Savoirs

  • Genres Philosophie, parapsychologie…
  • «
  • 1
  • 2
  • 3
  • ...
  • 121
  • 122
  • 123
  • »

Est-il plus facile de pratiquer l’interdisciplinarité lorsque celle-ci est une nécessité ? Le cas de l’archéologie

Philippe Boissinot

2h15min16

Pour parler d’interdisciplinarité il faut être en mesure de dire ce que c’est que d’être toujours dans la même discipline, au gré de différents parcours ; et, avant cela, de bien distinguer les approches épistémologiques de celles qui relèvent des voisinages et routines de travail, à proprement parler disciplinaires. Poser ce genre de questions, c’est déjà se frotter à des problématiques philosophiques et sociologiques, et donc sortir de sa spécialité. Le cas de l’archéologie, s’il ne relève pas vraiment de la controverse, est exemplaire car il est en tension et en pleine métamorphose.

Éléments d'un syncrétisme chamanique et soufi en Asie centrale

Patrick GARRONE

52min04

Journée d'études IFEA-DOSTI le 16 novembre 2009 à Istanbul (Institut français d’études anatoliennes)
« Les éléments hétérodoxes dans les soufismes d'Anatolie et d'Asie centrale »
organisée par Dilek Sarmış et Alberto Fabio Ambrosio
Patrick Garrone
Éléments d'un syncrétisme chamanique et soufi en Asie centrale

Addiction à l’alimentation chez les patients obèses opérés : création d’une base de données longitudinale

24min52

Porteur de projet :
Paul BRUNAULT et Servane BARRAULT, Psychologie des Âges de la Vie et Adaptation (PAVeA) – EA 2114

Partenaires :
Nutrition, Croissance, Cancer (N2C) – UMR U1069

Année de l'Appel à projet : 2017


Objectifs du projet :

Initier la mise en place d’une base de données longitudinale sur la
thématique de l’addiction à l’alimentation chez les patients obèses, en
se focalisant dans un premier temps auprès de patients opérés d’une
chirurgie de l’obésité (création de la base de données et valorisation
des premiers résultats).

Méthodologie :

Population : seront potentiellement éligibles tous les patients obèses
consultant avant ou après une chirurgie de l’obésité (suivi annuel) au
sein du service de Médecine Interne Nutrition du CHU de Tours (Pr
Ducluzeau), soit plus de 300 patients. Seront exclus les patients ne
maîtrisant pas le français ou n’ayant pas donné leur consentement à
l’étude.

Mesures et Procédures :
Les patients seront évalués à la fois avant la chirurgie de l’obésité
et au cours de leur suivi postopératoire (tous les ans) à l’aide
d’auto-questionnaires qui évalueront les facteurs suivants : obésité
(IMC) et pathologies somatiques associées, addiction à l’alimentation,
addictions aux substances psycho-actives, facteurs de risque
psychologiques et psychiatriques de ces addictions. Ces données seront
recueillies à l’aide d’auto-questionnaires remplis par les patients
pendant leurs visites de suivi systématiques. Ces données seront
recueillies avec l’aide des cliniciens et chercheurs du projet (et
notamment de l’étudiant en Master 2 en psychologie recruté).

Qalandar et maddah en Asie centrale aux 19e et 20e siècles

Alexandre PAPAS

53min49

Journée d'études IFEA-DOSTI le 16 novembre 2009 à Istanbul (Institut français d’études anatoliennes)
« Les éléments hétérodoxes dans les soufismes d'Anatolie et d'Asie centrale »
organisée par Dilek Sarmış et Alberto Fabio Ambrosio
Alexandre Papas (EHESS)
Qalandar et maddah en Asie centrale aux 19e et 20e siècles

Doğu ve Baatı görsel kaynaklarında heterodoks sufi betimlemeleri

Coralie ULYSSE

27min18

Journée d'études IFEA-DOSTI le 16 novembre 2009 à Istanbul (Institut français d’études anatoliennes)
« Les éléments hétérodoxes dans les soufismes d'Anatolie et d'Asie centrale »
organisée par Dilek Sarmış et Alberto Fabio Ambrosio
Hümeyra Uludağ (Université d'Istanbul)

Torture et temporalité thérapeutique dans une clinique de réhabilitation pour les survivants de la torture au Danemark

1h45min50

Séminaire Violence et sortie de la violence - Jeudi 17 mai 2018





Au
cœur du processus thérapeutique réside l’idée d’une guérison plus ou
moins lente ou l’attente, au moins, d’une amélioration mesurable. Que se
passe-t-il cependant si les traitements, même durables, ne parviennent
pas à améliorer la vie ou la santé des patients ? De ce point de vue,
les douleurs chroniques, les maladies longues ou incurables comptent
parmi les défis auxquels est confrontée la médecine conventionnelle.
Pourtant, parmi les professionnels de santé ayant travaillé avec des
victimes de torture ou de violence politique, il est tacitement admis
que, si une amélioration est possible à travers des traitements
hautement spécialisés et fondés sur des éléments de preuves comme le
PTSD (Posttraumatic Stress Disorder), la torture pose un
problème particulier pour ceux qui travaillent à améliorer la santé
globale et le bien-être des personnes touchées.

 

Basé sur une enquête de terrain menée dans une clinique de réadaptation
pour les survivants de torture au Danemark, cette présentation soutient
que certaines formes de souffrance posent un défi spécifique à la
dynamique temporelle de la guérison. Cette présentation aborde les
difficultés à traiter des séquelles durables de la torture comme un
problème renvoyant à un registre éthique et une question de temporalité.
C’est en croisant ces deux dimensions qu’il est possible de dégager une
piste pour comprendre les difficultés à offrir un réconfort à la
douleur qui découle de la torture. En s’appuyant sur l’hypothèse de Toby
Kelly selon laquelle le manque de reconnaissance de la torture ne
réside pas dans l’incapacité des victimes à parler mais de notre volonté
de les écouter, les difficultés rencontrées pour traiter des séquelles à
long-terme des tortures nous informent directement sur les possibilités
de reconstruction d’une vie décente que les pays d’accueil sont en
mesure d’offrir aux réfugiés ayant subis la torture dans leur pays
d’origine ou au cours de leur périple vers l’Europe.

Intervenante

Lotte Buch Segal est professeure assistante au département d'anthropologie de l'Université de Copenhague et membre de l’International Panel on Exiting Violence.
Ses recherches portent sur les questions de la résistance, de la
violence et de la subjectivité au sein des familles arabes touchées par
les conflits, tant celles qui vivent dans le monde arabe que celles
réfugiées en Europe.Dans ce cadre, elle a notamment travaillé sur la
Palestine et, plus spécifiquement, sur les familles des prisonniers
palestiniens et de ceux que certains désignent comme des "martyrs". Son
premier ouvrage No Place for Grief-Martyrs, Prisoners and Mourning in Contemporary Palestine
est paru en 2016. Une autre partie de ses recherches porte sur la
dimension genrée de l'expérience de la torture. Elle rédige actuellement
les conclusions d'un projet collectif intitulé  "Slippery Suffering: A
comparative ethnographic study on the encounters between survivors of
violence from the MENA region and the Scandinavian welfare states". Ce
projet repose sur l'idée que les réfugiés vivent différemment avec leurs
expériences de guerre, de violence et de torture passées en fonction
des différentes manières dont ils sont accueillis et reconnus en
Scandinavie. La séance du séminaire s'appuiera sur les perspectives
ouvertes par cette dernière enquête.

Relations entre Chrétiens et Bektachis des Balkans et de Turquie. Interconfessionalisme et supraconfessionnalisme

Thierry Zarcone

49min19

Journée d'études IFEA-DOSTI le 16 novembre 2009 à Istanbul (Institut français d’études anatoliennes)
« Les éléments hétérodoxes dans les soufismes d'Anatolie et d'Asie centrale »
organisée par Dilek Sarmış et Alberto Fabio Ambrosio
Thierry Zarcone (CNRS-GSRL)

Phénoménologie de la violence politique : formes, sens et expériences sensibles de l’émeute

Romain HUËT

1h52min50

Séminaire Violence et sortie de la violence - Jeudi 3 mai 2018





Les
analyses sociologiques et politiques de la violence émeutières suivent
en principe deux perspectives différentes. La première cherche à dégager
les facteurs issus du contexte social, susceptibles d’expliquer
l’apparition de la violence émeutière (inégalités sociales, exclusion,
discriminations, expériences de l’injustice, etc.). La seconde
perspective, quant à elle, vise à comprendre les processus et la
dynamique des violences en s’appuyant sur un profilage sociologique des
émeutiers. La plupart des études s’accordent pour établir un diagnostic
sociologique selon lequel la généralisation de la frustration sociale
favoriserait l’expérience émeutière. En bref, il y a une base
institutionnelle (sociale, politique et culturelle) qui constitue un
ensemble de conditions importantes pour l’expression des formes de
violence.

Pour le formuler autrement, il existe des configurations sociales
spécifiques qui créent des conditions favorables aux expressions
émeutières. L’objectif de cette communication est de se plonger plus au
cœur de l’émeute pour en déceler sa réalité sensible et son vécu
subjectif. Autrement dit, il s’agira de décrire l’expérience subjective
de l’émeute, la façon dont les émeutiers mettent en sens leurs actes,
les thématisent et en donnent une explication. Romain Huët tâchera alors
de réaliser une « phénoménologie » de l’émeute au sens où elle sera
comprise comme une « expérience sensible » produisant une série
d’affects, de rapports sociaux, et de pratiques symboliques qui
maintiennent ou encouragent les activités à la stratégie émeutière. Il
tentera d’appréhender l’émeute dans une perspective de « corps assemblés
en des lieux »  afin d’examiner les effets de verticalisation
corporelle qui l’orientent ; c’est ainsi éprouver l’unité
phénoménologique depuis laquelle cet acte se donne simultanément comme
action et affection. C’est reconnaître, donc, l’acte de l’émeutier pour
ce qu’il est et éviter de re-présenter autre chose que lui : une colère,
une perte de repères, une haine, etc.

Intervenant

Romain Huët, est maitre de
conférences en sciences de la communication à l'Université Rennes II. Il
est en charge d'un programme de recherche : "Catastrophes,
milieux désorganisés et expérience de la violence. Socio-anthropologie
de l'agir humain en contexte précaire et indéterminé" au sein de l'Institut des Sciences de la communication (CNRS/Paris-Sorbonne). Il est également membre de l'ANR SoV - Sortir de la violence mené à la FMSH. Ses
travaux consistent notamment en une anthropologie de la violence. Il a
particulièrement travaillé sur la Syrie pour examiner la quotidienneté
de la guerre au moyen d'une immersion au sein de brigades rebelles
(2012-2014). Il a notamment restitué cette expérience dans un article
paru dans la revue Cultures et conflits, "Quand les malheureux
deviennent des enragés. Ethnographie de Moudjahidines syriens
(2012-2014)", n°97, 2015, pp. 31-75. Depuis quelques années, il
s'intéresse plus particulièrement à la dimension sensible et affectuelle
de la violence en examinant la violence en train de se faire dans des
contextes de conflits armés ou dans des formes de violence de faible
intensité comme les émeutes.

Philosophie et médecine : l’impossible choix

Anne Marie MOULIN

1h51min43

Reconsidérer ma décision de poursuivre conjointement des études de médecine et de philosophie, il y a quarante ans, et même de pratiquer les deux, m’amène aujourd’hui à reconsidérer les rapports entre deux domaines qui semblaient de plus en plus diverger.

J’évoquerai mon itinéraire et en particulier mon choix de la médecine tropicale et de l’épistémologie et de l’histoire de la médecine comme une forme de conciliation possible de deux métiers et de deux formes de pensée. J’esquisserai à ce propos une brève histoire contemporaine des liens entre philosophie et médecine. Leurs transformations ont alternativement entravé et facilité ma survie intellectuelle et institutionnelle, sans abattre ma conviction têtue que les deux « métiers » étaient plus que compatibles, consubstantiels l’un à l’autre.

Le dilemme des frontières

07min52

Le dilemme des frontières

Éthique et politique de l'immigration

Benjamin Boudou

Si les frontières des États-nations protègent les citoyens et garantissent la continuité des institutions, elles occasionnent également la mort de milliers de personnes et des formes éparses de domination. Comment penser ce dilemme des démocraties occidentales ? Que faire lorsque la liberté de mouvement ou l’égalité des personnes entrent en contradiction avec des pratiques de fermeture, de discrimination et d’exclusion ? Faut-il redéfinir nos valeurs ou changer nos pratiques ?

En analysant les différentes alternatives, depuis le nationalisme souverainiste jusqu’aux propositions d’un monde sans frontières, ce livre déconstruit les logiques qui gouvernent nos débats sur l’immigration et défend une approche démocratique pour penser des frontières justes.




Coll. : Cas de figure

ISBN EHESS : 978-2-7132-2761-5

Le tarot divinatoire à Paris

12min58

Le tarot dit divinatoire remonte à la Renaissance italienne, tel les grands classiques ce langage optique et poétique empreint de l’antiquité et du christianisme ne perd pas sa pertinence aujourd’hui, comme média de connaissance de soi et du monde. Jodorowsky, un grand ponte de la tarologie, qualifie le tarot de « cathédrale nomade », c’est en effet un monument immatériel édifié en l’honneur de l’inconscient et la philosophie dont les arcanes sont les murs. Franchissons donc le seuil de cette cathédrale à la découverte de ces richesses et ses secrets.
Dans le but de faire découvrir l’importance patrimoniale de la tarologie, nous allons rencontrer deux praticiens pour recueillir leurs différents parcours, leur savoir-faire et leur connaissance de cet art de la communication, ainsi qu’un consultant qui partagera son ressenti à l’issue d’une séance de lecture.
  • «
  • 1
  • 2
  • 3
  • ...
  • 121
  • 122
  • 123
  • »