Documents pour «innovations»

Les nouvelles voies économiques

1h01min05

Les territoires sont engagés dans un mouvement de
transformation rapide et profond. L'économie des sociétés tant au
niveau international qu'au niveau local connaissaient depuis vingt ans
des changements et restructurations déjà importants, la succession de
crises depuis 2008 a considérablement accéléré les processus. Les
relations entre villes et campagnes, entre régions et entre régions et
Ile-de-France connaissent elles aussi des évolutions significatives.
L'économie n'est pas seule en jeu, ou plutôt il ne s'agit pas seulement
de biens matériels, d'infrastructures, de sites et de productions,
toutes choses très importantes, il s'agit aussi de perceptions des
habitants, des cadres mentaux dans lesquels se projettent tous les
acteurs, de générations, de secteurs d'activités différents. C'est de
cette chair, de ces esprits dont sont façonnés les territoires.


 Tout
le tissu économique poursuit une mutation. L'industrie voit des
activités fortes il y a trente années, perdre des pans entiers, de
nouvelles activités apparaissent sans qu'elles soient aussi visibles ou
perçues comme importantes. Des interrogations courent sur la capacité
des territoires de Normandie à continuer de générer un tissu industriel :
Quelles activités ? Quelles compétences ? Quelles localisations ? Les
mêmes interrogations touchent le secteur des services, toujours plus
importants mais eux aussi en refonte. Les emplois, la richesse
collective, les ressources, l'économie de ces territoires normands ne
seront pas les mêmes dans la prochaine génération ; Quelles nouvelles
voies se dessinent ?

Avec la participation de :



Franck Murray, chef d'entreprise, YPDIA MicroElectronique, Caen



Christophe Rosenberger, professeur ENSI-Caen, pôle compétitivité transactions électroniques



Alain Kendirgi, directeur général de la SHEMA, Caen



Christian Boulocher, chef d'entreprise Normandie Logistique, Rouen



Luc Lesénécal, directeur général adjoint de la coopérative Isigny-Sainte-Mère



Laurence Menier, éleveur, Présidente pôle de compétitivité cheval, Caen

Madame Lee

De Pier-Emanuel Petit

33min27

À Montreuil, en lisière d’une petite cité ordinaire, brille une échoppe coréenne, un petit resto animé par une femme combattante et attentive : Madame Lee.

Je suis sociologue et j’ai choisi d’être cuisinière. C’est un voyage inattendu, ordinaire et fabuleux, dans un lointain ici où se mêlent traditions et questionnements, féminité et féminisme, cuisines et cultures.

Socio-énergie. 1ères Journées internationales de sociologie de l’énergie : ouverture / Jean-Michel Minovez, Vincent Simoulin

Jean-Michel MINOVEZ

09min31

Socio-énergie. 1ères Journées internationales de sociologie de l’énergie
: ouverture / Jean-Michel Minovez, Vincent Simoulin, journées organisées par le Centre d’Étude et de Recherche Travail, Organisation, Pouvoir (CERTOP, Université Toulouse-Le Mirail) en partenariat l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF) et l’Association française de sociologie (AFS), Université Toulouse II-Le Mirail, 25-26 octobre 2012.

Depuis plus d'une dizaine d'années, de nombreux travaux sociologiques
émergent sur les questions de l'énergie, mais, jusqu'à présent, en
l'absence d'une communauté scientifique structurée, ils restent
dispersés. Compte tenu du contexte climatique et énergétique actuel et
des débats qui en découlent, il apparaît désormais opportun de réunir et
confronter, au niveau international, les contributions et les analyses
dans le domaine.
Les questions énergétiques occupent une place croissante dans les
préoccupations sociales et politiques. Les consommations énergétiques,
les émissions de gaz à effet de serre, et les autres impacts
environnementaux et sanitaires qui leur sont associés, relèvent de
l’ensemble des activités humaines. Des contraintes physiques
(raréfaction des ressources conventionnelles, augmentation de l’effet
de serre…), techniques (effet structurant du marché, des macro-systèmes
techniques, des innovations techniques, des innovations techniques), et
politiques (conférences internationales, Grenelle de l’Environnement,
politiques industrielles…), combinées à leurs conséquences
socio-économiques (dérive technologique, précarité énergétique,
exclusion sociale, absence de démocratie technique…), nécessitent des
actions urgentes de diversification du bouquet énergétique et
d’économie d’énergie.

La maîtrise de la demande d’énergie s’est imposée comme une composante
essentielle du référentiel de développement durable, et un enjeu
central des programmes d’action publique dans les domaines du
transport, de l’urbanisme, de l’habitat, de l’industrie… On retrouve
dans la plupart des pays de tels programmes d’action publique, adossés
aux grands accords internationaux, déclinés selon les spécificités
énergétiques, économiques et sociales nationales. La  transition
énergétique dans laquelle nos sociétés tendent à s’inscrire se heurte à
l’incapacité des systèmes techniques et des politiques publiques à
réduire les consommations. Les regards se tournent alors vers les
acteurs sociaux ou vers les consommateurs et leurs comportements
d’usage.

Outre des analyses en termes de politiques publiques, et de stratégies
industrielles, les problématiques énergétiques impliquent une approche
sociotechnique consistant à penser et traiter l’interaction entre la
technique et le social. Il s’agit de déchiffrer les enjeux, les
pratiques, les représentations sociales et les logiques d’action qui
sous-tendent la conception, la production, la commercialisation et
l’usage des technologies énergivores. Inversement, comment questionner
la part des innovations sociales (c’est-à-dire non technologiques) ?
L’enjeu sociétal d’accélérer la diffusion des technologies, des modes
d’organisation et des pratiques sociales contribuant à une meilleure
efficience énergétique, suppose de caractériser les conditions de mise
en œuvre de dispositifs énergétiques performants, d’identifier les
attentes et d’analyser les modes de réception et d’appropriation par
les différentes catégories d’acteurs appelés à les promouvoir et à les
utiliser.

L’objectif de ces 1ères Journées de sociologie de l’énergie est de
mieux comprendre la place et les apports de la sociologie de l’énergie
dans l’espace public, autour de cinq grandes thématiques.

Le socio-système énergétique / Alain Gras

Alain GRAS

42min27

Le socio-système énergétique / Alain Gras, in "Socio-énergie. 1ères Journées internationales de sociologie de l’énergie"
organisées par le Centre d’Étude et de Recherche Travail, Organisation,
Pouvoir (CERTOP, Université Toulouse-Le Mirail) en partenariat avec l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF) et l’Association française de sociologie (AFS), Université Toulouse II-Le Mirail, 25-26 octobre 2012.
Pour Alain Gras, "L'histoire du concept d'énergie accompagne l'histoire d'une civilisation qui est pénétrée de la notion de puissance. Une puissance qu'elle exerce sur notre environnement et le terme lui-même d'ailleurs le sous-entend. Communément, par exemple, l'énergie d'une bombe atomique parle tout de suite à notre imaginaire". De la locomotive à vapeur et du télégraphe, au nucléaire et au projet Desertec, c'est le panorama d'une société industrielle, de son développement technologique et de sa dépendance à l'énergie fossile, qui est brossé dans cette communication. En s'appuyant sur les recherches en économie (Nicholas Georgescu-Roegen, les prospectives du Club de Rome), en démographie (celles de Paul Chifurka notamment), sur la philosophie (Heidegger, Descartes, Tocqueville...), sur les notions de "pic pétrolier", de paradoxe de Jevons, d'effet rebond..., Alain Gras dresse les jalons d'une histoire sociologique de l'énergie (et de la thermodynamique), qui, pour lui, n'est pas seulement un phénomène politique et militaire, mais qui est un phénomène social total, au sens de Marcel Mauss. Si Alain Gras parle de décroissance énergétique, il espère avant tout un changement de relation de l'homme avec la nature, un changement d'imaginaire où se réinsérerait le pouvoir du peuple dans les choix de société, dans les choix technologiques du futur.

Le développement pédagogique des enseignants du supérieur

Laure ENDRIZZI

31min44

Cette intervention rend compte des recherches françaises et internationales
récentes sur le thème du développement pédagogique des enseignants du
supérieur.

Elle s'appuie sur une revue de littérature intitulée "Savoir enseigner
dans le supérieur : un enjeu d'excellence pédagogique", publiée en
septembre 2011 dans la collection des Dossiers d'actualité de l'IFÉ.

Elle est aussi l'occasion d'évoquer les collaborations entre l'IFÉ et la
MINES, en particulier le projet de cartographe de la recherche française en e-éducation
qui mobilise les services Veille et analyses et Ingénierie TICE de l'IFÉ.

Les technologies éducatives et l'université dans les dernières grandes réformes de l'université française

Françoise THIBAULT

57min01

L’auteur développe les relations que l’institution (l’enseignement
supérieur dans sa diversité française) établit avec les problématiques
soulevées par les dimensions pédagogiques et techniques. Elle identifie :


les dynamiques à l’œuvre qui se mettent en place
quelle que soit la conduite des acteurs (tendances technophiles ou technophobes ;
tenants de la culture et tenants de la pédagogie ; obstacles
récurrents ; résistances diverses ; erreurs réitérées ; acquis
saillants ; etc.) ;

les acteurs du champ qui infléchissent
effectivement aujourd’hui les dynamiques à l’œuvre dans le supérieur ;

les idéologiques sous-jacentes ;

les problématiques et questions qu’un tel état
des lieux engage pour l’action quotidienne dans les établissements.

Les mutations de l'enseignement supérieur en Europe (...)

Gaële Goastellec

1h05min20

Sur la base de ses travaux et d’une revue de la littérature
du champ concerné, l’auteur nous aide à comprendre quelles mutations sont à
l’œuvre aujourd’hui dans l’enseignement supérieur en Europe qui permettent
d’identifier les dynamiques et mouvements saillants (sociopolitiques,
institutionnels, académiques), relatifs aux évolutions des publics et des
attentes en termes de formation aux niveaux supérieurs.

La vidéo, un art de l'espace et du temps

Christine VAN ASSCHE

1h08min18

Nous assistons ces dernières années à l'expansion, dans et hors du champ des musées, du phénomène vidéo. Depuis que la vidéo est enseignée dans les écoles d'art et les facultés d'art plastiques, au même titre que la peinture, le dessin, la sculpture et la photographie, et parallèlement à la diffusion de celle-ci par l'intermédiaire du DVD, elle trouve sa place dans les salles de nos grands musées et dans des collections privées, mais rarement à la télévision. La création vidéo peut prendre la forme de l'installation occupant un espace bien spécifique ou de la cassette et du DVD se diffusant en projection ou sur un moniteur, rejoignant ainsi les modalités de diffusion du cinéma.
La conférence retracera l'histoire de ce médium depuis les laboratoires expérimentaux des studios officiels de télévisions jusqu'aux écrans plats sur les murs des collectionneurs privés. Les grandes étapes de cette histoire nous conduiront des expérimentations, des performances filmées, des mouvements de contre information issus de 1968, des recherches d'un vocabulaire spécifique, de l'évolution de la bande vidéo vers l'installation et les tendances actuelles (performance, narration, documentaire). Nous nous intéresserons tant à l'évolution du médium lui-même et aux grands mouvements esthétiques qu'au développement des genres et aux modalités de diffusion. Nous aborderons rapidement quelques questions pragmatiques liées au support telles que l'évolution des machines et des supports de conservation, ou des conditions de diffusion dans des espaces publics.
Cette présentation sera illustrée d'exemples issus des collections du Centre Pompidou. Seront présentées des extraits d'oeuvres des artistes Nam June Paik, Jean Luc Godard, Gary Hill, Mathieu Laurette, Bill Viola…) Et finalement des renseignements seront donnés sur les lieux de visionnage, de présentation et d'acquisition de ces oeuvres. Une courte bibliographie accompagnera cette conférence.