Savoirs

Canal U

  • «
  • 1
  • 2
  • 3
  • ...
  • 832
  • 833
  • 834
  • »

RETOUR DANS LE "B3" DE LA SOCIÉTÉ CASE AVEC JEAN-PIERRE DUBOUR, ANCIEN DÉCOLLETEUR PUIS CARISTE (VISITE 2 / PARTIE 2).

Jean-pierre DUBOUR

40min36

Jean-Pierre Dubour exerce comme décolleteur-tourneur dans plusieurs entreprises vierzonnaises, avant d’être embauché en mai 1965 à l’âge de 20 ans chez CASE, d’abord comme décolleteur puis comme cariste. Il y travaillera pendant 30 ans jusqu'à la fermeture. Délégué du personnel, délégué CGT, conseiller prud'homme et secrétaire du comité d’entreprise et du CHSCT, il possède une bonne connaissance de l'entreprise. A notre demande, il se rend une seconde fois dans le bâtiment 3 dit "B3" de l'ancienne Usine vierzonnaise CASE. A partir d'un plan et de différents éléments sur place, il précise certains points évoqués lors de sa première visite du bâtiment tout en apportant de nouvelles informations.
Cet entretien a été réalisé dans le cadre de la
recherche MEMOVIV menée par une équipe de chercheurs en sociologie de
l'Université de Tours (CITERES/CETU ETIcS), avec le soutien des archives départementales du Cher et de CICLIC,
L'agence du Centre-Val de Loire pour le livre, l'image et la culture numérique.

Enquête, réalisation et montage : Céline Assegond

Consultez un autre témoignage de Jean-Pierre Dubour

MEMOVIV a bénéficié du financement de la région Centre-Val de Loire,
complété par celui de la DRAC Centre et de la ville de Vierzon.

Avec le concours de l’ESCOM/FMSH pour la conception et le développement du
site Internet dédié à la mémoire du travail à Vierzon : MEMOVIV

RETOUR DANS LE "B3" DE LA SOCIÉTÉ CASE AVEC JEAN-PIERRE DUBOUR, ANCIEN DÉCOLLETEUR PUIS CARISTE (VISITE 2 / PARTIE 1).

Jean-pierre DUBOUR

1h37min50

Jean-Pierre Dubour exerce comme décolleteur-tourneur dans plusieurs entreprises vierzonnaises, avant d’être embauché en mai 1965 à l’âge de 20 ans chez CASE, d’abord comme décolleteur puis comme cariste. Il y travaillera pendant 30 ans jusqu'à la fermeture. Délégué du personnel, délégué CGT, conseiller prud'homme et secrétaire du comité d’entreprise et du CHSCT, il possède une bonne connaissance de l'entreprise. A notre demande, il se rend une seconde fois dans le bâtiment 3 dit "B3" de l'ancienne Usine vierzonnaise CASE. A partir d'un plan et de différents éléments sur place, il précise certains points évoqués lors de sa première visite du bâtiment.

Cet entretien a été réalisé dans le cadre de la
recherche MEMOVIV menée par une équipe de chercheurs en sociologie de
l'Université de Tours (CITERES/CETU ETIcS), avec le soutien des archives départementales du Cher et de CICLIC,
L'agence du Centre-Val de Loire pour le livre, l'image et la culture numérique.

Enquête, réalisation et montage : Céline Assegond

Consultez la suite de cette visite avec Jean-Pierre Dubour

MEMOVIV a bénéficié du financement de la région Centre-Val de Loire,
complété par celui de la DRAC Centre et de la ville de Vierzon.

Avec le concours de l’ESCOM/FMSH pour la conception et le développement du
site Internet dédié à la mémoire du travail à Vierzon : MEMOVIV

RETOUR DANS LE "B3" DE LA SOCIÉTÉ CASE AVEC JEAN-PIERRE DUBOUR, ANCIEN DÉCOLLETEUR PUIS CARISTE (VISITE 1).

Jean-pierre DUBOUR

1h46min48

Jean-Pierre Dubour exerce comme décolleteur-tourneur dans plusieurs entreprises vierzonnaises, avant d’être embauché en mai 1965 à l’âge de 20 ans chez CASE, d’abord comme décolleteur puis comme cariste. Il y travaillera pendant 30 ans jusqu'à la fermeture. Délégué du personnel, délégué CGT, conseiller prud'homme et secrétaire du comité d’entreprise et du CHSCT, il possède une bonne connaissance de l'entreprise. A notre demande, il se rend dans le bâtiment 3 dit "B3" de l'ancienne Usine vierzonnaise CASE, où il n'avait pas remis les pieds depuis plus de 20 ans.
Cet entretien a été réalisé dans le cadre de la
recherche MEMOVIV menée par une équipe de chercheurs en sociologie de
l'Université de Tours (CITERES/CETU ETIcS), avec le soutien des archives départementales du Cher et de CICLIC,
L'agence du Centre-Val de Loire pour le livre, l'image et la culture numérique.
Enquête et réalisation : Céline Assegond et Paula Pasquet

Montage : Céline Assegond

Consultez la suite de cette visite avec Jean Pierre Dubour

MEMOVIV a bénéficié du financement de la région Centre-Val de Loire,
complété par celui de la DRAC Centre et de la ville de Vierzon.

Avec le concours de l’ESCOM/FMSH pour la conception et le développement du
site Internet dédié à la mémoire du travail à Vierzon : MEMOVIV

L'USINE PAULSTRA EN PHOTOGRAPHIES PAR MAURICE CARTAUD ANCIEN RESPONSABLE MÉTHODES

Maurice CARTAUD

1h00min47

L'usine vierzonnaise Paulstra qui voit le jour en 1963 est spécialisée dans les applications mécaniques du caoutchouc dans le secteur automobile. Maurice Cartaud, ancien responsable des méthodes, revient dans cet entretien sur les différentes opérations techniques et l'organisation des ateliers en vue de la fabrication de tubes en acier caoutchoutés. Il insiste en particulier sur le processus de mécanisation qui a affecté l'ensemle de l'organisation de la production au fil du temps. Ainsi, il ne cesse de décrire et comparer le fonctionnement de l'entreprise à ses débuts avec la situation actuelle de l'usine devenue Hutchintson, oeuvrant toujours dans le secteur automobile avec la fabrication de composants antivibratoires pour le train avant des véhicules.
Cet entretien a été réalisé dans le cadre de la
recherche MEMOVIV menée par une équipe de chercheurs en sociologie de
l'Université de Tours (CITERES/CETU ETIcS), avec le soutien des archives départementales du Cher et de CICLIC,
L'agence du Centre-Val de Loire pour le livre, l'image et la culture
numérique.

Enquête : Nadine Michau

Réalisation et montage : Valentine Carneiro

MEMOVIV a bénéficié du financement de la région Centre-Val de Loire,
complété par celui de la DRAC Centre et de la ville de Vierzon.

Avec le concours de l’ESCOM/FMSH pour la conception et le développement du
site Internet dédié à la mémoire du travail à Vierzon : MEMOVIV

 

ANNA WASSELET, ANCIENNE DÉCORATRICE EN CÉRAMIQUE CHEZ BOUTET PUIS TAILLEMITE.

Anna WASSELET

51min14

Anna Wasselet revient dans cet entretien semi-directif sur sa formation, son embauche au sein de l'entreprise Taillemite, et sur les subtilités des différentes techniques propre au secteur. Elle évoque notamment une carrière récompensée à multiples reprises (différentes médailles et diplômes) et ses souvenirs de guerre.
Cet entretien a été réalisé dans le cadre de la
recherche MEMOVIV menée par une équipe de chercheurs en sociologie de
l'Université de Tours (CITERES/CETU ETIcS), avec le soutien des archives départementales du Cher et de CICLIC,
L'agence du Centre-Val de Loire pour le livre, l'image et la culture
numérique.

Enquête, réalisation et montage : Nadine Michau 
MEMOVIV a bénéficié du financement de la région Centre-Val de Loire,
complété par celui de la DRAC Centre et de la ville de Vierzon.

Avec le concours de l’ESCOM/FMSH pour la conception et le développement du
site Internet dédié à la mémoire du travail à Vierzon : MEMOVIV

MONIQUE BONNIN, ANCIENNE MÉCANICIENNE EN CONFECTION CHEZ ROBINET.

Monique BONNIN

1h09min10

Embauchée en 1966 au sein des Etablissements Robinet, Monique Bonnin prend en charge la confection des boutons pendant vingt-cinq ans. Elle partage dans ce témoignage sa passion pour son travail et toute l'expérience accumulée "aux boutons". Monique Bonnin évoque par ailleurs ses quelques années difficiles en tant qu'ouvrière en porcelaine chez Cirot Gadouin avant d'arriver chez Robinet. C'est aussi l'occasion de se souvenir de la bonne ambiance qui régnait dans les ateliers, malgré une fin de carrière conflictuelle avec les nouveaux propriétaires en 1991.
Cet entretien a été réalisé dans le cadre de la
recherche MEMOVIV menée par une équipe de chercheurs en sociologie de
l'Université de Tours (CITERES/CETU ETIcS), avec le soutien des archives départementales du Cher et de CICLIC,
L'agence du Centre-Val de Loire pour le livre, l'image et la culture
numérique.
Enquête, réalisation et montage : Alexandre Palezis
MEMOVIV a bénéficié du financement de la région Centre-Val de Loire,
complété par celui de la DRAC Centre et de la ville de Vierzon.

Avec le concours de l’ESCOM/FMSH pour la conception et le développement du
site Internet dédié à la mémoire du travail à Vierzon : MEMOVIV

BLONDEAU JACQUES, ANCIEN SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE L'UNION LOCALE CGT, INDUSTRIE TEXTILE ET DE L'HABILLEMENT.

Jacques BLONDEAU

1h00min27

Dans cet entretien, Jacques Blondeau se penche sur l'histoire du secteur des industries du textile et de l'habillement à Vierzon, de son essor à son déclin. Il explique comment s'y est formée l'enveloppe syndicale. Il se remémore notamment mai 1968 mais aussi les grèves et les luttes occasionnées par la fermeture de deux grandes usines, celles des Tricotages du Verdin et de la confection Julietta, au début des années 1980.
Cet
entretien a été réalisé dans le cadre de la recherche MEMOVIV menée par une
équipe de chercheurs en sociologie de l'Université de Tours (CITERES/CETU
ETIcS), avec le soutien des archives départementales du Cher et de CICLIC, L'agence du Centre Val de Loire pour le livre, l'image et la culture numérique.

Enquête et réalisation : Céline Assegond et Valentine Carneiro
Montage : Céline Assegond

MEMOVIV
a bénéficié du financement de la région Centre Val de Loire complété par celui
de la DRAC Centre et de la ville de Vierzon.
Avec le concours de l’ESCOM/FMSH pour la conception et le développement du
site Internet dédié à la mémoire du travail à Vierzon : MEMOVIV

Soigner les personnes en situation de grande précarité

2h55min31

On peut supposer que la situation des personnes qui sont isolées,
désocialisées, mal hébergées ou sans-abri impacte à la fois le rapport
de ces personnes à la santé et les pratiques des professionnels
sanitaires et médico-sociaux. A partir de témoignages, l’espace éthique
de Lille propose d’approcher les réalités que recouvrent les concepts de
grande précarité ou de désocialisation.

En tant que soignant ou intervenant social, comment appréhender ces
situations et leurs impacts sur les relations de soins ? Que deviennent
les rapports au corps, à l’intime, à l’autre, au temps ? Quels enjeux
sont identifiés par les praticiens en termes de compétences, de moyens
et de réseaux à déployer ? Quels écueils et quelles difficultés ces
professionnels rencontrent-ils ? Concrètement, comment cela se passe ?




Entrée libre, sur inscription : www.eehu-lille.fr

En partenariat avec l’Espace Ethique Hospitalier et Universitaire de Lille.

Avec

Sylvie Bontemps, responsable du service social du CHU de Lille

Nathalie Denave, infirmière à Abej Solidarité

Hamel Djeddi, psychologue à Abej Solidarité, membre de l’équipe Diogène

Christelle Lemaire, coordinatrice du réseau santé solidarité

Francis Merckaert, médecin à Abej Solidarité et MSL - Médecins Solidarité Lille

Massimo Marsili, praticien hospitalier, responsable médical de l’équipe Santé Mentale et Précarité "Diogène", responsable de l’espace PluriSectoriel, responsable médical de la Pass-Psy de l’EPSM Lille Métropole

Rolande Ribeaucourt, directrice du pôle santé Abej Solidarité

Pauline Sweertvaegher, assistante sociale aux urgences du CHU de Lille

Franck Verbruggen, infirmier détaché du CHU à la CMAO - Coordination Mobile d’Accueil et d’Orientation, SAMU social

Animation

Michel Castra, Professeur de sociologie et d’anthropologie à l’Université de Lille et chercheur au CERIES

Vanessa Stettinger, Maître de conférences en sociologie à l’Université de Lille et chercheuse au CERIES













Cette manifestation est soutenue par le conseil régional Hauts-de-France dans le cadre du CPER ISI-MESHS.

[SÉMINAIRE] ECC 2017-2018 Florence Andreacola « Intérieur – Extérieur. Comment les dispositifs numériques mobiles font tomber les cimaises ? »

1h11min35

Séminaire ECC 2017-2018

Lundi 12 mars : Florence Andreacola « Intérieur – Extérieur. Comment les dispositifs
numériques mobiles font tomber les cimaises ? »
Les constats d’une banalisation de la photographie à l’aide des dispositifs numériques mobiles et de la multiplication d’offres d’application patrimoniales nous amènent à nous interroger sur les liens qui peuvent s’instaurer par ces outils entre le visiteur et le patrimoine. L’objet de cet exposé sera de présenter
différents projets culturels qui reposent sur l’usage de la réalité augmentée, de la réalité virtuelle et de la participation des usagers.
Centrée sur les mises en scène et la production des images de la culture et du patrimoine, cette intervention analysera les liens qui peuvent se nouer avec les dispositifs numériques entre l’intérieur et l’extérieur de l’espace muséal.
Florence Andreacola est maître de conférences en Sciences de l’information et
de la communication, membre du Groupe de recherche sur les enjeux de la communication. IUT 1 Métiers du multimédia et de l’Internet. Université Grenoble Alpes.

Coopérer pour construire les filets de sécurité nécessaires à la concrétisation du droit à l'éducation, Serge Ebersold, professeur au CNAM, titulaire de la chaire accessibilité

29min16

Serge Ebersol s'entretient avec Bénédicte Kail, conseillère nationale Éducation-familles à APF France handicap et Jean-Paul Champeaux, directeur général de Trisomie 21 France. Ses travaux l'invitent à assujettir l'accessibilité effective de l'école à l'instauration de systèmes équitables de coopération mobilisant l'ensemble des acteurs autour du devenir de l'élève. L'aptitude des formes et les modalités de coopération à créer des environnements éducatifs plaçant les jeunes en situation de handicap en capacité de tenir leurs rôles d'élèves et de renforcer leur pouvoir d'agir, dépend des formes de management adoptés par les établissements, des formes de soutien permis par l'ancrage territorial des établissements et de l'implication des familles.
Durée de l'entretien : 29 minutes
Accessibilité : sous-titres français

[#1] Atelier-débat - La 3D est-elle toujours d'actualité ? Y-a-t-il de nouveaux challenges ?

2h15min56

La 3D
stéréoscopique ou 3D relief est considérée comme l’une des avancées majeures
après l’avènement de la couleur et de la haute définition à la télévision. Elle
permet d’offrir des sensations et des expériences visuelles uniques dans des
domaines d’application variés. Cependant, arriver à garantir une qualité
d’expérience convenable requiert à la fois, le respect d’un certain nombre de
règles depuis l’acquisition à la projection et la compréhension de la
perception binoculaire humaine à l’origine de cette sensation de
profondeur.
Cet
atelier-débat permettra de
démystifier la 3D stéréoscopique en explicitant les principales propriétés
binoculaires  et leur exploitation dans
le développement d’outils de compression et d’estimation de la qualité. Il sera
également adressé le problème de la fatigue visuelle et tous les effets
sanitaires résultant d’une mauvaise 3D stéréoscopique. 

Introduction

04min15

MES P’TITS DOIGTS M’ONT DIT

Comptines en LSF


Les enfants sourds n’ont pas le plaisir de pouvoir partager des
comptines dans leur langue, comme les enfants entendants. Si certains
pédagogues sourds ont inventé des comptines en langue des signes,
celles-ci restent confidentielles.
Alors, nous avons décidé de faire
ce livre/DVD pour que ces enfants puissent aussi avoir leur livre et
leurs comptines à partager, hors des murs de leurs établissements
respectifs.




Mais des comptines en LSF….qu’est-ce que c’est ?

Ce sont des comptines dont les enfants sourds peuvent s’emparer d’emblée, sans frein dû à la langue, dans le plaisir et le jeu.

Ce
sont des comptines qui répondent aux règles qui régissent les comptines
en général mais appliquées aux spécificités de la LSF, ce ne sont pas
des traductions.
Qui sommes-nous ?

Des professeures sourdes, une
chercheuse du CNRS, et la coordinatrice du projet,
orthophoniste-linguiste, réunies par le CNRHR R. Laplane pendant 2 ans
pour adapter, modifier, créer ces comptines et leurs illustrations.



D’après une idée originale d’AGNÉS VOURC’H, maître d’œuvre et coordinatrice du projet,
Centre National de Ressources pour les Handicaps Rares Robert Laplane (CNRHR), Paris 13ème

Ont participé au séminaire :
Olfa AMMARI, éducatrice au SESSAD APIDAY d’Elancourt (Association APAJH 78)
Aïcha BAZRI, enseignante LSF à l’IME/Association La Providence de Saint Laurent en Royan
Rachild BENELHOCINE, expert LSF au Centre National de Ressources pour les Handicaps Rares Robert Laplane (CNRHR), Paris 13ème
Nadine BLAVOT, AMP au Service Laurent Clerc de Noisiel
Laura DELAFOSSE-COUTEILLE, éducatrice au CELEM (Association Langage et Intégration ) de Paris
Fanny DRUILHE, éducatrice spécialisée à l’école Intégrée Danielle Casanova d’Argenteuil
Valérie DUHAYER, éducatrice au Service Laurent Clerc  de Noisiel
Haïfa  LE DU, enseignante de LSF au CRESN (Association Langage et Intégration ) de Noisy Le Grand
Marie Hélène MANIER-BAYET, enseignante LSF à l’IESHA d’Auxerre         
et Marion BLONDEL, chargée de recherche CNRS-Paris 8.

Liste des établissements partenaires :
Association APAJH 78 - APIDAY d’Elancourt
Association La Providence de Saint Laurent en Royan
Service Laurent Clerc de Noisiel
CELEM (Association Langage et Intégration ) de Paris
Ecole Intégrée Danielle Casanova d’Argenteuil
CRESN (Association Langage et Intégration ) de Noisy Le Grand
IESHA d’Auxerre         


Le tournage et le montage ont été effectués par Thomas Guiffard-Colombeau du CNRS

Dessins de Valérie DUHAYER et Haïfa LE DU
  • «
  • 1
  • 2
  • 3
  • ...
  • 832
  • 833
  • 834
  • »