Savoirs

  • Genres Arts et loisirs
  • «
  • 1
  • 2
  • 3
  • ...
  • 121
  • 122
  • 123
  • »

Elisabeth Lebovici - Ce que le sida m’a fait - Art et activisme à la fin du XXe siècle

Elisabeth LEBOVICI

2h00min30

L'historienne et critique d'art revisite, avec sa mémoire de témoin, les liens entre art et activisme durant les « années sida » en France et aux États-Unis. Composé de textes monographiques, d'entretiens et d'essais thématiques, cet ouvrage rédigé à la première personne rend compte d'une créativité artistique et activiste née de l'urgence de vivre et du combat pour la reconnaissance de tou.te.s.
Sur une invitation de Lotte Arndt, enseignante en théories culturelles à l’ÉSAD •Valence

Conférence - Hiérarchie dénaturée : l’art, l’histoire et la politique de la nature

47min53

Le président des États-Unis, Donald Trump, a promis de « redonner
de l’Amérique ». Cette promesse nostalgique implique un retour à la «
loi naturelle », où le capitalisme du laissez-faire légitime la
hiérarchie sociale comme un fait de nature et d’histoire. Ma
présentation considère l’art écocritique qui résiste à ce programme en
politisant la nature.


Intervenant : Alan Braddock, Professeur associé d'histoire de l'art et d'études américaines, College of William and Mary

2018 - Alchimie des émotions musicales

1h10min30

LE CERVEAU AU COEUR DE L’ALCHIMIE DES ÉMOTIONS MUSICALES

Une conférence avec Séverine Samson

Professeure de neuropsychologie

UFR de psychologie - Université de Lille
Présente au quotidien, la musique suscite des réactions variées et parfois extrêmes qui dépendent d’un réseau cérébral très étendu dont les particularités commencent à être dévoilées par les travaux en neurosciences cognitives et affectives. Le plaisir si particulier que procure la beauté musicale, à la fois sensible et abstraite, donne corps à la notion d’émotion esthétique dont les bases cérébrales commencent à être étudiées. A partir d’une approche transdisciplinaire qui associe la neuropsychologie à l’imagerie cérébrale, des résultats récents concernant les jugements de valence et de plaisir induits par la musique seront exposés afin de préciser la particularité des émotions musicales. Pourquoi la musique nous touche-t-elle au plus profond de nous même ? Est-elle vraiment inoubliable? Quels sont ses effets thérapeutiques ? Comment les expliquer ? Autant de questions auxquelles nous tenterons de répondre au cours de cette conférence.
Séverine SAMSON a débuté sa carrière au Canada (Université McGill et Institut Neurologique de Montréal). Elle dirige une équipe de recherche en neuropsychologie à Lille (Laboratoire PSITEC) spécialisée dans l’étude des fondements neurobiologiques de la cognition et des émotions auditives et notamment musicales au travers l’analyse des différentes pathologies cérébrales. A Lille, elle a mis en place la filière neuropsychologie (master spécialisé en réhabilitation cognitive) tout en développant de nombreux partenariats scientifiques en France et à l’étranger. Une partie importante de ses recherches concerne le développement des thérapies non médicamenteuses pour la prise en charge des maladies neurodégénératives, travaux menés en collaboration avec l’hôpital gériatrique Les Bateliers (CHRU Lille). Elle poursuit également des recherches depuis de nombreuses années sur les bases cérébrales des émotions musicales en lien avec la mémoire à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris) et en collaboration avec l’Institut du Cerveau et la Moelle dans une perspective pluridisciplinaire qui associe la neuropsychologie aux méthodes d’imagerie cérébrale. L’approche retenue combine ainsi les recherches fondamentales aux réalités cliniques, et se situe au croisement des arts, des sciences et de la cognition. Séverine Samson a publié plus de 100 articles scientifiques et chapitres d’ouvrage et participe à de nombreux projets de recherche nationaux et internationaux.

Autour de cette conférence : concert Le Global du Tire Laine (musique du monde)

Conférence - Écritures de l’histoire de l’art américain

50min21

Cécile Whiting et Richard Powell discuteront de l’histoire de l’art
américain aux États-Unis. Le changement de définition de l’art américain
apparait alors comme un enjeu essentiel au vu de la diversité de son
expression culturelle méritant d’être davantage prise en compte.
Intervenants :
- Richard Powell, John Spencer Bassett Professor of Art and Art History, Trinity College of Arts and Sciences, Duke University
- Cécile Whiting, Chancellor’s Professor, Department of Art History, University of California Irvine

Vivre au château en l'an mil

Luc BOURGEOIS

1h14min59

La fin du Xe siècle voit naître de nouvelles formes de résidences des
élites qui sont à la source des châteaux médiévaux. À partir de
l’exemple du castrum des comtes d’Angoulême à Andone (Charente), la
seule résidence princière de cette période qui ait fait l’objet d’une
fouille archéologique exhaustive, la conférence s’attachera à restituer
la vie quotidienne de deux générations d’occupants, entre 975 et 1025.
Les bâtiments en pierre protégés par l’enceinte et surtout les centaines
de milliers d’objets et fragments découverts permettent d’évoquer aussi
bien les activités liées à la condition aristocratique (guerre, chasse
et équitation, jeux de société, manières de table et objets précieux)
que du rôle du château comme centre de production et de consommation
(agriculture et élevage, artisanat, échanges), abritant un groupe aux
statuts sociaux variés.

2018 - Perception musicale : sommes nous tous des experts ?

1h19min32

PERCEPTION MUSICALE :
SOMMES-NOUS TOUS DES
EXPERTS ?


Une conférence avec Barbara Tillmann
Université de Lyon CNRS/INSERM


Des recherches sur la perception musicale montrent que même les auditeurs non musiciens deviennent sensibles aux régularités du système musical par simple exposition aux pièces musicales dans la vie de tous les jours.
Ces connaissances musicales se révèlent très élaborées ; elles influencent la perception des sons et permettent la compréhension des structures musicales.
Par contre, pour quelques personnes, la musique ne fait pas de sens : elles sont incapables de reconnaître une chanson familière sans paroles ainsi que de détecter une fausse note ou quand quelqu’un chante faux (y compris eux-mêmes). Ces personnes sont atteintes d’“amusie congénitale”, un déficit musical sans d’autres déficits cognitifs ou auditifs.
Étudier comment le cerveau traite la musique (dans son fonctionnement normal et déficitaire) est devenu l’objet d’un nombre grandissant de recherches qui, avec les recherches étudiant la perception du langage, contribuent à notre compréhension du fonctionnement du cerveau.
Barbara Tillmann est directrice de recherches au CNRS et anime l’équipe
«cognition auditive et psychoacoustique» au sein du centre de recherche en neurosciences de Lyon.
Après avoir effectué sa thèse à l’Université de Bourgogne, elle part en stage post doctoral aux États-Unis avant de revenir à Lyon. Elle s’attache à décrypter les mécanismes cognitifs et neuronaux permettant au cerveau humain de percevoir la musique. Elle étudie plus particulièrement les phénomènes d’amusie congénitale qui touchent environ 4% de la population. Elle a également contribué à révéler le rôle bénéfique de la musique dans le traitement de certains troubles cognitifs (dyslexie, dysphasie). Elle a participé à plus de 120 publications dans des revues internationales de très haut niveau comme Nature, Journal of Neuroscience, Neuropsychology. Elle est l’auteur d’un livre et a écrit des chapitres dans 21 ouvrages très diffusés. Chose remarquable, elle a obtenu la médaille de bronze puis d’argent du CNRS respectivement en 2004 puis 2016.
Elle collabore avec de nombreux laboratoires et notamment avec l’Université de Sydney où elle est très impliquée dans les thèmes de recherche et dans l’enseignement.

Table-ronde : De la douceur au jardin

55min52

Auteur de plus de 300 projets publics et privés, Louis Benech est
jardinier, paysagiste et botaniste. Il cherche à utiliser ce qui lui est
donné sans heurt ni brutalité. Son travail évite la dureté du minéral,
l’angularité, privilégiant le soyeux pour qu’avec la caresse de l’oeil
et de la main souffle la sérénité.


Intervenants :
- Louis Benech, paysagiste
- Hervé Brunon, historien des jardins et du paysage, directeur de recherche, CNRS (Centre André Chastel, Paris)

Œuvre au crible : La Croix dans la contrée sauvage de Thomas Cole

50min35

Le Louvre conserve cette lumineuse peinture de Thomas Cole (1801-1848)
qui marque l’aboutissement de sa réflexion autour de la représentation
d’un type de paysage américain, la Wilderness, archétype
mythique d’une nature grandiose et intacte. Cole avait publié en 1836 un
fervent plaidoyer, véritable acte de fondation esthétique du paysage
des États-Unis mais cette peinture est aussi riche de références à l’art
du vieux continent.


Intervenant : Guillaume Faroult, Conservateur en chef en charge des peintures
françaises du XVIIIe siècle et des peintures britanniques et
américaines, département des peintures, musée du Louvre

Eastern European artists at the Paris Biennial - 21 novembre 2017

2h17min59

As recent historiography has pointed out, Cold War ideological
antagonisms were not truly reflected in the cultural sphere, while
numerous artistic exchanges and circulations took place across the Iron
Curtain. This seminar will address the participation of artists from
socialist states of Eastern Europe at the Paris Biennial, focusing on
the groundbreaking Section des Envois coordinated by Jean-Marc Poinsot
in 1971, and the 1977 edition of the Biennial, which saw a significant
number of non official performance artists included, discussing Eastern
European contributions to the manifestation and their reception in an
international context. From a broader perspective, it will consider the
implication of such participation and its consequences on the reading of
Eastern European experimental art and its (self-)identification.

___

Comme le montre l’historiographie récente, les antagonismes idéologiques
de la Guerre Froide ne se reflétaient pas à l’identique dans la sphère
culturelle, où les échanges et circulations artistiques franchissaient
souvent le rideau de fer. Cette séance portera sur la participation
d’artistes des pays socialistes est-européens à la Biennale de Paris, en
particulier lors de l’innovante Section des Envois initiée par
Jean-Marc Poinsot en 1971 et lors de l’édition de 1977, marquée par la
présence de nombreux artistes non officiels travaillant la performance.
En plus de réfléchir aux contributions est-européennes à la Biennale et à
leur réception dans un contexte international, il s’agira d’ouvrir le
débat aux significations de telles participations ainsi qu’à leurs
effets sur l’interprétation de l’art expérimental d’Europe de l’Est et
son (auto)identification.

Intervenants

- Juliane Debeusscher (Universitat de Barcelona)

- Klara Kemp-Welch (The Courtauld Institute of Art)

▬▬

À propos du séminaire
Ce séminaire ouvert à tous s’inscrit dans un programme de recherche sur
la Biennale de Paris (1959-1985) initié par l’INHA qui vise à rendre
numériquement accessibles ses fonds d’archive dispersés entre plusieurs
sites et à susciter une réflexion sur cette manifestation et ses
significations aujourd’hui.

En savoir plus sur cette séance : http://bit.ly/2zPhWo9

En savoir plus sur le séminaire : http://bit.ly/2o7rjdN

▬▬

#LundisNum 12/02/18 - Stéphane Pouyllau, Huma-Num, une infrastructure de recherche pour les SHS

1h31min33

Huma-Num est une très grande infrastructure de recherche (TGIR) visant à
faciliter le tournant numérique de la recherche en sciences humaines et
sociales. Pour remplir cette mission, la TGIR Huma-Num est bâtie sur
une organisation originale consistant à mettre en œuvre un dispositif
humain et technologique à l’échelle nationale et européenne en
s’appuyant sur un important réseau de partenaires et d’opérateurs. La
TGIR Huma-Num favorise ainsi, par l’intermédiaire de consortiums
regroupant des acteurs des communautés scientifiques, la coordination de
la production raisonnée et collective de corpus de sources. Elle
développe également un dispositif technologique unique permettant le
traitement, la conservation, l'accès et l'interopérabilité des données
de la recherche.

Intervenant

- Stéphane Pouyllau (Huma-Num)

En savoir plus sur cette séance : http://bit.ly/INHA_LN_12_02

En savoir plus sur les Lundis numériques : http://bit.ly/inha_lundisnumeriques_1718

▬▬

Penser la Biennale de Paris aujourd’hui - 24 octobre 2017

1h44min17

Comment penser une biennale terminée mais encore récente, circonscrite
dans une époque idéologiquement différente mais ayant partie liée au
monde de l’art actuel ? Après une introduction historique, cette séance
donnera la parole à Jean-Marc Poinsot, commissaire de la Section des
envois en 1971, témoin de la Biennale dans les années 1970 et 1980 et
auteur d’analyses critiques à son sujet auxquelles il s’agira de revenir
aujourd’hui, ainsi qu’à Catherine David, commissaire d’expositions et
de manifestations internationales d’art contemporain, qui abordera
l'évolution du format et du rôle de la biennale (des biennales) dont on
constate depuis une trentaine d'années la multiplication et le nombre
exponentiel.
Mot d'accueil par Éric de Chassey, directeur de l'Institut national
d'histoire de l'art

Intervenants

- Catherine David (Musée national d’art moderne – Centre
Georges-Pompidou)

- Elitza Dulguerova (INHA)
- Jean-Marc Poinsot (Archives de la critique d’art/université Rennes 2)

▬▬

À propos du séminaire

Ce séminaire ouvert à tous s’inscrit dans un programme de recherche sur
la Biennale de Paris (1959-1985) initié par l’INHA qui vise à rendre
numériquement accessibles ses fonds d’archive dispersés entre plusieurs
sites et à susciter une réflexion sur cette manifestation et ses
significations aujourd’hui.

En savoir plus sur cette séance : http://bit.ly/2wRMdjy

En savoir plus sur le séminaire : http://bit.ly/2o7rjdN

▬▬

Les Remplois en architecture Entre Antiquité et Moyen Age Colloque de l'Ecole française de Rome

19min42

LES RÉEMPLOIS EN ARCHITECTURE,
ENTRE ANTIQUITÉ ET MOYEN ÂGE
VENDREDI 23 SEPTEMBRE
COMITATO SCIENTIFICO
Philippe Bernardi - CNRS (LAMOP, UMR 8589, CNRS, Université Paris 1)
Hélène Dessales - ENS, AOROC UMR 8546
Philippe Dillmann - CNRS-CEA
Daniela Esposito - Sapienza Università di Roma
CONTATTI
École française de Rome
Pierre Savy
Directeur des études médiévales
Grazia Perrino
Assistante scientifique
Piazza Farnese, 67 - 000186 Roma - Italia
T. +39 06 68 60 12 48 - secrma@efrome.it
  • «
  • 1
  • 2
  • 3
  • ...
  • 121
  • 122
  • 123
  • »