Documents pour «santé publique»

Sans principe ni précaution : le distilbène

Stéphane Mercurio

59min26

160 000 "enfants distilbène", dont 80 000 femmes, qui ont les pires difficultés du monde à avoir des enfants : tel est le bilan de la prescription, à partir des années 40 et jusque dans les années 70, du distilbène. Médicament "miracle", cette hormone de synthèse était censée éviter les fausses couches. Or, ses conséquences se sont révélées dramatiques. Ce film retrace l'histoire de ce désastre. Il croise les itinéraires de plusieurs femmes avec le rôle des médecins, des laboratoires et des pouvoirs publics. Il y est question de pensée dominante, d'intérêts économiques, de solidarité de corps, de culpabilité aussi... Car, si elle est moins médiatique que celle du sang contaminé, l'affaire du distilbène affecte encore aujourd'hui de nombreuses femmes qui ont de grandes difficultés pour devenir mères et dont la souffrance n'est ni comprise ni reconnue.

Le vivant en ville : Gilbert Gault (VetAgro Sup)

32min18

Intervenant : Gilbert
Gault, VetAgro Sup - USC Gestion des rongeurs sauvages
Présentation de recherches autour
de l’ouvrage « Le vivant en ville. Nouvelles émergences » articulé
autour de 4 sujets : gouvernance,
intensité urbaine, agriculture en ville, animalité urbaine. Gilbert Gault présente ses travaux sur les risques de santé et sécurité liés aux facteurs environnement en ville (faune sauvage, animaux domestiques, végétalisation).

Exposome : exploration and contribution to Public Health

57min24

Intervenant : Robert Barouki, Inserm,
directeur de l’UMR Toxicologie, pharmacologie et signalisation cellulaire


Rappel du concept d’exposome et des différents
moyens de l’explorer (différentes échelles, de l’échelle géographique à
l’échelle moléculaire). Exemples à partir des 3 grands projets européens sur le
sujet (HEALS, Exposomics, Helix). Importance de ce concept en santé publique et
dans la prévention générale et individuelle (médecine de précision).

Endocrine disruptors and the concept of sentinel species

1h01min53

Intervenant : Bernard Jégou, École des
hautes études en santé publique, dir. de la recherche - INSERM, Directeur de
l’UMR IRSET


- Rappels historiques des
différents alertes sur l’existence d'une "perturbation endocrinienne"
avec des exemples sur la faune sauvage et sur des espèces domestiques. Question
du lien entre les observations sur l’animal et sur l’homme : concept d’espèces
sentinelles.

- Controverses sur
l’utilisation de l’animal « modèle », du choix de l’espèce
« sentinelle ». Quelles sont les « prédictions » possibles ?


- Comparaison entre les étapes linéaires du
développement des médicaments et le casse-tête de l'évaluation du risque des
perturbateurs endocriniens.

2018 - Perception musicale : sommes nous tous des experts ?

1h19min32

PERCEPTION MUSICALE :
SOMMES-NOUS TOUS DES
EXPERTS ?


Une conférence avec Barbara Tillmann
Université de Lyon CNRS/INSERM


Des recherches sur la perception musicale montrent que même les auditeurs non musiciens deviennent sensibles aux régularités du système musical par simple exposition aux pièces musicales dans la vie de tous les jours.
Ces connaissances musicales se révèlent très élaborées ; elles influencent la perception des sons et permettent la compréhension des structures musicales.
Par contre, pour quelques personnes, la musique ne fait pas de sens : elles sont incapables de reconnaître une chanson familière sans paroles ainsi que de détecter une fausse note ou quand quelqu’un chante faux (y compris eux-mêmes). Ces personnes sont atteintes d’“amusie congénitale”, un déficit musical sans d’autres déficits cognitifs ou auditifs.
Étudier comment le cerveau traite la musique (dans son fonctionnement normal et déficitaire) est devenu l’objet d’un nombre grandissant de recherches qui, avec les recherches étudiant la perception du langage, contribuent à notre compréhension du fonctionnement du cerveau.
Barbara Tillmann est directrice de recherches au CNRS et anime l’équipe
«cognition auditive et psychoacoustique» au sein du centre de recherche en neurosciences de Lyon.
Après avoir effectué sa thèse à l’Université de Bourgogne, elle part en stage post doctoral aux États-Unis avant de revenir à Lyon. Elle s’attache à décrypter les mécanismes cognitifs et neuronaux permettant au cerveau humain de percevoir la musique. Elle étudie plus particulièrement les phénomènes d’amusie congénitale qui touchent environ 4% de la population. Elle a également contribué à révéler le rôle bénéfique de la musique dans le traitement de certains troubles cognitifs (dyslexie, dysphasie). Elle a participé à plus de 120 publications dans des revues internationales de très haut niveau comme Nature, Journal of Neuroscience, Neuropsychology. Elle est l’auteur d’un livre et a écrit des chapitres dans 21 ouvrages très diffusés. Chose remarquable, elle a obtenu la médaille de bronze puis d’argent du CNRS respectivement en 2004 puis 2016.
Elle collabore avec de nombreux laboratoires et notamment avec l’Université de Sydney où elle est très impliquée dans les thèmes de recherche et dans l’enseignement.

2017 - Maladie d’Alzheimer : pouvons-nous changer la trajectoire ?

52min04

« Maladie d’Alzheimer : pouvons-nous changer la trajectoire? »


Avec Philippe Amouyel :


Philippe Amouyel est médecin et chercheur, Professeur d’Epidémiologie et de Santé Publique à l’Université de Lille. Il exerce au Centre Hospitalier et Universitaire de Lille. Depuis 20 ans, il dirige une unité de recherche consacrée à la santé publique et à l’épidémiologie moléculaire des maladies liées au vieillissement. Il a publié plus de 700 articles scientifiques dans des revues internationales et a participé à la découverte des 35 locus génétiques prédisposant à la maladie d’Alzheimer sporadique. Il est un des scientifiques les plus cités dans le monde sur ce sujet. Il a dirigé de 2002 à 2011 l’Institut Pasteur de Lille. Depuis 2008, il dirige la Fondation National de Coopération Scientifique sur la maladie d’Alzheimer et les affections apparentées. Il préside l’Initiative Européenne de Programmation Conjointe sur la recherche sur les maladies neurodégénératives qui fédère les efforts de recherche de 30 pays dont le Canada et l’Australie. Depuis 2012, il est à la tête du laboratoire d’excellence Distalz qui réunit sept des meilleures équipes françaises sur cette pathologie.

 

Entre 2010 et 2015 le nombre d’hommes et de femmes atteints de maladie d’Alzheimer a progressé de plus de 10 millions dans le monde. Un nouveau cas est diagnostiqué toutes les 4 secondes. Face à cette progression constante liée à l’augmentation massive de notre espérance de vie, les chercheurs sont tous mobilisés pour découvrir des solutions. Ils doivent s’attaquer à l’atteinte de l’organe le plus complexe de l’Homme, notre cerveau. Le défi est immense face à une maladie qui s’étend sur plusieurs dizaines d’années. Aussi en attendant la découverte de nouveaux traitements, est-il important d’examiner si des actions préventives sont d’ores et déjà possibles. Il est aussi essentiel que nous nous préparions tous à accepter et à aider au mieux dans notre vie quotidienne l’arrivée d’un nombre croissant d’hommes et ces femmes que leurs symptômes empêcheront de profiter au mieux de la fin de leur existence. Pour faciliter cette acceptation, une application pour tablettes interactives a été créée afin de nous sensibiliser et de nous préparer à ces évolutions.

2017 - La musique un stimulant pour nos neurones

1h18min07

« La musique, un stimulant pour nos neurones » 




Avec J-C. Beauvillain:




Chercheur en neurosciences, directeur de recherche INSERM


La musique est vraisemblablement apparue en même temps que l’homme. Toutes les peuplades, ethnies, civilisations ont leur musique. Ces musiques présentent évidemment des différences mais on retrouve dans toutes des éléments communs appelés « universaux ». Nous verrons comment la musique atteint notre cerveau en partant de l’oreille jusqu’au cortex auditif, comment elle est analysée, mise en mémoire et pourquoi elle nous procure des émotions. Dans un deuxième temps, nous aborderons comment la pratique de la musique peut modifier notre cerveau. Nous terminerons sur l’intérêt que peut avoir la musique dans certaines pathologies.




Ponctuée d’interventions et Mini concert de L’Orchestre Universitaire de Lille

Le 7 novembre à 18h00

À l’auditorium du Palais des Beaux-Arts au 18 bis Rue de Valmy à Lille (Métro Ligne 1 – arrêt République Beaux-Arts)

Ouvert à tous

2017 - Comprendre le cerveau et son vieillissement

1h47min43

« COMPRENDRE LE CERVEAU ET SON VIEILLISSEMENT NORMAL ET PATHOLOGIQUE » une conférence avec Florence Pasquier et Luc Buée Florence Pasquier est PU-PH, responsable du Centre Mémoire de ressources et de recherches au CHU de Lille, qui est aussi centre de référence national pour les Alzheimer jeunes. Elle est reconnue mondialement pour ses travaux sur la mémoire dans la maladie d’Alzheimer et les dégénérescences fronto-temporales. Elle coordonne à Lille le LiCEND, un des sept centres d’excellence français sur les maladies neurodégénératives et elle est vice-présidente de la commission scientifique spécialisée de l’Inserm en Neurosciences. Florence Pasquier parlera des nouvelles données sur la maladie d’Alzheimer, qui se développe dans le cerveau bien avant d’en ressentir les premiers symptômes, ce qui ouvre une large fenêtre thérapeutique, et soulève des questions éthiques mais aussi beaucoup d’espoir. Elle abordera les facteurs de risque et la prévention, ainsi que les mesures d’accompagnement mises en oeuvre par les différents plans gouvernementaux. Luc Buée est directeur de recherches au CNRS, Directeur du Centre de Recherches Jean-Pierre Aubert et responsable de l’équipe “Alzheimer & Tauopathies” à l’Université de Lille. Les travaux qu’il mène depuis 25 ans sur la physiopathologie de la maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées lui ont valu une reconnaissance internationale indiscutable. Son groupe est une des unités fondatrices du laboratoire d’excellence DISTALZ sur la maladie d’Alzheimer et du centre d’excellence sur les maladies neurodégénératives de Lille (LiCEND). Luc Buée est vice-présidentde la Société française des Neurosciences. Luc Buée nous parlera du cerveau : son fonctionnement, ses particularités et son exploration. Il nous expliquera comment les progrès scientifiques ont permis de mieux comprendre le cerveau et ses pathologies. Il terminera son intervention sur l’exemple de la maladie d’Alzheimer et comment cette dernière affecte le fonctionnement du cerveau.

2017 - Le traitement des accidents vasculaires cérébraux

1h40min46

8 mars 2017 : « Le traitement des accidents vasculaires cérébraux » par les Professeurs Didier Leys et Jean-Pierre Pruvo

Quelles adaptations globales seront nécessitées par la e-santé

Denis GARCIA

18min56

L’objectif de cette intervention est de présenter les adaptations globales qui seront nécessitées par la e-santé : Ce panorama général des grandes adaptations est basé sur les éléments dont dispose le LEEM (Les Entreprises du Médicament) et sur les actions qu’il a été mené en matière de  e-santé jusqu’à présent. Sans vouloir lister l’intégralité des grandes adaptations que nécessitera la e-santé, la présentation montrera l’étendue des champs d’application qui sont révélés au fur et à mesure de la révolution numérique. 

Technologies digitales pour le développement clinique

Christel ERALES

26min10

L’arrivée à maturité d’un certain nombre de technologies permet de considérer leur usage pour améliorer la rapidité, les coûts et la qualité du développement clinique pharmaceutique. Nous donnerons quelques exemples où les technologies numériques peuvent y être appliquées.    

Suivi de patients atteints de polyarthrite rhumatoïde : intérêt d'une application pour Smartphone

Yves-Marie PERS

14min06

La polyarthrite rhumatoïde (PR) est le rhumatisme inflammatoire le plus fréquent de l'adulte, touchant près de 0,4% de la population générale. Elle représente un véritable enjeu de santé publique, par sa fréquence et son coût direct (lié aux nouveaux traitements par biothérapies, environ 10 000 euros/patient/an), mais aussi son coût indirect (arrêts maladie, mises en invalidité reliés aux poussées douloureuses ou aux déformations irréversibles). Les recommandations internationales préconisent un contrôle strict (rémission ou activité faible) de la maladie, pour éviter l'apparition de destructions articulaires afin de réduire l'impact fonctionnel de la maladie à long terme et d'améliorer la qualité de vie des patients. Cette prise en charge repose sur un suivi rapproché nécessitant des visites régulières auprès du médecin spécialiste ce qui représente un coût supplémentaire (transport, visites). Dans ce contexte, la télé-médecine est de plus en plus évoquée comme une approche complémentaire dans la prise en charge de ces patients chroniques. En effet, celle-ci peut permettre le suivi à domicile des patients à l’aide d’outils d’auto-évaluation de la maladie (auto-questionnaires RAPID3, HAQ et DAS28). Des économies de santé en termes de réductions de nombre de visites médicales et du nombre de déplacements peuvent donc être envisagées.   L’application smartphone « SATIE-PR », que nous avons développé conjointement avec la société BodySens, constitue un outil original de télémédecine dédié à la PR. Il permet un suivi personnalisé des patients et contient une interface à la fois ludique et facile d’utilisation mais exhaustive incluant des questionnaires de qualité de vie (HAQ, SF12, EQ5D), des données d’auto-évaluation de l’activité (RAPID3) ainsi qu’une mesure simple de la force de préhension de la main.