A consulter en ligne

Sur la route des elfes

De Christophe Cousin

11min27

Aussi impensable que cela puisse paraître, si l’Islande ne compte que 330 000 habitants, le pays serait aussi habité par près d’un million de trolls, d’elfes, et de gnomes.
Pour un cartésien, autant croire au Père Noël… On a pourtant décidé de prendre la route à la rencontre des Islandais et par leur intermédiaire, à la rencontre des Elfes eux-mêmes. Car d’après le très sérieux professeur Magnus Skarphéðinsson, plus d’un Islandais sur deux est convaincu qu’ils existent. Les elfes feraient même partie du quotidien des Islandais !

Les derniers collecteurs d’œufs

De Christophe Cousin

16min03

C’est en ramassant les œufs de fulmars et de guillemots le long des falaises que les habitants des îles Vestmann ont survécu aux famines. Aujourd’hui, une poignée d’hommes veille sur la tradition. A leur tête, Halli Geir, 4ème de sa catégorie aux derniers championnat du monde de bras de fer, acrobate défiant les falaises et chef de la police de la ville aussi… Une paire de bras donc, beaucoup de sang froid pour la seule beauté du geste et pout une bonne omelette. Aujourd’hui, la loi ne prévoit plus qu’un weekend dans l’année pour ramasser les œufs. Rendez-vous sur l’île de Bjarnarey, un caillou tout droit sorti des entrailles de la Terre. Halli Geir s’élance au dessus du vide, au bout d’une corde, assuré par ses amis restés en haut. De là, il se balance, tentant de ramasser quelques œufs au péril de sa vie…

Il était une fois l'Arctique

De Christophe Cousin

1h50min49

L'Arctique fond. L'ours polaire se meurt. La banquise est sur le point de disparaitre. C'est triste, mais finalement, ce n'est qu'une question de point de vue car sous l'effet du réchauffement climatique, se révèlent désormais aux yeux du monde toutes les richesses de l'Océan Arctique : du pétrole, de l'or, des ressources halieutiques, de nouvelles routes marchandes… La ruée vers le Nord a commencé !
Mais le monde du Sud a un peu vite oublié qu'il y avait des hommes qui vivent tout là-haut. Ils sont Inuits, Nenets, ou encore Koriaks et à leur manière, ils courent aussi. Une course contre le temps et pour l'essentiel : chasser, manger, avancer, vivre !
Deux mondes tentent désormais de se côtoyer : celui des pionniers et celui des autochtones, celui de l'or noir et celui de l'ours blanc. Le réalisateur Christophe Cousin a accompagné le pas des hommes dans leurs ruées afin de nous dresser un portrait sans concession de l'Océan Arctique.
Dans son film, quatre histoires d'hommes se répondent en échos, des chasseurs Inuits sur la banquise au rythme des traineaux à chiens ; 130 millionnaires chinois en croisière sur le plus gros brise-glace nucléaire du monde à destination du pôle Nord géographique ; des Nenets et leurs milliers de rennes en transhumance au travers des gazoducs de la région du Yamal ; et l’armée canadienne dont l'opération Nunalivut vise à asseoir la suprématie du pays sur ses territoires les plus septentrionaux.
Quatre histoires qui racontent les enjeux de l'Arctique de demain pour tenter de comprendre où va le monde. Chacun sa quête, son désarroi, et ses rêves. Au plus près des hommes, l'espoir en ligne de mire, malgré tout…

Les derniers rois de l'Arctique

De Christophe Cousin

47min32

Aux confins du Groenland, sur la côte Nord Ouest du pays, le petit village de Kullorsuaq dans la baie de Melville. Là, subsistent quelques irréductibles Inuits. Ils ne sont coupés du reste du monde que quelques mois par an et les jeunes, comme partout ailleurs, rêvent d’une vie meilleure en espérant le bonheur sur Facebook.
Mais quand revient le soleil après la nuit polaire, le vent et le froid pour héritage, ils sont une poignée à encore pratiquer la chasse traditionnelle. Leur objectif : nourrir leur clan comme leurs ancêtres avant eux et ce, depuis la nuit des temps.

C’est ainsi qu’un beau jour de printemps, Ole, Adam, Aqualuk et Martika s’élancent avec leurs chiens sur la banquise gelée en quête d’ours blancs, de phoques et de bélougas. Sous leurs pieds, l’Océan Atlantique et ses 3000 mètres de fond. Ce film raconte leur quotidien de chasse, une longue complainte où la glace crisse sous le patin des traineaux, et où l’on rêve par delà la ligne d’horizon. Un voyage initiatique, un poème en hommage à la vie malgré tout, car au contact de Ole – le sage de la bande – on comprend progressivement qu’ici, l’économie du geste côtoie la sagesse, la mort l’allégresse, l’espoir le questionnement.
Combien de temps encore les Inuits du Groenland pourront-ils s’abandonner à la nature pour se nourrir ? Quel regard portent-ils sur la modernité, le réchauffement climatique, le nomadisme, la société de consommation ? C’est ce que nous dévoile ce film au décors blanc et épuré où l’homme se dévoile sans artifice… 

Les Radjis - Peuple de la rivière et de la forêt

De Christophe Cousin

15min04

A la frontière de l'Inde et du Népal s'étend la terre des Radjis, dans le Terai, une région isolée à l'ouest du pays, faiblement peuplée mais riche de contes et de légendes. Christophe Cousin, un flambeau à la main, rencontre ses premiers Radjis au fond de la nuit, les pieds dans l’eau. Une maigre pêche nocturne pour point de départ à son itinérance. Les pêcheurs s’avèrent chercheurs d’or. Puis les chercheurs d’or lui indiquent le chemin qui le conduira parmi les chasseurs de miel. Les Radjis ont du goût pour l’inaccessible…Grimpeurs émérites, ils sont chasseurs de miel risquent leur vie pour aller chercher, à la cime des arbres, le nectar qui leur permettra de faire perdurer la tradition. Car « Ici, on ne fait pas ça pour gagner sa vie, on fait ça parce qu’il vaut mieux tomber d’un arbre que tomber dans l’oubli »… Un nomade a parlé.

Les Aventuriers du Haut Mékong

De Christophe Cousin

17min07

Sur le haut Mékong, entre Vientiane (la capitale) et la frontière chinoise, mille kilomètres de remous et de rapides jalonnent le fleuve. Mille kilomètres d’Histoire aussi car c’est là, au milieu de ce quelque part, et par 40 mètres de fond, que serait enseveli le trésor mythique du navire français Lagrandière (une canonnière venue repérer le pays au XIXème siècle). Christophe Cousin part remonter le fleuve, une chasse au Bouddha en or. Un voyage surtout, sur les traces des aventuriers d’hier, à la rencontre de ceux d’aujourd’hui. Mais voilà qu’il ne reste par endroit que quelques centimètres d’eau dans le Mékong... Que les navires attendent sur des bancs de sable. Un jour, sans vraiment prévenir pourtant, un capitaine plus audacieux que les autres annonce le départ. On largue les amarres...

Le Peladao - Du foot et des filles

De Christophe Cousin

06min58

"Gooooooooooooal !" Sur la plage, dans la rue, au fond d’un terrain vague... Partout au Brésil, on joue au « futebal »... A Manaus aussi : en tout lieu et sans raison parce que le football au Brésil est LA raison de vivre des brésiliens. Mais au cœur de la forêt, le ballon rond n’a pas le monopole des rondeurs. A Manaus a lieu chaque année une compétition rassemblant le ballon rond et les jolies formes des plus belles filles de l’Amazonie. C’est le Peladao. A l’occasion d’un week‐end, on suit Erika et son équipe en route pour les demi finales.

La Mine de sel de Khoc Sat

De Christophe Cousin

05min46

A Khoc Saat, l’alchimie qui s’empare de l’aurore relève de la magie des petits matins du monde. Il est huit heures passé lorsque le petit village se lève, les cieux pour réveil. On s’apprête alors à y vivre le voyage de toute une vie, une course contre le temps, à extraire le sel des entrailles de la Terre. Soixante-dix familles vivent et travaillent là, en plein nulle part. L’eau est pompée à 250 mètres de profondeur dans une vieille mer, riche en sel. On la repend dans de grands bassins. Au bout de trois jours, l’eau s’est évaporée. L’or blanc (le sel) apparaît. Le cycle renaît depuis la nuit des temps, accompagnant la sueur du front des générations qui se succèdent. Et les hommes et les femmes qui s’agitent dans les champs de sel, à l’ombre des hangars ou des usines témoignent de leurs vies passées dans la moiteur de la potasse, les yeux rivés sur l’horizon des jours à venir.

La Vallée des briques

De Christophe Cousin

11min29

La vallée fume... on se croirait à la mine. La vallée fume, c’est elle qui fait grossir Kathmandou. La capitale explose de part en part, prête toute tentaculaire qu’elle est déjà, à exploser. Pour satisfaire ses désirs d’expansions, on construit de nouveaux bureaux, de nouveaux buildings. Alors, il faut fabriquer des briques, les petits enfants sont venus d’Inde pour la plupart. C’est ainsi. La vallée des briques est leur terrain de jeu, leur chemin de croix surtout. Certains se plaignent, d’autres y font grandir leurs rêves d’ailleurs, d’autres encore n’ont pas le choix... Ce qui m’intéresse ici, c’est le quotidien des petits hommes de la vallée des briqueteries... La manière dont ils s’organisent entre eux, dont ils travaillent, mangent, dorment, finissent quand même par trouver leur place.

Des billets de banque au fil de l'eau

De Christophe Cousin

06min07

Au départ de Manaus et jusqu’à la frontière avec la Colombie, l’Amazone permet aux bateaux de ravitailler les villages indiens des rives du fleuve. Les propriétaires des navires – souvent des blancs qui se sont transmis l’art du commerce et transportent ainsi depuis quelques siècles les marchandises et les passagers. Mais l’un d’eux a décidé d’innover. Depuis quelques mois, il a à son bord : une banque. L’ « Explorer IV » est donc un bateau comme les autres chargés de billets de banque.
On charge, on décharge, on attend, on repart... A l’époque, les commerçants échangeaient quelques produits des villes contre l’or et les épices des indiens. Un bon business... Aujourd’hui, on ouvre des comptes aussi. Et le bateau bouleverse les habitudes des indiens qui regrettent ce temps où le paradis existait encore sur leur terre, avant qu’ils ne découvrent l’existence de l’argent.

Entomophages

De Christophe Cousin

07min46

Au Laos, tout ce qui bouge se mange, sauf les bicyclettes ! Scorpions d’eau, punaises géantes, araignées, larves et cafards. Tout y passe. Comme 3000 ethnies à travers le monde qui mangeraient plus de 1400 espèces différentes, les laos se nourrissent d’insectes. Ils sont entomophages. Mais comment donc, ces larves et ces insectes arrivent-ils sur les marchés, dans les assiettes. Au-delà de l’exotisme du mets, la promesse est celle d’un voyage. On remonte la filière à la rencontre de ces hommes et ces femmes qui font le commerce, chassent et récoltent les insectes. Une partie provient de la forêt où chacun y va de sa technique. Une autre des élevages et des fermes qui fournissent les marchés locaux. « Vous goûterez bien ma punaise d’eau ? ».

En plein far-west amazonien

De Christophe Cousin

15min23

Christophe Cousin commence son voyage au cœur de la forêt, en plein Far West Amazonien sur la mine de fer de Carajas. C’est la plus grande mine de fer au monde. Un train, du rail... Quelques jours plus loin, il s’arrête Serra Pelada avec des «cowboys» à chaque coin de rue. Evidemment ce n’est pus la mine d’or des années 80 montrée par les photos de Salgado, mais il y a encore de cet esprit lié à la quête de l’or. On y creuse, on y cherche toujours... Chico l’accueil dans sa cuisine. Au dessous, un puits de 90 mètres de profondeur où il nourrit toujours ses espoirs de richesse. Mais les temps ont changé. Plane au dessus de son trou l’ombre des gigantesques exploitants de minerais. Sur cet itinéraire, on traverse aussi la region de Eldorado dos Carajas. Ici, la forêt a laissé place aux ranchs. On y croise de vrais «rancheros» : des éleveurs de betail qui marquent au fer rouge et font sonner les éperons. Le train arrive a São Luiz, dans l’etat de Maranhão, qui a été colonisé par les français et qui conserve encore quasiment intacte son centre historique alors qu’au port, le fer rencontre la mer...