Savoirs

De la violence de masse au génocide - Un entretien avec Jacques Sémelin

Durée : 30min. Français
Ce document est en accès libre.

Résumé

De la violence de masse au génocide
 
Un entretien avec Jacques Sémelin
L’historien et politologue Jacques Sémelin revient sur la notion de génocide.
Le terme de génocide a été créé par le juriste Raphaël Lemkin en 1944
pour définir, en miroir avec le terme d’homicide, la destruction d’un
groupe ethnique ou national et les attaques contre les populations
civiles. Depuis, le terme est utilisé tant par les juristes qui tentent
de définir les cadres du «crime de génocide», que par les chercheurs en
sciences sociales qui essayent de comprendre son apparition.
Les génocides sont le fruit de processus complexes qui prennent
racine dans la stigmatisation et le rejet de l’Autre. Comme le décrit
Jacques Sémelin, ces processus mentaux sont exacerbés dans les périodes
de crise politique, économique ou sociale et ils deviennent les maillons
d’un engrenage qui mène à la violence. Lorsque la violence de masse
évolue vers l’institutionnalisation et qu’elle est relayée et soutenue
par les discours publics, elle peut aboutir un à génocide.
En adoptant une démarche comparatiste, Jacques Sémelin revient sur
différents génocides tels que le génocide arménien, la Shoah ou encore
le cas de la Bosnie avec le génocide de Srebrenica, et il s’efforce de
décrire la manière dont ils se construisent.