (Maison de l’Image Basse-Normandie), ont réuni des jeunes réalisateurs en voie de professionnalisation et des étudiants/chercheurs. Ils se sont déroulés en plusieurs journées entre novembre 2014 et mars 2015 à la Maison de la Recherche en Sciences Humaines et à la Maison de l’Etudiant de l’université. Chantal Richard, cinéaste, a accompagné l’écriture et la réalisation de ces films.
Daniela de Felice et Maxime Letissier sont intervenus au stade du montage. Quatre courts-métrages documentaires sont issus de ces échanges.
Édition 2014 - 2015 : Territoires en regards
Le film invite à cheminer à travers des friches industrielles pour interroger l’histoire ouvrière en Normandie. Quelles traces en restent-ils et que deviennent ces espaces ? Le passé des femmes et des hommes qui ont travaillé dans ces usines a t-il encore sa place dans la société d’aujourd’hui ? La mémoire ouvrière est-elle effacée ou réécrite sur les nouveaux territoires ?

Quand la RSE est remplacée par l’irresponsabilité sociale dans les pays en développement

Ali Bukar AHMAD

03min54

Ali Bukar Ahmad témoigne de pratiques actuelles non vertueuses et pourtant maintenues, en matière de préservation de l'environnement dans la région de Kano au Nigéria. Il montre en effet, comment les industries dans des pays du Tiers-Monde détournent, taxent, polluent l'environnement et trompent les gens sur la façon d'utiliser ces déchets tout en leur étant nuisible. On constate là une nouvelle forme de pollution de l'environnement et une négligence des responsabilités sociétales.

Bretagne valorisation® : l'innovation à votre portée

Elisabeth BOICHOT-LAGENTE

02min17

Service de valorisation des universités bretonnes (Université Rennes 1, Université Rennes 2, Université de Bretagne Occidentale et Université de Bretagne-Sud) et de quatre écoles d’ingénieurs (École Nationale Supérieure de Chimie de Rennes, Agrocampus Ouest, INSA de Rennes, l’ENS Cachan – antenne de Bretagne), Bretagne Valorisation® joue le rôle de passerelle entre les acteurs de la recherche publique bretonne et le monde socio-économique. Il prend en charge l’ensemble des étapes de valorisation (transfert de technologies, projets européens, création d’entreprises, gestion des contrats industriels) de ses établissements fondateurs.

Dans cette interview, Elisabeth Boichot-Lagente, directrice de Bretagne Valorisation®, dresse un panorama de l’activité du service.
Pour en savoir plus retrouver cette vidéo sur l'aire d'U, la plateforme de diffusion multimédia de l'Université Rennes 2.
http://www.lairedu.fr/bretagne-valorisation-linnovation-a-votre-portee/

IETR : antenne à balayage et reconfiguration de faisceaux

02min35

La miniaturisation et l’encombrement des équipements automobiles deviennent une problématique récurrente pour les constructeurs.

L’équipe de Ronan Sauleau, de l’Institut d’Électronique et de Télécommunications de Rennes (IETR), viennent de mettre au point une antenne plate pour radar automobile détecteur d’obstacle. Mais cette antenne peut également avoir des applications dans le secteur des télécommunications ou aéronautique. Dans ce cadre Bretagne Valorisation® accompagne l’équipe de Ronan Sauleau dans sa démarche de transfert de technologies vers le secteur industriel.
Pour en savoir plus retrouver cette vidéo sur l'aire d'U, la plateforme de diffusion multimédia de l'Université Rennes 2.
http://www.lairedu.fr/ietr-antenne-a-balayage-et-reconfiguration-de-faisceaux/

Bretagne valorisation® : chef de file du projet prottec

Lionel PUJOL

02min34

L’une des missions de Bretagne Valorisation® est de transférer les résultats issus de la recherche publique vers le secteur industriel. Il était donc légitime pour le service de prendre en charge la coordination du projet PROTTEC (Public Research Organisation Technology Transfert through Regional Economic Clusters) en partenariat avec les universités d’Exeter, de Plymouth, Marine southeast et l’IFREMER. Ce projet européen, inscrit dans le programme INTERREG IVA et lancé depuis mars 2009, engage une première réflexion sur les problématiques de l’innovation dans le secteur de la recherche publique mais aussi du transfert de ces dernières vers le monde socio-économique.

Dans cette interview, Lionel Pujol, coordinateur du projet et ingénieur transfert à Bretagne Valorisation®, rappelle les objectifs principaux du projet et donne les résultats de ces six premiers mois de travail.
Pour en savoir plus retrouver cette vidéo sur l'aire d'U, la plateforme de diffusion multimédia de l'université Rennes 2.
http://www.lairedu.fr/bretagne-valorisation-chef-de-file-du-projet-prottec/

Les nouveaux défis du syndicalisme français – François Chérèque

François CHEREQUE

02min48

Le syndicalisme évolue en France pour différentes raisons : 1. La
réalité de la vie de l’entreprise est différente et tournée vers
l’international. 2. Le syndicalisme traditionnellement lié à l’industrie
doit s’adapter au développement des métiers de service. 3. Les
nouvelles technologies ont transformé les modes de communication. 4.
C’est le vote des salariés et non plus la loi qui détermine les
syndicats représentatifs.



Unionism operates in France for several reasons: 1. The reality of
business life is different and internationally oriented. 2. The unions
traditionally linked to the industry must adapt to the development of
the service professions. 3. New technologies have changed the way of
communication. 4. This is the vote of the employees and not the law that
determines the representative trade unions.




Pour aller plus loin :


Site de la CFDT 

François Chérèque, Patricia, Romain, Nabila et les autres : Le travail, entre souffrances et fierté, 
Albin Michel, 2011



Retrouvez plus de vidéos de François Chérèque sur TVDMA.org