Documents pour «Sexualité»

SIFUD-PP Paris 2016 : Peut-on rééduquer un patient irradié pelvien ?

Sylvie BILLECOCQ

20min24

Conférence d'Experts de la SIFUD-PP du 22 Janvier 2016- Paris Titre : Peut-on rééduquer un patient irradié pelvien ? Auteur (s) : S. Billecocq (Paris)                     PROGRAMME VENDREDI 22 JANVIER 2016 08h50 OUVERTURE : J.F. HERMIEU INTRODUCTION : X. GAME MATIN : 9H – 12H30 TROUBLE DE LA STATIQUE PELVIENNE (PROLAPSUS-INCONTINENCE) Modérateurs : J.F. Hermieu (Paris) – M. LOOBUYCK (Paris) – R. De Tayrac (Nîmes) 09h00 - 09h30 CAS CLINIQUE : Trouble de la statique pelvienne chez l’obèse : M. Cosson (Lille)  09h30 - 09h50  Y-a-t-il une technique à privilégier chez l’obèse : X. Deffieux (Paris) 09h50 - 10h10  Faut-il se méfier des dysuriques ? : P. Costa (Nîmes) 10h10 - 10h30  Quelle chirurgie sur un urètre déjà opéré ? : J.F. Hermieu (Paris) PAUSE CAFE ET VISITE DES STANDS : 10H30 – 11H00 LE SUJET AGE Modérateurs : M. De Sèze (Bordeaux) – S. Conquy (Paris) – T. Thubert (Paris) 11h00 - 11h30 CAS CLINIQUE : L’autosondage est-il limité de 7 à 77 ans ? : P. Denys (Garches) 11h30 - 11h50 Comment prescrire un traitement anticholinergique ? : G. Robain (Paris) 11h50 - 12h10 Chirurgie de l’obstruction sous-vésicale de l’homme et pathologie neurologique (syndromes parkinsoniens, A.V.C.) : X. Gamé (Toulouse) 12h10 - 12h30 Utiliser un renforcement prothétique après 80 ans est-il raisonnable ? : B. Fatton (Nîmes) BUFFET ET VISITE DES STANDS : 12H30 – 13H45 APRES-MIDI : 13H45 – 17H00 RADIOTHERAPIE PELVIENNE Modérateurs : E. Bakker (Bruxelles) – N. Cornu (Rouen) – D. Salet-Lizée (Paris) 13h45 - 14h15 CAS CLINIQUE : Vessie radique, anticholinergique, toxine botulique ou entérocystoplastie ? : G. Karsenty (Marseille) 14h15 - 14h35 Peut-on rééduquer un patient irradié pelvien ? : S. Billecocq (Paris) 14h35 - 14h55 Comment prendre en charge la dysfonction sexuelle de l’irradié pelvien ? : F. Marcelli (Lille) 14h55 - 15h15 Traitement des fuites urinaires chez la femme irradiée : V. Phé (Paris) PAUSE-CAFE ET VISITE DES STANDS : 15H15 – 15H30 LE PATIENT A RSIQUE MEDICO-LEGAL Modérateurs : R. Villet (Paris) – X. Fritel (Poitiers) – J.J. Labat (Nantes) 15h30 - 16h00 CAS CLINIQUE : Comment le dépister et se prémunir ? : L. Boccon-Gibod (Paris) 16h00 - 16h20 Y-a-t-il des précautions particulières en cas d’abus sexuels ? : G. Robain (Paris) 16h20 - 16h40 Quels profils psychologiques à risque d’échec ? : G. Amarenco (Paris) 16h40 - 17h00 Comment bien gérer la complication ? : A.P. Davody(Paris) 17h00 CONCLUSION : X. GAME CLOTURE : J.M. SOLER L’auteur n’a pas transmis de conflit d’intérêt concernant les données diffusées dans cette vidéo ou publiées dans la référence citée. Réalisation, production : Canal U/3S http://www.sifud-pp.org/

SIFUD-PP Paris 2016 : Vessie radique, anticholinergique, toxine botulique ou entérocystoplastie ?

Gilles KARSENTY

27min03

Conférence d'Experts de la SIFUD-PP du 22 Janvier 2016- Paris Titre : Vessie radique, anticholinergique, toxine botulique ou entérocystoplastie ? Auteur (s) : G. Karsenty (Marseille)                     PROGRAMME VENDREDI 22 JANVIER 2016 08h50 OUVERTURE : J.F. HERMIEU INTRODUCTION : X. GAME MATIN : 9H – 12H30 TROUBLE DE LA STATIQUE PELVIENNE (PROLAPSUS-INCONTINENCE) Modérateurs : J.F. Hermieu (Paris) – M. LOOBUYCK (Paris) – R. De Tayrac (Nîmes) 09h00 - 09h30 CAS CLINIQUE : Trouble de la statique pelvienne chez l’obèse : M. Cosson (Lille)  09h30 - 09h50  Y-a-t-il une technique à privilégier chez l’obèse : X. Deffieux (Paris) 09h50 - 10h10  Faut-il se méfier des dysuriques ? : P. Costa (Nîmes) 10h10 - 10h30  Quelle chirurgie sur un urètre déjà opéré ? : J.F. Hermieu (Paris) PAUSE CAFE ET VISITE DES STANDS : 10H30 – 11H00 LE SUJET AGE Modérateurs : M. De Sèze (Bordeaux) – S. Conquy (Paris) – T. Thubert (Paris) 11h00 - 11h30 CAS CLINIQUE : L’autosondage est-il limité de 7 à 77 ans ? : P. Denys (Garches) 11h30 - 11h50 Comment prescrire un traitement anticholinergique ? : G. Robain (Paris) 11h50 - 12h10 Chirurgie de l’obstruction sous-vésicale de l’homme et pathologie neurologique (syndromes parkinsoniens, A.V.C.) : X. Gamé (Toulouse) 12h10 - 12h30 Utiliser un renforcement prothétique après 80 ans est-il raisonnable ? : B. Fatton (Nîmes) BUFFET ET VISITE DES STANDS : 12H30 – 13H45 APRES-MIDI : 13H45 – 17H00 RADIOTHERAPIE PELVIENNE Modérateurs : E. Bakker (Bruxelles) – N. Cornu (Rouen) – D. Salet-Lizée (Paris) 13h45 - 14h15 CAS CLINIQUE : Vessie radique, anticholinergique, toxine botulique ou entérocystoplastie ? : G. Karsenty (Marseille) 14h15 - 14h35 Peut-on rééduquer un patient irradié pelvien ? : S. Billecocq (Paris) 14h35 - 14h55 Comment prendre en charge la dysfonction sexuelle de l’irradié pelvien ? : F. Marcelli (Lille) 14h55 - 15h15 Traitement des fuites urinaires chez la femme irradiée : V. Phé (Paris) PAUSE-CAFE ET VISITE DES STANDS : 15H15 – 15H30 LE PATIENT A RSIQUE MEDICO-LEGAL Modérateurs : R. Villet (Paris) – X. Fritel (Poitiers) – J.J. Labat (Nantes) 15h30 - 16h00 CAS CLINIQUE : Comment le dépister et se prémunir ? : L. Boccon-Gibod (Paris) 16h00 - 16h20 Y-a-t-il des précautions particulières en cas d’abus sexuels ? : G. Robain (Paris) 16h20 - 16h40 Quels profils psychologiques à risque d’échec ? : G. Amarenco (Paris) 16h40 - 17h00 Comment bien gérer la complication ? : A.P. Davody(Paris) 17h00 CONCLUSION : X. GAME CLOTURE : J.M. SOLER L’auteur n’a pas transmis de conflit d’intérêt concernant les données diffusées dans cette vidéo ou publiées dans la référence citée. Réalisation, production : Canal U/3S http://www.sifud-pp.org/

SIFUD-PP Paris 2016 : Utiliser un renforcement prothétique après 80 ans est-il raisonnable ?

Brigitte FATTON

26min23

Conférence d'Experts de la SIFUD-PP du 22 Janvier 2016- Paris Titre : Utiliser un renforcement prothétique après 80 ans est-il raisonnable ? Auteur (s) : B. Fatton (Nîmes)                     PROGRAMME VENDREDI 22 JANVIER 2016 08h50 OUVERTURE : J.F. HERMIEU INTRODUCTION : X. GAME MATIN : 9H – 12H30 TROUBLE DE LA STATIQUE PELVIENNE (PROLAPSUS-INCONTINENCE) Modérateurs : J.F. Hermieu (Paris) – M. LOOBUYCK (Paris) – R. De Tayrac (Nîmes) 09h00 - 09h30 CAS CLINIQUE : Trouble de la statique pelvienne chez l’obèse : M. Cosson (Lille)  09h30 - 09h50  Y-a-t-il une technique à privilégier chez l’obèse : X. Deffieux (Paris) 09h50 - 10h10  Faut-il se méfier des dysuriques ? : P. Costa (Nîmes) 10h10 - 10h30  Quelle chirurgie sur un urètre déjà opéré ? : J.F. Hermieu (Paris) PAUSE CAFE ET VISITE DES STANDS : 10H30 – 11H00 LE SUJET AGE Modérateurs : M. De Sèze (Bordeaux) – S. Conquy (Paris) – T. Thubert (Paris) 11h00 - 11h30 CAS CLINIQUE : L’autosondage est-il limité de 7 à 77 ans ? : P. Denys (Garches) 11h30 - 11h50 Comment prescrire un traitement anticholinergique ? : G. Robain (Paris) 11h50 - 12h10 Chirurgie de l’obstruction sous-vésicale de l’homme et pathologie neurologique (syndromes parkinsoniens, A.V.C.) : X. Gamé (Toulouse) 12h10 - 12h30 Utiliser un renforcement prothétique après 80 ans est-il raisonnable ? : B. Fatton (Nîmes) BUFFET ET VISITE DES STANDS : 12H30 – 13H45 APRES-MIDI : 13H45 – 17H00 RADIOTHERAPIE PELVIENNE Modérateurs : E. Bakker (Bruxelles) – N. Cornu (Rouen) – D. Salet-Lizée (Paris) 13h45 - 14h15 CAS CLINIQUE : Vessie radique, anticholinergique, toxine botulique ou entérocystoplastie ? : G. Karsenty (Marseille) 14h15 - 14h35 Peut-on rééduquer un patient irradié pelvien ? : S. Billecocq (Paris) 14h35 - 14h55 Comment prendre en charge la dysfonction sexuelle de l’irradié pelvien ? : F. Marcelli (Lille) 14h55 - 15h15 Traitement des fuites urinaires chez la femme irradiée : V. Phé (Paris) PAUSE-CAFE ET VISITE DES STANDS : 15H15 – 15H30 LE PATIENT A RSIQUE MEDICO-LEGAL Modérateurs : R. Villet (Paris) – X. Fritel (Poitiers) – J.J. Labat (Nantes) 15h30 - 16h00 CAS CLINIQUE : Comment le dépister et se prémunir ? : L. Boccon-Gibod (Paris) 16h00 - 16h20 Y-a-t-il des précautions particulières en cas d’abus sexuels ? : G. Robain (Paris) 16h20 - 16h40 Quels profils psychologiques à risque d’échec ? : G. Amarenco (Paris) 16h40 - 17h00 Comment bien gérer la complication ? : A.P. Davody(Paris) 17h00 CONCLUSION : X. GAME CLOTURE : J.M. SOLER L’auteur n’a pas transmis de conflit d’intérêt concernant les données diffusées dans cette vidéo ou publiées dans la référence citée. Réalisation, production : Canal U/3S http://www.sifud-pp.org/

SIFUD-PP Paris 2016 : Chirurgie de l’obstruction sous-vésicale de l’homme et pathologie neurologique (syndromes parkinsoniens, A.V.C.)

Xavier GAME

26min59

Conférence d'Experts de la SIFUD-PP du 22 Janvier 2016- Paris Titre : Chirurgie de l’obstruction sous-vésicale de l’homme et pathologie neurologique (syndromes parkinsoniens, A.V.C.) Auteur (s) : X. Gamé (Toulouse)                     PROGRAMME VENDREDI 22 JANVIER 2016 08h50 OUVERTURE : J.F. HERMIEU INTRODUCTION : X. GAME MATIN : 9H – 12H30 TROUBLE DE LA STATIQUE PELVIENNE (PROLAPSUS-INCONTINENCE) Modérateurs : J.F. Hermieu (Paris) – M. LOOBUYCK (Paris) – R. De Tayrac (Nîmes) 09h00 - 09h30 CAS CLINIQUE : Trouble de la statique pelvienne chez l’obèse : M. Cosson (Lille)  09h30 - 09h50  Y-a-t-il une technique à privilégier chez l’obèse : X. Deffieux (Paris) 09h50 - 10h10  Faut-il se méfier des dysuriques ? : P. Costa (Nîmes) 10h10 - 10h30  Quelle chirurgie sur un urètre déjà opéré ? : J.F. Hermieu (Paris) PAUSE CAFE ET VISITE DES STANDS : 10H30 – 11H00 LE SUJET AGE Modérateurs : M. De Sèze (Bordeaux) – S. Conquy (Paris) – T. Thubert (Paris) 11h00 - 11h30 CAS CLINIQUE : L’autosondage est-il limité de 7 à 77 ans ? : P. Denys (Garches) 11h30 - 11h50 Comment prescrire un traitement anticholinergique ? : G. Robain (Paris) 11h50 - 12h10 Chirurgie de l’obstruction sous-vésicale de l’homme et pathologie neurologique (syndromes parkinsoniens, A.V.C.) : X. Gamé (Toulouse) 12h10 - 12h30 Utiliser un renforcement prothétique après 80 ans est-il raisonnable ? : B. Fatton (Nîmes) BUFFET ET VISITE DES STANDS : 12H30 – 13H45 APRES-MIDI : 13H45 – 17H00 RADIOTHERAPIE PELVIENNE Modérateurs : E. Bakker (Bruxelles) – N. Cornu (Rouen) – D. Salet-Lizée (Paris) 13h45 - 14h15 CAS CLINIQUE : Vessie radique, anticholinergique, toxine botulique ou entérocystoplastie ? : G. Karsenty (Marseille) 14h15 - 14h35 Peut-on rééduquer un patient irradié pelvien ? : S. Billecocq (Paris) 14h35 - 14h55 Comment prendre en charge la dysfonction sexuelle de l’irradié pelvien ? : F. Marcelli (Lille) 14h55 - 15h15 Traitement des fuites urinaires chez la femme irradiée : V. Phé (Paris) PAUSE-CAFE ET VISITE DES STANDS : 15H15 – 15H30 LE PATIENT A RSIQUE MEDICO-LEGAL Modérateurs : R. Villet (Paris) – X. Fritel (Poitiers) – J.J. Labat (Nantes) 15h30 - 16h00 CAS CLINIQUE : Comment le dépister et se prémunir ? : L. Boccon-Gibod (Paris) 16h00 - 16h20 Y-a-t-il des précautions particulières en cas d’abus sexuels ? : G. Robain (Paris) 16h20 - 16h40 Quels profils psychologiques à risque d’échec ? : G. Amarenco (Paris) 16h40 - 17h00 Comment bien gérer la complication ? : A.P. Davody(Paris) 17h00 CONCLUSION : X. GAME CLOTURE : J.M. SOLER L’auteur n’a pas transmis de conflit d’intérêt concernant les données diffusées dans cette vidéo ou publiées dans la référence citée. Réalisation, production : Canal U/3S http://www.sifud-pp.org/

SIFUD-PP Paris 2016 : Quelle chirurgie sur un urètre déjà opéré ?

Jean-François HERMIEU

26min50

Conférence d'Experts de la SIFUD-PP du 22 Janvier 2016- Paris Titre : Quelle chirurgie sur un urètre déjà opéré ? Auteur (s) : J.F. Hermieu (Paris)                     PROGRAMME VENDREDI 22 JANVIER 2016 08h50 OUVERTURE : J.F. HERMIEU INTRODUCTION : X. GAME MATIN : 9H – 12H30 TROUBLE DE LA STATIQUE PELVIENNE (PROLAPSUS-INCONTINENCE) Modérateurs : J.F. Hermieu (Paris) – M. LOOBUYCK (Paris) – R. De Tayrac (Nîmes) 09h00 - 09h30 CAS CLINIQUE : Trouble de la statique pelvienne chez l’obèse : M. Cosson (Lille)  09h30 - 09h50  Y-a-t-il une technique à privilégier chez l’obèse : X. Deffieux (Paris) 09h50 - 10h10  Faut-il se méfier des dysuriques ? : P. Costa (Nîmes) 10h10 - 10h30  Quelle chirurgie sur un urètre déjà opéré ? : J.F. Hermieu (Paris) PAUSE CAFE ET VISITE DES STANDS : 10H30 – 11H00 LE SUJET AGE Modérateurs : M. De Sèze (Bordeaux) – S. Conquy (Paris) – T. Thubert (Paris) 11h00 - 11h30 CAS CLINIQUE : L’autosondage est-il limité de 7 à 77 ans ? : P. Denys (Garches) 11h30 - 11h50 Comment prescrire un traitement anticholinergique ? : G. Robain (Paris) 11h50 - 12h10 Chirurgie de l’obstruction sous-vésicale de l’homme et pathologie neurologique (syndromes parkinsoniens, A.V.C.) : X. Gamé (Toulouse) 12h10 - 12h30 Utiliser un renforcement prothétique après 80 ans est-il raisonnable ? : B. Fatton (Nîmes) BUFFET ET VISITE DES STANDS : 12H30 – 13H45 APRES-MIDI : 13H45 – 17H00 RADIOTHERAPIE PELVIENNE Modérateurs : E. Bakker (Bruxelles) – N. Cornu (Rouen) – D. Salet-Lizée (Paris) 13h45 - 14h15 CAS CLINIQUE : Vessie radique, anticholinergique, toxine botulique ou entérocystoplastie ? : G. Karsenty (Marseille) 14h15 - 14h35 Peut-on rééduquer un patient irradié pelvien ? : S. Billecocq (Paris) 14h35 - 14h55 Comment prendre en charge la dysfonction sexuelle de l’irradié pelvien ? : F. Marcelli (Lille) 14h55 - 15h15 Traitement des fuites urinaires chez la femme irradiée : V. Phé (Paris) PAUSE-CAFE ET VISITE DES STANDS : 15H15 – 15H30 LE PATIENT A RSIQUE MEDICO-LEGAL Modérateurs : R. Villet (Paris) – X. Fritel (Poitiers) – J.J. Labat (Nantes) 15h30 - 16h00 CAS CLINIQUE : Comment le dépister et se prémunir ? : L. Boccon-Gibod (Paris) 16h00 - 16h20 Y-a-t-il des précautions particulières en cas d’abus sexuels ? : G. Robain (Paris) 16h20 - 16h40 Quels profils psychologiques à risque d’échec ? : G. Amarenco (Paris) 16h40 - 17h00 Comment bien gérer la complication ? : A.P. Davody(Paris) 17h00 CONCLUSION : X. GAME CLOTURE : J.M. SOLER L’auteur n’a pas transmis de conflit d’intérêt concernant les données diffusées dans cette vidéo ou publiées dans la référence citée. Réalisation, production : Canal U/3S http://www.sifud-pp.org/

SIFUD-PP Paris 2016 : Trouble de la statique pelvienne chez l’obèse

Michel COSSON

14min48

Conférence d'Experts de la SIFUD-PP du 22 Janvier 2016- Paris Titre : Trouble de la statique pelvienne chez l’obèse Auteur (s) : M. Cosson (Lille)                     PROGRAMME VENDREDI 22 JANVIER 2016 08h50 OUVERTURE : J.F. HERMIEU INTRODUCTION : X. GAME MATIN : 9H – 12H30 TROUBLE DE LA STATIQUE PELVIENNE (PROLAPSUS-INCONTINENCE) Modérateurs : J.F. Hermieu (Paris) – M. LOOBUYCK (Paris) – R. De Tayrac (Nîmes) 09h00 - 09h30 CAS CLINIQUE : Trouble de la statique pelvienne chez l’obèse : M. Cosson (Lille)  09h30 - 09h50  Y-a-t-il une technique à privilégier chez l’obèse : X. Deffieux (Paris) 09h50 - 10h10  Faut-il se méfier des dysuriques ? : P. Costa (Nîmes) 10h10 - 10h30  Quelle chirurgie sur un urètre déjà opéré ? : J.F. Hermieu (Paris) PAUSE CAFE ET VISITE DES STANDS : 10H30 – 11H00 LE SUJET AGE Modérateurs : M. De Sèze (Bordeaux) – S. Conquy (Paris) – T. Thubert (Paris) 11h00 - 11h30 CAS CLINIQUE : L’autosondage est-il limité de 7 à 77 ans ? : P. Denys (Garches) 11h30 - 11h50 Comment prescrire un traitement anticholinergique ? : G. Robain (Paris) 11h50 - 12h10 Chirurgie de l’obstruction sous-vésicale de l’homme et pathologie neurologique (syndromes parkinsoniens, A.V.C.) : X. Gamé (Toulouse) 12h10 - 12h30 Utiliser un renforcement prothétique après 80 ans est-il raisonnable ? : B. Fatton (Nîmes) BUFFET ET VISITE DES STANDS : 12H30 – 13H45 APRES-MIDI : 13H45 – 17H00 RADIOTHERAPIE PELVIENNE Modérateurs : E. Bakker (Bruxelles) – N. Cornu (Rouen) – D. Salet-Lizée (Paris) 13h45 - 14h15 CAS CLINIQUE : Vessie radique, anticholinergique, toxine botulique ou entérocystoplastie ? : G. Karsenty (Marseille) 14h15 - 14h35 Peut-on rééduquer un patient irradié pelvien ? : S. Billecocq (Paris) 14h35 - 14h55 Comment prendre en charge la dysfonction sexuelle de l’irradié pelvien ? : F. Marcelli (Lille) 14h55 - 15h15 Traitement des fuites urinaires chez la femme irradiée : V. Phé (Paris) PAUSE-CAFE ET VISITE DES STANDS : 15H15 – 15H30 LE PATIENT A RSIQUE MEDICO-LEGAL Modérateurs : R. Villet (Paris) – X. Fritel (Poitiers) – J.J. Labat (Nantes) 15h30 - 16h00 CAS CLINIQUE : Comment le dépister et se prémunir ? : L. Boccon-Gibod (Paris) 16h00 - 16h20 Y-a-t-il des précautions particulières en cas d’abus sexuels ? : G. Robain (Paris) 16h20 - 16h40 Quels profils psychologiques à risque d’échec ? : G. Amarenco (Paris) 16h40 - 17h00 Comment bien gérer la complication ? : A.P. Davody(Paris) 17h00 CONCLUSION : X. GAME CLOTURE : J.M. SOLER L’auteur n’a pas transmis de conflit d’intérêt concernant les données diffusées dans cette vidéo ou publiées dans la référence citée. Réalisation, production : Canal U/3S http://www.sifud-pp.org/

SIFUD-PP Paris 2016 : Ouverture de la journée et introduction

Xavier GAME

06min07

Conférence d'Experts de la SIFUD-PP du 22 Janvier 2016- Paris Titre : Ouverture de la journée et introduction Auteur (s) : J.F. Hermieu (Paris), X. Gamé (Toulouse)                       PROGRAMME VENDREDI 22 JANVIER 2016 08h50 OUVERTURE : J.F. HERMIEU INTRODUCTION : X. GAME MATIN : 9H – 12H30 TROUBLE DE LA STATIQUE PELVIENNE (PROLAPSUS-INCONTINENCE) Modérateurs : J.F. Hermieu (Paris) – M. LOOBUYCK (Paris) – R. De Tayrac (Nîmes) 09h00 - 09h30 CAS CLINIQUE : Trouble de la statique pelvienne chez l’obèse : M. Cosson (Lille)  09h30 - 09h50  Y-a-t-il une technique à privilégier chez l’obèse : X. Deffieux (Paris) 09h50 - 10h10  Faut-il se méfier des dysuriques ? : P. Costa (Nîmes) 10h10 - 10h30  Quelle chirurgie sur un urètre déjà opéré ? : J.F. Hermieu (Paris) PAUSE CAFE ET VISITE DES STANDS : 10H30 – 11H00 LE SUJET AGE Modérateurs : M. De Sèze (Bordeaux) – S. Conquy (Paris) – T. Thubert (Paris) 11h00 - 11h30 CAS CLINIQUE : L’autosondage est-il limité de 7 à 77 ans ? : P. Denys (Garches) 11h30 - 11h50 Comment prescrire un traitement anticholinergique ? : G. Robain (Paris) 11h50 - 12h10 Chirurgie de l’obstruction sous-vésicale de l’homme et pathologie neurologique (syndromes parkinsoniens, A.V.C.) : X. Gamé (Toulouse) 12h10 - 12h30 Utiliser un renforcement prothétique après 80 ans est-il raisonnable ? : B. Fatton (Nîmes) BUFFET ET VISITE DES STANDS : 12H30 – 13H45 APRES-MIDI : 13H45 – 17H00 RADIOTHERAPIE PELVIENNE Modérateurs : E. Bakker (Bruxelles) – N. Cornu (Rouen) – D. Salet-Lizée (Paris) 13h45 - 14h15 CAS CLINIQUE : Vessie radique, anticholinergique, toxine botulique ou entérocystoplastie ? : G. Karsenty (Marseille) 14h15 - 14h35 Peut-on rééduquer un patient irradié pelvien ? : S. Billecocq (Paris) 14h35 - 14h55 Comment prendre en charge la dysfonction sexuelle de l’irradié pelvien ? : F. Marcelli (Lille) 14h55 - 15h15 Traitement des fuites urinaires chez la femme irradiée : V. Phé (Paris) PAUSE-CAFE ET VISITE DES STANDS : 15H15 – 15H30 LE PATIENT A RSIQUE MEDICO-LEGAL Modérateurs : R. Villet (Paris) – X. Fritel (Poitiers) – J.J. Labat (Nantes) 15h30 - 16h00 CAS CLINIQUE : Comment le dépister et se prémunir ? : L. Boccon-Gibod (Paris) 16h00 - 16h20 Y-a-t-il des précautions particulières en cas d’abus sexuels ? : G. Robain (Paris) 16h20 - 16h40 Quels profils psychologiques à risque d’échec ? : G. Amarenco (Paris) 16h40 - 17h00 Comment bien gérer la complication ? : A.P. Davody(Paris) 17h00 CONCLUSION : X. GAME CLOTURE : J.M. SOLER L’auteur n’a pas transmis de conflit d’intérêt concernant les données diffusées dans cette vidéo ou publiées dans la référence citée. Réalisation, production : Canal U/3S http://www.sifud-pp.org/

2015 - L’homosexualité a-t-elle des bases biologiques

1h15min36

« L’homosexualité a-t-elle des bases biologiques ? ». Conférence du Professeur Jacques Balthazart qui a eu lieu le 9 décembre à 18h à la Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales (amphithéâtre René CASSIN) dans le cadre du cycle : " Quand les scientifiques observent le sexe ". Jacques  Balthazart  est  Professeur  Émérite  au Grappe Interdisciplinaire de Génoprotéomique Appliquée (GIGA) Neurosciences de l’Université de Liège. Il étudie  depuis plus  de  40  ans  les  mécanismes neuroendocriniens   et   neurochimiques de contrôle du comportement sexuel. Il s’intéresse spécialement  à  la  différenciation  sexuelle, c’est  à  dire  aux  mécanismes  qui  pendant  le développement  déterminent  les  différences  comportementales, neuroanatomiques et neurochimiques entre mâles et femelles. Il a dans ce cadre publié plus de 400 articles scientifiques dans des revues internationales. Il a organisé de nombreuses conférences internationales sur ces thèmes, fait partie du comité de rédaction de plusieurs journaux scientifiques et est actuellement co-éditeur en chef de la revue Frontiers in Neuroendocrinology. Sa conférence a pour but d’exposer les résultats de recherches en biologie indiquant que les effets des hormones embryonnaires, eux-mêmes sous le contrôle partiel de facteurs génétiques, jouent probablement  un  rôle  prépondérant  dans  le  déterminisme  de l’orientation sexuelle. Il passera tout d’abord en revue les études animales  qui  démontrent  formellement  que  de  nombreuses différences entre mâles et femelles sont le résultat de l’action des hormones testiculaires pendant la vie embryonnaire. Dans un deuxième stade, il montrera que ces mêmes hormones sont toujours  bien  présentes  et  actives  dans  l’espèce  humaine  et déterminent  les  différences  sexuelles  morphologiques  ainsi que  certaines  différences  comportementales  entre  hommes  et femmes. Enfin une troisième partie passera en revue les Études cliniques et diverses Études épidémiologiques qui suggèrent très fortement que ces mécanismes hormonaux jouent également un rôle important dans le déterminisme de l’orientation sexuelle.

"Vers une dénaturalisation du genre, de la sexualité et de la famille ?", semi-plénière avec la participation de Louise Dejeans, Éric Fassin et Irène Théry

Eric FASSIN

1h39min20

Vers une dénaturalisation du genre, de la sexualité et de la famille ?
Coordination : Salima Amari (RT24, université Paris 8, CRESPPA-GTM) et Gilda Charrier (RT33, Université de Bretagne Occidentale, LABERS)
Intervenant.e.s :
- Louise Dejeans, Université Paris Descartes, CERLIS.
- Éric Fassin, Professeur, Université de Paris 8, LEGS : « Ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre. Du PaCS au "mariage pour tous" »
- Irène Théry, directrice d’Études à l’EHESS, Centre Norbert Elias : « Les métamorphoses de l’institution de la parenté face aux deux formes de naturalisation de la famille »


Cette table ronde se propose d’interroger les conceptions de la famille aujourd’hui en France en termes de rapports sociaux de sexe et de genre à l’aune des débats publics lors du vote de la loi relative à l’ouverture du mariage aux couples de même sexe. Dans quelle mesure le débat autour du mariage pour tous remet-il en cause la place constitutive de la différence des sexes dans le fondement de la famille ? Comment une telle conception redessine-t-elle le lien entre mariage et droits reproductifs ? Il paraît pertinent de porter une attention particulière à la diversité des modèles familiaux qu’auraient révélés et ramenés sur le devant de la scène publique les débats qui ont eu lieu. Il s’agira en outre de rendre compte des types de résistance, de dérogation à la norme dominante, dont relèvent ces modèles familiaux, ainsi que de la redéfinition de la famille qu’ils impliquent.

If You Love Me... The Little Death

De Josh Lawson

1h32min16

Dans un quartier apparemment banal, de nombreuses histoires s'entrecroisent. Une femme qui voudrait exaucer des fantasmes particulièrement osés et son compagnon qui lutte pour les assouvir.
Un homme qui débute une liaison secrète avec sa propre femme, sans que celle-ci ne se doute de la véritable identité de son amant.
Un couple qui tente de se reconstruire après une expérience sexuelle qui a dérapé. Une femme qui n'éprouve du plaisir que dans la souffrance de son époux.
Une téléopératrice prise au milieu d'un appel sulfureux et chaotique. Et le nouveau voisin, incroyablement charmant, qui se retrouve au centre de toutes les attentions.

Prends-moi

Anaïs Barbeau-Lavalette

10min15

Un employé d'un centre pour handicapés est confronté à ses principes lorsqu'il doit accomplir une tâche particulière.

Jeux chantés des filles baka

Suzanne FURNISS

24min08

Jeux chantés des filles baka (rushes nettoyés), Messéa, Cameroun, février 1999




Caméra :

Claire Lussiaa-Berdou

Réalisation:

Suzanne Fürniss

© 2005, CNRS-LMS-MNHN (SMM n°0533/CA)




Les jeunes filles baka du Cameroun ont un répertoire musical qui leur est réservé: be na sòlò, "chants-danses de jeu". Par le chant et la danse, l'activité musicale participe à leur construction en tant que futures femmes. Les danses mettent en œuvre des chorégraphies portant particulièrement sur l'assouplissement du bas du dos et du bassin avec, parfois, des entrechocs des bassins ou des gestes suggestives des mains. Les thématiques des chants, outre l'amour et la séduction, sont à forte connotation sexuelle. Toutefois, les deux ne sont pas forcément concomitants dans les différents chants et danses.

Le film montre l'enchaînement de treize chants dansés (dont un en deux versions) auquels s'ajoutent à la fin deux autres chants provenant du répertoire de divertissement rituel, mèngbaa, destiné à être chanté lors des cérémonies de circoncision.

Chapitres :

be na solo, “Chants de jeu”

01 nga tè mako "Nous aimons Mako et Kele": Deux lignes de filles, une debout derrière une autre agenouillée. Les mouvements sont des exercices d'assouplissement du bassin avec appui par les mains des filles debout. Ces mouvements ressemblent de beaucoup aux exercices de préparation à l'accouchement en contexte occidental.

Deux lignes de filles enlacées face-à-face. Jetée des pieds en avant.

02 dipa lale 1 "Une crotte mon enfant, une crotte de Roussette" : Première version du chant 2. dipa lale dipa likpongolo "La crotte de mon enfant, la crotte de la Roussette"

Les petites filles qui jouent à la maman avec une poupée de bananier, font semblant que les crottes d'oiseau ou de chauve-souris sont les crottes de leur enfant et s'exercent avec elles au maniement de la machette et au geste du nettoyage du sol.

03 dipa lale 2 "Une crotte mon enfant, une crotte de Roussette" : Deuxième version du chant 2. dipa lale dipa likpongolo "La crotte de mon enfant, la crotte de la Roussette"

Pour les difficultés d'une mère adolescente en milieu pygmée, cf. le film d'Alain Epelboin, 1995 Gbédélé, femme, fille et mère. Mongoumba, RCA 1993. Film 20 mn. Paris: Lacito et CNRS Audovisuel.

Deux lignes de filles enlacées face-à-face. Trois jetées des pieds en arrière suivies d'un entrechoc des bassins.

04 bifunga, "La boucle d'oreille des aînées" : Chant 3. bifunga kobo "La boucle d'oreille des aînées"

La séduction passe par la beauté du corps et de ses ornements – boucles d'oreilles et colliers, mais aussi les dents taillées en pointe et les visages et les épaules tatoués. Les Aka de Centrafrique possèdent les mêmes canons de beauté, cf. les films d'Alain Epelboin :

- 1988 Les dents sculptées. Mongoumba, RCA 1988. Film 13 mn. Paris: Lacito, CNRS Audiovisuel et La Cathode Vidéo.

- 1989 Femmes pays. Akungu, RCA 1988. Film 22 mn. Paris: Lacito, CNRS Audiovisuel et La Cathode Vidéo.

05 mènje tulu, , "Mènje, mon chéri, j'ai envie de toi, eh, garçon, tu seras mon mari”:

Chant 4. mènje tulu na bemba tangi, mènje beu, mènje kò bo "Mènje, mon doux chéri, j'ai envie de toi. Mènje, eh, garçon, c'est toi le mari"

Les mots doux sont souvent pris dans l'environnement naturel. Le champignon de termitière est particulièrement apprécié pour son goût sucré et cette qualité désigne facilement l'être désiré.

Deux lignes de filles enlacées face-à-face font des allers-retours en se suivant. Les filles qui avancent, fléchissent et tendent successivement les genoux en basculant le bassin d'avant en arrière. C'est la chorégrapie la plus répandue dans ce répertoire

06 ti a sòlè : Chant 5. ti a sòlè nè, ma jalèjalèjalè ma gò kpimbim etis "L'épine m'a piquée ici. Je boîte, je tombe: pique !"

En deux parties : Eloignement des lignes, puis rapprochement face-à-face. Sautillement sur place, puis entrechoc des bassins. C'est un des chants ou le geste corrobore les paroles.

07 mènje kòle : Chant 6. mènje kòlè na wanja dò ja le wosè "Mènje, mon amant de mari, viens me prendre pour femme"

Le terme "wanja" utilisés dans ce chant montre bien que l'on se situe dans cet espace expérimental avant le mariage puisqu'il signifie "concubinage" et désigne également l'"amant, l'amante" et la "fiancé(e)".

Deux lignes de filles enlacées face-à-face font des allers-retours en se suivant. Les filles qui avancent, fléchissent et tendent successivement les genoux en basculant le bassin d'avant en arrière. C'est la chorégrapie la plus répandue dans ce répertoire.

08 Aya ia : Chant 7. Aya ia

Les paroles ne sont pas connues. C'est une très belle polyphonie qui illustre le timbre strident du chant dans une tessiture très aigüe, style vocal spécifique aux femmes Baka.

Deux lignes de filles face-à-face, enlacées par les épaules. Les genoux en flexion-suspension constante, elles posent la tête sur une épaule, puis sur l'autre.

10 Atibo, "Allez, viens vers moi, allons nous coucher ! Prends ton macabo": Chant 10. i dò mu gò ni alati, jaja ko manga atibo "Allez, viens vers moi, allons nous coucher. Vas-y, Atibo, saisis ton macabo"

Le macabo, taro camerounais, est l'image utilisée pour désigner un pénis mou.

Deux lignes de filles enlacées face-à-face font des allers-retours en se suivant. Les filles qui avancent, fléchissent et tendent successivement les genoux en basculant le bassin d'avant en arrière. C'est la chorégrapie la plus répandue dans ce répertoire.

11 é é é : Les paroles ne sont pas connues

Après une disposition en deux lignes enlacées, les filles se détachent les unes des autres et battent des mains pendant que deux danseuses solistes s'accrochent par un pied et tournent sur elles-mêmes. Couples de solistes en alternance. Elles battent la pulsation avec le geste qui signifie l'acte sexuel.

12 Misèl, "Michel, donne-moi mon argent" : Chant 11. misèl tòpe moni a le "Michel, donne-moi mon argent"

Allusion à l'argent de la compensation matrimoniale que le jeune homme doit fournir à sa belle-famille et à sa fiancée.

Disposition en cercle détaché. Elles battent des mains pendant que deux danseuses solistes dansent l'une vers l'autre au centre du cercle. Couples de solistes en alternance.

13 ma nde kòle, "Je n'ai pas un mari lettré qui m'ait demandé": Chant 12. ma nde kòle mekana ayi lè "Le mari qui m'a demandé n'est pas lettré"

Ce chant est probablement emprunté aux Kako.

Disposition en cercle détaché. Elles battent des mains pendant que deux danseuses solistes dansent l'une vers l'autre au centre du cercle. Couples de solistes en alternance. Elles battent la pulsation avec le geste qui signifie l'acte sexuel.

14 alum adòndò, "J'introduis l'aiguille : pique !" :

Chant 13. alum adòndò "J'injecte l'aiguille"

Ce chant est en langue ewondo : alum atos ma alum adòndò "Pchic! J'injecte l'aiguille"

Disposition en cercle détaché. Les filles battent des mains pendant que l'une d'elles va de l'une à l'autre et l'invite à bouger le bassin et à battre la pulsation avec le geste qui signifie l'acte sexuel. C'est un des chants ou le geste corrobore les paroles.

be na beka, “Chants de circoncision” :

15 aso mala nde, “Ami, ne joue pas à l’indifférent, prends la femme par le bras” :

Chant de divertissement rituel mèngbaa, destiné à être exécuté lors de la cérémonie de circoncision.

La chorégraphie est ici différente de celle des chants de jeu : les lignes de filles se suivent et la participation est ouverte aux plus petits, y compris aux petits garçons.

16 panda bide namo, "On fait lit à part" :

Chant de divertissement rituel mèngbaa, destiné à être exécuté lors de la cérémonie de circoncision : panda bide namu "Deux lits pour toi" = "Faisons lit à part"

La chorégraphie est ici différente de celle des chants de jeu : les lignes de filles se suivent et la participation est ouverte aux plus petits, y compris aux petits garçons.