Documents pour «cinéaste»

Jaume Balaguero L'étrange entretien

De Frédéric Ambroisine

27min09

Figure majeure du cinéma d'horreur et fantastique espagnol depuis près de deux décennies, le réalisateur et scénariste Jaume Balagueró était invité à Paris en septembre 2017, lors de la 23ème édition de L'Etrange Festival. Le réalisateur de "La Secte sans nom", "Darkness", "Fragile" (Fragiles), "[●REC]", "[●REC]²", "Malveillance" , "REC 4 : Apocalypse" et "Muse" y a présenté une Carte Blanche de 5 de ses films favoris : "Elephant Man" de David Lynch, "La Grande bouffe" de Marco Ferreri, "La bouche de Jean-Pierre" de Lucile Hadzihalilovic, "Le Sacrifice" de Andreï Tarkovski et "Street Trash" de Jim Muro. Il est intervenu également lors d'un débat consacré aux 50 ans de l'incontournable Sitges Film Festival, dont des représentants étaient également invités pour mettre en avant plusieurs films (incluant l'excellent documentaire "Herederos de la bestia") dans le cadre d'un cycle spécial. Rencontre avec un cinéaste passionnant et passionné. 

Des enfants gâtés

De Bertrand Tavernier

1h49min46

Bernard Rougerie, un cinéaste célèbre, est marié à Catherine, une psychologue qui s'occupe d'enfants autistes. En crise de créativité, en perte d'émotions, Bernard quitte son environnement familial et loue un appartement dans le quartier de Grenelle, sans trop se soucier des charges très élevées que lui réclame son nouveau propriétaire. Dès le premier soir, Anne, sa voisine, une jeune chômeuse, sonne à sa porte. Les locataires ont décidé de se rebeller. Une réunion est organisée. Séduit par la jeune femme, qui ne tarde pas à devenir sa maîtresse, Bernard l'accompagne dans son combat...

Soigne ta droite

De Jean-Luc Godard

1h21min29

"L'idiot" dit aussi le "Prince" est un cinéaste réduit à faire des travaux alimentaires. Ainsi, il doit réaliser dans la journée, un film pour un commanditaire qui ne sait trop ce qu'il veut. Pour se tirer d'affaire, le "Prince" teste diverses fictions et nous en livre les ébauches, les ratures.

Au cas où je n'aurais pas la palme d'or

De Renaud Cohen

1h21min30

Simon, un cinéaste quadragénaire, tourne plus souvent en rond que des films. Suite à un pari avec un ami comédien, il se rase les cheveux et découvre une bosse au sommet de son crâne. Inquiet, il consulte des médecins qui ne le rassurent pas. Souffre-t-il d'une maladie grave ? En a-t-il encore pour longtemps à vivre ? Dans l'angoisse de savoir ce qui l'attend, il décide de tourner rapidement ce qui sera peut-être son dernier film.

L'Esprit du Loup

Katia Scarton-Kim

18min17

En avril 1933, les nazis sont au pouvoir en Allemagne depuis à peine deux mois. Toutes les libertés ont été supprimées et l’économie est en coupe réglée. Ministre de l’Information et de la propagande, Joseph Goebbels convoque dans ses appartements privés Fritz Lang qui vient de réaliser Le Testament du Docteur Mabuse. L’objet de la rencontre : convaincre l’homme le plus en vue du cinéma allemand de travailler pour le régime nazi.

David Lynch : The Art Life

Olivia Neergaard-Holm

1h28min22

Le film documentaire David Lynch: The Art Life est un portrait inédit de l’un des cinéastes les plus énigmatiques de sa génération. De son enfance idyllique dans une petite ville d’Amérique aux rues sombres de Philadelphie, David Lynch nous entraîne dans un voyage intime rythmé par le récit hypnotique qu’il fait de ses jeunes années. En associant les œuvres plastiques et musicales de David Lynch à ses expériences marquantes, le film lève le voile sur les zones inexplorées d’un univers de création totale.

His name was Jason : les 30 ans de Vendredi 13

De Daniel Farrands

1h26min30

C'est en 1980 que Jason Voorhees, l'un des plus célèbres tueurs en série de l'histoire du cinéma, fait sa première apparition à l'écran dans "Vendredi 13", un film à petit budget et sans vedette, signé Sean S. Cunningham.

Cette histoire terrifiante et sanglante qui narre les mésaventures de jeunes gens qui reviennent s'installer dans le camp de vacances de Crystal Lake, fermé depuis vingt ans après des événements tragiques, a été imaginée par le scénariste Victor Miller, qui s'est inspiré de "Psychose" et de ses terreurs d'enfance.

De gamin exclu en quête de vengeance, Jason deviendra au fil des épisodes le célèbre monstre au masque de hockey, icône de l'horreur et de la culture populaire américaine.

My Life Directed by Nicolas Winding Refn

Liv Corfixen

59min04

Liv Corfixen est femme de réalisateur. Une position qui n'est pas toujours aisée, et elle tient à nous le prouver dans un documentaire qu'elle a entièrement écrit et réalisé.
En obtenant le Prix de la mise en scène à Cannes en 2011 pour son film DRIVE, le Danois Nicolas Winding Refn jouit d'un statut de cinéste culte : adulé par le public, consacré par la critique, il a désormais pour principale préoccupation de rendre ce succès pérenne. Ainsi, lorsqu'il débute le tournage de son nouveau projet ONLY GOD FORGIVES en 2013, il s'inquiète : ce film, plus confidentiel, saura-t-il répondre aux attentes de ses spectateurs ?
Liv s'inquiète aussi, mais surtout pour son mari, ses enfants, et pour elle-même, car si Nicolas se jette à corps perdu dans son film, il semble toutefois mettre de côté sa propre famille.
Elle décide donc de prendre la caméra, et de faire de Nicolas un sujet d'observation, afin de nous offrir une vision large de la vie du réalisateur, un portrait à la fois intime et instructif, à mi-chemin entre le reportage et le making-of.

La Vie sur terre

De Abderrahmane Sissako

1h00min56

Le cinéaste mauritanien, qui vit en France, retourne a Sokolo, un petit village du Mali, retrouver son père.
Ses errances dans les ruelles sont le début d'une réfléxion sur la relation jamais apaisée entre l'Afrique et l'Europe. Parallèlement, il rencontre Nana et nouera avec elle une relation singulière.

La couleur selon Alfred Hitchcock

Linda Tahir Meriau

26min10

Au cours de la deuxième partie de sa carrière, Alfred Hitchcock est confronté au problème du développement du cinéma en couleur.

Plus longtemps que la plupart de ses confrères, il restera fidèle au noir et blanc avec des films comme Le Faux Coupable (The Wrong Man) et Psychose (Psycho).

Mais le cinéma en couleurs va néanmoins constituer pour lui un nouveau domaine d’expérimentation sur la manipulation des émotions des spectateurs.

Hitchcock étudie tous les détails qui ont trait à la couleur. Suivant le caractère du personnage, il lui attribue une teinte pour le caractériser, sans faire appel à une action ou un dialogue trop ouvertement explicatifs.

Les codes de couleurs lui permettent de lancer des signes, des avertissements aux spectateurs, sans pour autant dévoiler toutes ses intentions.

Dans Sueurs Froides (Vertigo), Pas de Printemps pour Marnie (Marnie), Les Oiseaux (The Birds), Psychose (Psycho) Hitchcock fait appel à la symbolique des couleurs pour appuyer l’idée maîtresse qui sous-entend ses films.  

Mohamed Chouikh - Algérie mon Amour

Linda Tahir

53min05

En 1965, Mohamed Chouikh joue dans l’une des premières grandes réalisations algériennes, L’Aube des Damnés de René Vautier et Ahmed Rachedi.

En 1966, il joue dans Le vent des Aurès de Lakhdar Hamina. Le film reçoit le prix de première oeuvre à Cannes.

Jusqu’en 1970, Mohamed Chouikh se consacre essentiellement à sa carrière d’acteur au théâtre et au cinéma.

C’est le film de Michel Drach, Elise ou la vraie vie d’après le roman de Claire Etcherelli qui le révèle au public Français.

Dans les années 70 Mohamed Chouikh devient réalisateur pour la télévision algérienne.

En 1989, il réalise La Citadelle, sélectionné dans plus de 70 festivals internationaux et remporte une vingtaine de prix.

Tewfik Farès : le western algérien

Linda Tahir

52min00

Tewfik Fares est né en Algérie à Bordj-Bou-Arréridj. Après des études supérieures à la Sorbonne, il devient l’un des pionniers des Actualités Algériennes. Il participe à la réalisation des tous premiers courts-métrages algériens.

Grande figure du cinéma consacré à la guerre de Libération, Tewfik Fares écrit les scénarios de deux longs-métrages réalisés par Lakhdar-Hamina : Le Vent des Aurès (1966) et Chronique des années de braise (1975), récompensé à Cannes. Il écrit et met en scène son premier et unique long-métrage pour le grand écran, Les Hors-la-Loi (1968), qui relate, à la manière des westerns hollywoodiens, la lutte menée contre l’autorité coloniale. Par la suite, il travaille pour la télévision. On lui doit entre autre l’émission « Télécité » diffusée sur France 3.