Documents pour «sportifs»

Althea

De Rex Miller

1h24min16

Althea Gibson, issue des rues de Harlem, a émergé contre toute attente comme la reine du tennis féminin dans les années 1950, en pleine période de ségrégation raciale. Son nom est aujourd'hui presque oublié, mais aucun sportif n'a dû traverser autant d'obstacles pour accéder au rang de champion. Althea Gibson est la première sportive afro-américaine à avoir remporté les tournois de Wimbledon et Forest Hills.

Champions factory Saison 01 - 6 épisodes

De Laurent Bouit

Le sport est aujourd'hui le spectacle qui fédère et rassemble le plus, partout autour du monde. Dans de nombreux pays, le sport participe même pleinement à la construction d'une identité nationale et certains sports sont devenus indissociables de la nation qui les porte.
D'autres pays vibrent tout aussi intensément pour un sport sans pour autant dominer la scène internationale. enfin, il arrive qu'un sport émerge grâce à une génération exceptionnelle, qui provoque un engouement sans précédent. Champions factory se propose d'explorer ces cas uniques où un sport rencontre un peuple.

In the French Dans les coulisses de Roland-Garros

Géraldine Maillet

1h22min11

En 1981, la direction de Roland-Garros offrait à William Klein la possibilité de filmer le tournoi en exclusivité. En tant que fan de tennis, le photographe accepte sans hésitation et réalise un documentaire mythique.

Près de 35 ans plus tard, "In the French" est un regard contemporain sur un stade qui a subi d'importantes modifications, mais qui a su garder l'ADN de Roland Garros avec sa passion, l'anxiété et la joie.

Munich 72

De Dror Zahavi

1h31min32

Le 5 septembre 1972, durant les Jeux Olympiques de Munich, un groupe de terroristes palestiniens prend en otage neuf athlètes israéliens.
Exigeant la libération de plusieurs prisonniers, les jeux sont suspendus et les autorités allemandes entament les négociations.
Mais la situation dépare et certains otages sont exécutés.

Maltraitance en lien direct avec la pratique sportive : Table Ronde

Eric DI MECO

1h24min35

Sport Intensif et Maltraitance
3e journées de Psychopathologie du sport
4 & 5 juin 2009 - CAPS / CHU de Bordeaux / Université Victor Segalen Bordeaux 2

* Maltraitance en lien direct avec la pratique sportive : Table Ronde
- Intervenants :

* Geneviève Cauwel (Danseuse professionnelle, Bordeaux)

* Francis Merle (Médecin du Sport, Clinique du Sport de Mérignac)

* Cédric Martinez (Ancien boxeur, Coordinateur Régional de la lutte contre les incivilités et la violence dans le sport, DRDJS Aquitaine)

* Eric Di Meco (Ancien international de football)


- Président / Modérateur : Serge Simon (Bordeaux)
Un sportif peut-il tout accepter au nom d’un idéal ? A-t-il toujours conscience des limites à ne pas franchir, des maltraitances subies? Différents spécialistes du sport, sportifs professionnels (danseuse, footballeur, boxeur) mais aussi médecins témoignent de leur expérience et reviennent sur ce qu’ils ont vécu comme étant, à l’époque ou rétrospectivement, des formes de maltraitance : diktat du poids, manipulation, pression, surentraînement.
Un retour "sans regret" sur des années d’investissement et de don de soi.

Maltraitance en lien direct avec la pratique sportive (Session 2)

Frédérique ALLAIRE

1h20min21

Sport Intensif et Maltraitance
3e journées de Psychopathologie du sport
4 & 5 juin 2009 - CAPS / CHU de Bordeaux / Université Victor Segalen Bordeaux 2

* Maltraitance en lien direct avec la pratique sportive (Session 2)
- Intervenants :

* Frédérique Allaire (Pays de la Loire)
« L’enfant et les sports de combat : où commence l’inacceptable ?»

* Jean-François Toussaint (Paris))
« Retentissement de la pratique précoce »

- Président / Modérateur : Nadia Zagui-Rossi (Psychologue, Direction de la Protection Judiciaire de la Jeunesse)
A considérer la dégradation de la place de l’enfant dans la société, on peut se demander si le sport (de haut niveau) ne serait pas au contraire un facteur de protection ? A quoi tient cette situation ? A travers l’analyse de l’évolution de différents traits physiques ou physiologiques chez les sportifs au cours des dernières décennies, il semble que cette population soit constituée d’individus ségrégés pour leur capacité de performance et d’endurance en partie d’origine génétique. Toutefois, on atteint des limites qui induisent que le plus petit gain de performance ne soit désormais acquis que par une charge intense de travail, où l’on doit se maltraiter pour encore se dépasser…..

Maltraitance en lien direct avec la pratique sportive (Session 1)

Jean-Jacques CHOULOT

1h16min24

Sport Intensif et Maltraitance
3e journées de Psychopathologie du sport
4 & 5 juin 2009 - CAPS / CHU de Bordeaux / Université Victor Segalen Bordeaux 2

* Maltraitance en lien direct avec la pratique sportive (Session 1)
- Intervenants :

* Jean-Jacques Choulot (Pau)
« Sport de haut niveau et maltraitance de l’enfant : aspect somatique »

* Marie-Carol Paruit (Nantes)
« Entraînement sportif intensif, entraînement abusif et maltraitance – Conduite à tenir dans les différentes situations »

- Président / Modérateur : Philippe-Jean Parquet (Pr de Psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent, Addictologue. Responsable de l'antenne de prévention du dopage 59 & 62)
La course à la performance est un enjeu majeur du milieu sportif de haut niveau. S’entraîner, se dépasser, souffrir pour la victoire est un passage consenti sinon obligé pour tout sportif. Valeur louable à priori car stimulante pour l’enfant, le dépassement de soi, magnifié par les médias, est à l’origine d’importantes déviances. L’entraînement intensif risque souvent de se transformer en entraînement abusif.
Une maltraitance physique (traumatismes, factures, douleurs…), psychologique (troubles du comportement alimentaire, fatigue, tentative de suicide..), psychique (pression, humiliations) que les professionnels (médecin du sport, psychologues..) et parents doivent dénoncer. La loi de 2004 sur l’accueil et la protection de l’enfance est un véritable pas en avant mais la méconnaissance du terrain sportif limite encore le nombre de signalements et de prises en charge d’enfants maltraités.
Il faut donc prévenir, déceler au plus tôt les signes de souffrance chez l’enfant : isolement, perte de poids, aménorrhée, surmenage…de façon à minimiser les dommages induits par ces situations extrêmes.

Sport et maltraitance. De l’entraînement à la maltraitance, de la maltraitance à la violence

Sabine AFFLELOU

1h48min48

Sport intensif : Cultures de l’anormalité
2ème journées de Psychopathologie du sport
5 & 6 juin 2008 - CAPS / CHU de Bordeaux / Université Victor Segalen Bordeaux 2
* Sport et maltraitance. De l’entraînement à la maltraitance, de la maltraitance à la violence- Intervenants : Sabine Afflelou et Greg Décamps (Bordeaux))

Résultats préliminaires de l’étude : «Violences sexuelles en milieu sportif »Stéphane Proia (Nîmes)

Le crime sportif Philippe Liotard (Lyon)

La relation d’emprise. Le cas particulier du conditionnement délétère (grooming) - Président / Modérateur : Pierre Rochcongar (Rennes)L’anormalité du monde sportif peut-elle tout justifier ? Peut-on légitimer le pire au nom de la performance ? La polémique fait rage autour du monde sportif. La révélation de cas non-isolés d’agressions et d’atteintes sexuelles sur de jeunes sportifs remet en cause le caractère « hors normes » de cet univers. Resté dans la sphère de l’opinion publique jusqu’il y a encore quelques mois en France, ce problème prend une envergure nationale avec l’étude lancée cette année, à la demande de la ministre de la santé Roselyne Bachelot, sur les « Violences sexuelles en milieu sportif ». Encore à l’état préliminaire, les premiers résultats viennent toutefois corroborer les faits : il y a une banalisation des violences dans le milieu sportif. Il s’agit même pour certains sportifs d’une pratique « entendue ». Comment en est-on arrivé là ? Et comment rompre la loi du silence qui règne dans le milieu sportif ? Des spécialistes prennent la parole.

Sport Intensif : Douleur et performance

David DOUILLET

1h35min00

Sport intensif : Cultures de l’anormalité
2ème journées de Psychopathologie du sport
5 & 6 juin 2008 - CAPS / CHU de Bordeaux / Université Victor Segalen Bordeaux 2
* Le soin dans cet univers « hors normes ». Douleur et performance- Intervenants : David Douillet (Ancien Champion Olympique de Judo)

TémoignageBaptiste Viaud (Nantes)

Temps sportif, santé du champion et logique de l’urgence Bertrand Thoribé (Mérignac)

Le regard du médecin du sport sur la douleur Jean-Christophe Seznec (Paris)

Sport et souffrance- Président / Modérateur : Marc Bouvard (Pau)Marginalisés et assujettis à des normes strictes de dépassement de soi et de performance, les sportifs sont soumis à des règles de vie et à des entraînements intensifs éprouvants. Mais quels rapports entretiennent-ils avec la douleur et la souffrance ? Faut-il souffrir pour être performant ? Les témoignages qu’apportent David Douillet et Serge Simon sont unanimes: de par ses valeurs et son idéologie, le milieu sportif intègre et banalise les sensations de douleur et de blessure. A force d’efforts et d’entraînements, la douleur devient même un indicateur de progrès : avoir mal, souffrir fait partie du contrat. Résistants à la douleur, les sportifs de haut niveau en deviennent des surhommes surprotégés car ils ont le devoir d’user de leurs corps sans jamais l’user.Mais la banalisation de la souffrance rend difficile le repérage et la reconnaissance des pathologies psychologiques et physiques. Reconnues comme normales malgré le cadre légal, certaines blessures échappent à la prise en charge sanitaire alors que ce qui est urgence sanitaire chez le non-sportif l’est tout autant chez le sportif de haut niveau. Mais peut-on remettre en cause un système qui fonctionne ?

Soin et Sport Intensif. Impact du décalage des normes sur le dispositif sanitaire

Serge SIMON

1h56min05

Sport intensif : Cultures de l’anormalité
2ème journées de Psychopathologie du sport
5 & 6 juin 2008 - CAPS / CHU de Bordeaux / Université Victor Segalen Bordeaux 2
* Le soin dans cet univers « hors normes ». L’impact du décalage des normes sur le dispositif sanitaire- Intervenants : Serge Simon (Bordeaux)

Aspect psychologiqueMartine Duclos (Clermont Ferrand)

Aspect somatique Isabelle Demongeot (Paris)

Témoignage- Président / Modérateur : Jean-François Toussaint (Paris)Marginalisés et assujettis à des normes strictes de dépassement de soi et de performance, les sportifs sont soumis à des règles de vie et à des entraînements intensifs éprouvants. Mais quels rapports entretiennent-ils avec la douleur et la souffrance ? Faut-il souffrir pour être performant ? Les témoignages qu’apportent David Douillet et Serge Simon sont unanimes: de par ses valeurs et son idéologie, le milieu sportif intègre et banalise les sensations de douleur et de blessure. A force d’efforts et d’entraînements, la douleur devient même un indicateur de progrès : avoir mal, souffrir fait partie du contrat. Résistants à la douleur, les sportifs de haut niveau en deviennent des surhommes surprotégés car ils ont le devoir d’user de leurs corps sans jamais l’user.Mais la banalisation de la souffrance rend difficile le repérage et la reconnaissance des pathologies psychologiques et physiques. Reconnues comme normales malgré le cadre légal, certaines blessures échappent à la prise en charge sanitaire alors que ce qui est urgence sanitaire chez le non-sportif l’est tout autant chez le sportif de haut niveau. Mais peut-on remettre en cause un système qui fonctionne ?

La « bulle sportive ». Les micros sociétés, l’élitisme, la marginalité

Patrick MIGNON

1h13min59

Sport intensif : Cultures de l’anormalité
2ème journées de Psychopathologie du sport
5 & 6 juin 2008 - CAPS / CHU de Bordeaux / Université Victor Segalen Bordeaux 2
* La « bulle sportive ». Les micros sociétés, l’élitisme, la marginalité- Intervenants : Patrick Mignon (Paris)

Vivre dans le petit monde du sport d’éliteMakis Chamalidis (Paris)

« Je ne veux pas me prendre la tête »- Président / Modérateur : Grégory Michel (Bordeaux)Fondée sur une idéologie structurante et protectrice forte, l’institution sportive a des effets régulateurs sur le comportement des sportifs qu’elle mobilise vers un idéal. Le sentiment d’appartenance à une communauté et d’engagement vers un objectif défini sont des valeurs qui offrent un cadre rassurant et stimulant. Mais à vouloir surprotéger, à vouloir trop donner, ne risque t-on pas de marginaliser et d’uniformiser le milieu sportif car nous le constatons déjà l’idéologie sportive a ses contreparties et ses ambivalences. Elle génère des angoisses sur la valeur : suis-je apte à atteindre cet idéal sportif ?, elle suggère une uniformisation des comportements et freine les échanges verbaux car la priorité c’est la performance. Tenus écartés des réalités du monde ordinaire et assujettis à des codes de comportement uniformes, les sportifs, en formation ou déjà confirmés, peuvent par la suite avoir du mal à trouver leurs repères à l’extérieur. L’idéologie sportive est donc, au même titre que le dopage ou l’isolement géographique, un facteur déterminant de la marginalisation des sportifs, elle est partie composante de la « bulle sportive ».

La « bulle sportive ». De l’exemplarité à la marginalité

Marc LEVEQUE

1h59min59

Sport intensif : Cultures de l’anormalité
2ème journées de Psychopathologie du sport
5 & 6 juin 2008 - CAPS / CHU de Bordeaux / Université Victor Segalen Bordeaux 2
* La « bulle sportive ». De l’exemplarité à la marginalité- Intervenants : Marc Lévêque (Orléans)

Effets et méfaits de l’idéologie sportiveChristophe Brissonneau (Paris)

Du monde ordinaire vers le monde extraordinaire du haut niveau. Le choc des normesDaniel Hardelin (Font Romeu)

Adolescents en Pôle Espoir à Font Romeu : un monde à part ?- Président / Modérateur : Joël Delplanque (Paris)Fondée sur une idéologie structurante et protectrice forte, l’institution sportive a des effets régulateurs sur le comportement des sportifs qu’elle mobilise vers un idéal. Le sentiment d’appartenance à une communauté et d’engagement vers un objectif défini sont des valeurs qui offrent un cadre rassurant et stimulant. Mais à vouloir surprotéger, à vouloir trop donner, ne risque t-on pas de marginaliser et d’uniformiser le milieu sportif car nous le constatons déjà l’idéologie sportive a ses contreparties et ses ambivalences. Elle génère des angoisses sur la valeur : suis-je apte à atteindre cet idéal sportif ?, elle suggère une uniformisation des comportements et freine les échanges verbaux car la priorité c’est la performance. Tenus écartés des réalités du monde ordinaire et assujettis à des codes de comportement uniformes, les sportifs, en formation ou déjà confirmés, peuvent par la suite avoir du mal à trouver leurs repères à l’extérieur. L’idéologie sportive est donc, au même titre que le dopage ou l’isolement géographique, un facteur déterminant de la marginalisation des sportifs, elle est partie composante de la « bulle sportive ».