Documents pour «Corée du Sud»

Turning gate Saenghwalui balgyeon

De Hong Sang-Soo

1h51min16

En Corée du Sud, Gyung-soo, un comédien de théâtre sur le déclin, se rend à Choonchun pour rendre visite à un vieil ami écrivain. Celui-ci lui présente une danseuse sculpturale, Myung-sook. Après une soirée très arrosée, la jeune femme jette son dévolu sur Gyung-soo. Mais l'ami écrivain aime Myung-sook, il ne lui a jamais révélé ses sentiments. Les rapports entre les deux hommes s'enveniment à mesure que Myung-soo s'éprend de façon obsessionnelle de Gyung-soo. Pour chasser les mauvais souvenirs, Gyung-soo prend le train pour Gyungjoo. Sun-young, sa voisine de compartiment, lui dit reconnaître son visage et commence à le séduire. Quand elle descend du train, il lui emboîte le pas et la retient, mais elle a une attitude ambiguë. Gyung-soo suit Sun-young jusque chez elle. Le lendemain, il rassemble son courage et frappe à la porte. Cette fois, il tombe follement amoureux...

Hard day Kkeut-kka-ji-gan-da

De Kim Seong-Hun

1h46min34

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs En route pour assister aux funérailles de sa mère, et tandis qu’il est visé par une enquête pour corruption, le commissaire KO Gun-su renverse accidentellement un homme. Pour se couvrir, il décide de cacher le corps dans le cercueil de sa mère. Lorsque l'affaire est découverte, on nomme son partenaire pour mener l’enquête. Et quand l’unique témoin de l’accident l’appelle pour le faire chanter, Gun-su comprend qu’il n’est pas au bout de ses peines…

Jiseul

De O Muel

1h48min13

En 1948 sur l’île Jeju au sud de la Corée du Sud, le pouvoir politique est en phase de transition entre l’armée américaine et le nouveau président Syngman Rhee. Après le soulèvement du 3 avril, les États-Unis donnent l’ordre aux soldats sud-coréens de tuer tous les villageois de l’île qualifiés de communistes. Certains arrivent à fuir et se cachent dans la grotte Darangshi près de Seogwipo pendant plusieurs semaines avec comme seule nourriture de survie des pommes de terre.

The King of Pigs Dwae-ji-ui wang

De Sang-ho Yeon

1h32min44

Anciens camarades de classe, Kyung-min, homme d’affaires d’une trentaine d’années, et Jong-suk, écrivain sans emploi, se retrouvent à l’occasion d’un repas. Ils se souviennent que durant leur scolarité, un groupe d’écoliers particulièrement cruels, les « dogs », faisaient régner la terreur en infligeant vexations et humiliations à une partie des élèves, les « pigs ». Kim Chul, un de leurs camarades, osa un jour se rebeller et affronter les « dogs », devenant ainsi le seul espoir de s’affranchir de leur tyrannie. 15 ans après, il demeure un véritable héros, mais derrière cette figure, les deux hommes revisitent l’histoire trouble qui les lie l’un à l’autre.

Hansik : L'art gastronomique coréen et ses règles de bienséance

Leïla LACHQAR

18min34

A la fois riche et original, c’est par son goût unique que le hansik (du coréen Han qui signifie Corée du Sud et Sik repas) se distingue de ses consœurs. La gastronomie du "pays du matin calme" a évolué au fil des siècles, dus aux changements politiques et sociaux. La Corée du Sud a longtemps été sous influence étrangère : sa cuisine illustre cette mixité résultant de ces inspirations diverses et variées. Un repas coréen type contient traditionnellement du riz, de la soupe, du kimchi et plusieurs plats d’accompagnements (banchan). De plus, la gastronomie coréenne est reconnue pour ses différents procédés tels que la fermentation et le barbecue ou encore pour ses mets comme le Bibimpap et le Bulgogi. Au delà de ses plats, la cuisine coréenne est également réglementée par l’étiquette culturelle propre à ce pays. Que ce soit pour la disposition des couverts, de l’assiette ou encore le choix des aliments, la culture gastronomique coréenne regorge de codes fascinants. Nous irons à la rencontre de chef cuisiniers coréens, de clients et de spécialistes de la gastronomie coréenne pour recueillir leur témoignage et ainsi découvrir ensemble cette facette si représentative de la culture coréenne. Lors des entretiens nous interrogerons les intervenants à travers un questionnaire exhaustif et nous les filmerons dans leur élément. A savoir, dans leur cuisine et leur bureau. La mise en regard des différents témoignages nous permettra de savoir si cette tradition culinaire perdure au sein de la société coréenne ou si elle est en voie de disparaître.

Le Nouvel An Lunaire Coréen - Seollal

Jeong-U CHOE

32min10

Le Seollal est une fête très célèbre et appréciée en Corée. C'est un évènement famillial, centré sur l'hommage aux ancêtres. Le nouvel an lunaire peut se produire entre le 21 Janvier et le 20 Février. Cette année, nous célébrons le Singe de Feu. La plupart du temps, les jeunes coréens prennent des jours de congés pour retourner auprès de leurs familles dans leurs villes natales. Cette célébration dure trois jours, de la veille du nouvel an jusqu'à son lendemain inclus. Pendant ces 72 heures, différents évènements ont lieu : les pratiquants revêtent une tenue spéciale : le seolbim, dérivé du hanbok, tenue traditionnelle coréenne; un plat typique, fait uniquement pour cette fête, est cuisiné : le tteokkuk; des jeux en familles ont lieu :le yut nori (jeu de plateau), le jegichagi (jeu de balle), le neoltwiggi;(balancoire), le tuho (fléchettes) mais aussi le cerf-volant etc; une cérémonie d'hommage aux ancêtres est réalisée; des dons d'argent sont offerts par les aïeuls aux plus jeunes. Dans cette vidéo, nous nous intéressons au culte des ancêtres, à son importance et à son sens aujourd'hui en Corée. Nous montrerons également comment se porte un hanbok et comment cuisiner le tteokkuk. Ce reportage a été fait en deux versions : coréenne (sans sous-titres français) et française (sans sous-titres coréens) ; selon votre préférence, vous pouvez sélectionner l'une des deux dans le chapitrage.

A la découverte de la danse traditionnelle coréenne ( 한국무용)

Hui Yeon KIM

13min41

La danse traditionnelle coréenne remonte à la préhistoire lors des rites religieux, organisés par le peuple en l'honneur des dieux et des ancêtres. Ces pratiques religieuses étaient animées par une ambiance festive et dansante. Peu à peu cette danse de développe et commence à se structurer pendant la période des 3 royaumes (Goguryo, Baekcha, Silla). Ce n'est cependant que durant la dynastie de Choson que 2 Styles commenceront à se distinguer: La danse de la cour royale ou danse de banquet La danse folklorique ou danse du peuple De nos jours nous comptons près de huit styles de danses différentes: Geommu, Talchum, Seungmu, Taepyungmu, Hannyangmu, Salpurichum, Jangguchum, Buraechum et Barachum. Le projet final est un court métrage de 10 - 15 minutes couvrant des sections de tounage filmées en France et en Corée, comprenant également des vidéos de danses, complétées par des interviews.

Le kimchi : le plat incontournable des coréens

Jeong-U CHOE

10min42

Cet entretien a été réalisé dans le cadre de la fomation, communication interculturelle de l'Inalco, Institut National des Langues et Civilisations Orientales à Paris, plus particulièrement pour le cours Patrimoine Immateriel et Médiation Culturelle avec notre professeur Mme LEGRAND.


La Corée du Sud, en forme longue, République de Corée et en hangeul (coréen), 대한민국 est un pays de l'Asie de l'Est qui couvre la moitié de la péninsule coréenne avec au Nord, la Corée du Nord. La Corée du Sud se trouve entre la Chine et le Japon avec non loin la Russie. Elle regroupe un peu moins de 49 millions d'habitants avec 10,5 millions d'habitants à Séoul, sa capitale.
A travers notre entretien nous mettons en avant le kimchi, le plat incontournable de la culture coréenne. Le kimchi fait partie de l'identité culturelle de la Corée du Sud. Le kimchi étant du chou fermenté et épicé dont les coréens raffolent. Ces derniers en mangent à tous les repas depuis toujours. On compte aujourd'hui plus de 160 sortes de kimchi dont le Baechu kimchi, qui est actuellement le plus répandu à travers le monde. Bien que le kimchi ne soit pas encore très connu en dehors de l'Asie, ce plat fait parler de lui en occident, notamment pour ses bienfaits sur notre santé. Nous souhaitons que le plus de gens, coréens comme non coréens apprennent à connaître la recette du kimchi, l'histoire et la tradition qui se cache autour de ce chou fermenté. C'est ainsi que Mr CHOE JEONG-U, coréen et professeur de coréen à INALCO (Institut National des Langues et Civilisations Orientales) nous parle du kimchi avec passion et nous montre la recette de celui-ci. La culture du "kimjang" (lien vers le site de l'UNESCO), où les familles se réunissent afin de préparer de grandes quantités de kimchi pour l'hiver, a été enregistrée sur la liste du patrimoine culturel de l'UNESCO en décembre 2013.

La céramique coréenne : Un art traditionnel

05min01

La céramique coréenne
existe depuis la préhistoire. Les plus anciennes poteries dateraient
de 6000 à 5000 avant JC. La céramique s'est développée depuis,
sous l'influence des voisins (Chine, Japon). L'influence idéologique
a également eu un impact sur l'aspect de la céramique coréenne. De
ce fait, il existe plusieurs types de céramique, dont le céladon
(청자-
cheongja),
d'influence bouddhiste, et
le Baekja (백자),
d'influence
confucéenne. La
céramique que nous allons vous présenter est le céladon. Provenant
de Chine, elle s'est développée en Corée pendant la période
Koryeo (918-1392).

Le
céladon est cette couleur verte, bleue-gris translucide, présenté
sous forme de glaçure. Plus que sa couleur jade déjà prisée, le
céladon coréen est connue en Asie pour sa technique d'incrustation,
le « Sanggam »,
propre
aux artisans coréens.

Couleur de peau : miel

De Jung

1h10min57

Ils sont 200 000 enfants coréens disséminés à travers le monde depuis la fin de la guerre de Corée. Né en 1965 à Séoul et adopté en 1971 par une famille belge, Jung est l’un d’entre eux. Adapté du roman graphique "Couleur de peau : Miel", le film revient sur quelques moments clés de la vie de Jung : l’orphelinat, l’arrivée en Belgique, la vie de famille, l’adolescence difficile... Il nous raconte les événements qui l’ont conduit à accepter ses mixités. Le déracinement, l’identité, l’intégration, l’amour maternel, tout comme la famille recomposée et métissée, sont autant de thèmes abordés avec poésie, humour et émotion... Réalisé dans un étonnant mélange d’images réelles et dessinées, entre présent et souvenirs, utilisant à l’occasion des archives historiques et familiales, "Couleur de peau : Miel" est un récit autobiographique d’animation qui explore des terres nouvelles.   A partir de 10 ans