Documents pour «Méditerranée»

Laissez bronzer les cadavres

Hélène Cattet

1h30min33

La Méditerranée, l’été : une mer d’azur, un soleil de plomb… et 250 kilos d’or volés par Rhino et sa bande! Ils ont trouvé la planque idéale : un village abandonné, coupé de tout, investi par une artiste en manque d’inspiration. Hélas, quelques invités surprises et deux flics vont contrecarrer leur plan : ce lieu paradisiaque, autrefois théâtre d’orgies et de happenings sauvages, va se transformer en un véritable champ de bataille… impitoyable et hallucinatoire !

La vie adulte

De Jean-Baptiste Mees

56min11

Anthony habite une petite ville portuaire au bord de la méditerranée. À l’école, il apprend à réparer des bateaux, et, avec ses copains, il vit mille aventures et petites histoires. Le problème d’Anthony, c’est qu’il parle trop, qu’il bouge trop, qu’il se bat trop aussi. À l’approche de ses 18 ans et de l’examen du CAP, ses professeurs lui demandent de grandir, de devenir adulte. "Changer, c’est difficile" leur rétorque‐il. Pourtant, cet été, le jeune homme a découvert quelque chose à propos de lui‐même : sous l’eau, il est différent.

Le littoral méditerranéen à l'heure de l'Europe celtique - Chantier archéologique du Cailar

18min27

Comptoir économique très actif à l'âge du Fer, le site du Cailar prend
sa place dans un système commercial constitué de diverses plaques
tournantes, notamment Lattes ou Espeyran, sur le littoral méditerranéen
oriental. De 2003 jusqu'à ce jour, les vestiges de plusieurs dépôts
d’armes gauloises et de crânes humains formant un ensemble unique dans
le midi méditerranéen, et datés du 3ème siècle avant notre ère, ont été
découverts.

En moins de 20 minutes, ce document présente l'historique du chantier,
aborde quelques techniques de base de l'archéologie contemporaine, et
s'attache à décrire l'implication de l'Université Paul-Valéry, de
l'UMR5140 du CNRS et de leurs partenaires, enseignants-chercheurs,
étudiants et doctorants confondus, dans l'ouverture du chantier, le
suivi, le traitement des découvertes et la réécriture de l'histoire de
ce site protohistorique.

Estate

De Ronny Trocker

07min26

Sur une plage méditerranéenne ensoleillée, le temps semble figé. Un homme noir, à bout de force, rampe péniblement pour quitter la plage tandis qu'autour de lui, personne ne semble le voir. Librement inspiré d'une photo de Juan Medina, prise sur la plage de Gran Tarajal en Espagne, en 2007.

La Ciotat, un bateau dans la tête

De Richard Hamon

52min01

Les chantiers de La Ciotat ont été pendant des siècles le fleuron de l’activité navale lourde sur les côtes françaises de la Méditerranée.

Ils ont fait la prospérité de leur ville. Ils étaient le coeur économique, le poumon et le sang de La Ciotat.

À la fin des années 80, le gouvernement annonce l’inacceptable : la fermeture du chantier.

La Ciotat devient alors, pour de longues années, la scène d’un des plus grands mouvements ouvriers de l’histoire sociale en France : 10 années de lutte et d’occupation, pour que la ville garde son âme et ses bateaux.

6. Pluies intenses et crues éclairs en région méditerranéenne

Guy DELRIEU

11min12

Dans cette vidéo, Guy Delrieu explique ce que sont les pluies intenses et les risques de crues qui leur sont associés en région méditerranéenne. Il discute de leur modélisation, et de l'impact du changement climatique sur ces phénomènes extrêmes. Enfin, il évoque l'adaptation des populations à ces risques.

Porquerolles l'authentique Une île en hiver

Sophie Kerboul

14min42

L'île de Porquerolles est la plus grande de l'archipel des îles d'Hyères. Surnommée la perle rare, elle reçoit plus d'un million de visiteurs par an venus de toute l'Europe. L'île est envahie l'été et son activité est de plus en plus dédiée au tourisme.  Lorsque l'hiver arrive, les hôtels, les restaurants et les commerçants baissent le rideau. L'île est désertée. Pourtant quelques irréductibles aiment encore y vivre, et tiennent à conserver une vie de village. Îlien dans l'âme, ils ont voulu nous raconter pourquoi ils se battent pour maintenir une épicerie, l'école et la poste ouverts toute l'année. Une balade à Porquerolles en hiver, c'est la découverte du vrai Porquerollais.

Pelagos, nos voisins les cétacés

Sophie Kerboul

25min43

A seulement quelques miles de la Côte d'Azur, et c'est une réelle surprise, on peut voir des baleines, des cachalots, des grands dauphins.... Leur présence est de plus en plus fréquente surtout l'été. A tel point qu'il a été créé une zone de protection : le Sanctuaire Pélagos. Car ce sont des milliers de mammifères marins géants qui remontent à la surface et croisent la route de l'homme, dans une mer méditerranée ultra fréquentée.
Lorsque certains sont fascinés par leur présence et recherchent la rencontre, d'autre veulent à tout prix les protéger, alors comment s'entendre ? Et surtout comment se partager le territoire avec ses étranges voisins venus des profondeurs ?

Que sont les mondes anciens?

Sylvie PITTIA

07min34

Cette vidéo se concentre sur les caractéristiques des mondes « classiques », unifiés géographiquement autour de la Méditerranée et politiquement par l’émergence d’un mode d’organisation politique, la cité.
Cette vidéo est issue du MOOC "Découper le temps : les périodes de l'histoire".

Colloque "Civilisation(s) : la Méditerranée et au-delà" 3/3

3h05min46

Enregistrement issu de la troisième journée du colloque Civilisation(s), qui s'est tenu au MuCEM les 27-27-28 juin 2014.






Ce colloque international organisé par le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) et le Comité français d’histoire de l’art (CFHA), sous l’égide du Comité international d’histoire de l’art (CIHA) part d’une interrogation commune aux historiens de l’art et aux anthropologues sur ce qui définit et constitue les civilisations, les rapports qu’elles entretiennent entre elles et la part qui revient aux oeuvres d’art et aux objets de civilisation(s) dans ce contenu et ces échanges.

Comment l’histoire de l’art et l’anthropologie traitent-elles, chacune dans son champ disciplinaire et/ou en échangeant outils théoriques et méthodes, de ces questions particulièrement cruciales en un moment de l’Histoire où, alors que la globalisation met en exergue un discours de civilisation universelle, se raidissent pourtant les particularismes identitaires ?

Que cette rencontre internationale se tienne au MuCEM nous a incité à interroger la pluralité des civilisations, leur étude historique et anthropologique et leur présentation muséale à partir du cas de la Méditerranée. Cependant les questions qui sont traitées débordent largement les limites du bassin méditerranéen. Ont été pourtant privilégiées les propositions qui entretiennent avec le cas méditerranéen des rapports d’analogie (mer intérieure, monde insulaire, ports comme villes-mondes,
espace de civilisation comme lieu de rencontre de cultures, etc.) ou posent des points plus généraux de terminologie ou de méthodologie.

Si l’objectif de ce colloque est de réfléchir aux usages historiographiques du terme « civilisation », une série de questions porte sur les références identitaires aux civilisations dans l’histoire et dans le monde contemporain. Souvent détournées en crispations identitaires, en Méditerranée comme ailleurs, ces références n’en sont pas moins révélatrices de regards croisés ou, à tout le moins, de coexistences stimulantes. On a considéré l’espace méditerranéen comme espace de partage
de civilisation(s). La dialectique qui anime un tel espace peut-elle être envisagée comme celle d’une « communauté de traducteurs » ? Comment les paysages naturels et humanisés, l’architecture, l’urbanisme, les objets et le décor participent-ils d’imaginaires et de mythes entrecroisés dans la « longue durée » ?

Enfin, la tenue de ce colloque international au sein du MuCEM, un musée qui se consacre à l’étude et à l’exposition des « civilisations » de l’Europe et de la Méditerranée, engage à mener une réflexion de fond sur les distinctions et les recoupements que l’on peut établir entre « œuvres d’art » d’une part
et « objets de civilisation » qui n’ont pas d’intentionnalité esthétique d’autre part. Leur considération conjointe, dans un même espace muséographique, comme preuves substantielles des échanges entre les civilisations, semble devoir enrichir réciproquement les disciplines qui s’y confrontent.

Colloque "Civilisation(s) : la Méditerranée et au-delà" 1/3

6h12min57

Enregistrement issu de la première journée du colloque Civilisation(s), qui s'est tenu au MuCEM les 27-27-28 juin 2014.



Ce colloque international organisé par le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) et le Comité français d’histoire de l’art (CFHA), sous l’égide du Comité international d’histoire de l’art (CIHA) part d’une interrogation commune aux historiens de l’art et aux anthropologues sur ce qui définit et constitue les civilisations, les rapports qu’elles entretiennent entre elles et la part qui revient aux oeuvres d’art et aux objets de civilisation(s) dans ce contenu et ces échanges.

Comment l’histoire de l’art et l’anthropologie traitent-elles, chacune dans son champ disciplinaire et/ou en échangeant outils théoriques et méthodes, de ces questions particulièrement cruciales en un moment de l’Histoire où, alors que la globalisation met en exergue un discours de civilisation universelle, se raidissent pourtant les particularismes identitaires ?

Que cette rencontre internationale se tienne au MuCEM nous a incité à interroger la pluralité des civilisations, leur étude historique et anthropologique et leur présentation muséale à partir du cas de la Méditerranée. Cependant les questions qui sont traitées débordent largement les limites du bassin méditerranéen. Ont été pourtant privilégiées les propositions qui entretiennent avec le cas méditerranéen des rapports d’analogie (mer intérieure, monde insulaire, ports comme villes-mondes,
espace de civilisation comme lieu de rencontre de cultures, etc.) ou posent des points plus généraux de terminologie ou de méthodologie.

Si l’objectif de ce colloque est de réfléchir aux usages historiographiques du terme « civilisation », une série de questions porte sur les références identitaires aux civilisations dans l’histoire et dans le monde contemporain. Souvent détournées en crispations identitaires, en Méditerranée comme ailleurs, ces références n’en sont pas moins révélatrices de regards croisés ou, à tout le moins, de coexistences stimulantes. On a considéré l’espace méditerranéen comme espace de partage
de civilisation(s). La dialectique qui anime un tel espace peut-elle être envisagée comme celle d’une « communauté de traducteurs » ? Comment les paysages naturels et humanisés, l’architecture, l’urbanisme, les objets et le décor participent-ils d’imaginaires et de mythes entrecroisés dans la « longue durée » ?

Enfin, la tenue de ce colloque international au sein du MuCEM, un musée qui se consacre à l’étude et à l’exposition des « civilisations » de l’Europe et de la Méditerranée, engage à mener une réflexion de fond sur les distinctions et les recoupements que l’on peut établir entre « œuvres d’art » d’une part
et « objets de civilisation » qui n’ont pas d’intentionnalité esthétique d’autre part. Leur considération conjointe, dans un même espace muséographique, comme preuves substantielles des échanges entre les civilisations, semble devoir enrichir réciproquement les disciplines qui s’y confrontent.

Des murs contre l’immigration : de la Méditerranée à Calais

Gérard NOIRIEL

1h38min02

Plus de 3000 migrantes et migrants morts en Méditerranée depuis
quatre ans. Par ailleurs, après la fermeture du Centre de Sangatte en
2002 et la destruction des « jungles » en 2009, ce sont à nouveau près
de 3000 migrants qui attendent à Calais une occasion de passer en
Angleterre, dans des conditions de précarité extrême et d’indigne
insalubrité. Pour résoudre le problème, Bernard Cazeneuve a passé avec
son homologue anglaise un accord pour ériger autour du port de Calais
une palissade sécurisée, infranchissable.


Quels sont les enjeux d’une politique de l’immigration consistant à
élever des murs aux frontières de l’Europe ? Du mur sur l’Evros en Grèce
du Nord jusqu’aux barrières barbelées de Ceuta et Melilla en face de
Gibraltar.

Pour en discuter, venez en discuter lors d’un débat animé par Claude CALAME (EHESS) :


Gérard NOIRIEL (IRIS, EHESS)

Sara PRESTANI (Migreurop)

Philippe WANNESSON (Migreurop)