Documents pour «Musique»

Chronique des Pygmées Bakoya 2006 : premiers baptêmes d'un pasteur pygmée

Beatriz SOENGAS

19min58

Premiers baptêmes d'un pasteur pygmée, Imbong (Ogooué-Ivindo, Gabon), juillet 2006                            
Jean-Jacques Tansi est le premier pasteur pygmée bakoya du Gabon de l'Eglise de la Bonne Semence, l'une des deux églises évangélistes du village d'Imbong (l'autre étant l'Alliance chrétienne). Il officie ici ses premiers baptêmes par immersion complète de Bakoya, mais également de Mwesa du même village. Les Bakoyas vivent dans le village d'Imbong avec des Mwesa, des Kwele, des Kota et des Ongom, parlant tous des langues bantoues différentes. 

Le pasteur immergé jusqu'au ventre, aidé d'un assistant bascule les candidats en arrière sous l'eau, après leur avoir fait boucher le nez avec la main droite, l'autre main tenant l'avant bras droit.

La cérémonie se déroule dans la rivière Itaba non loin du village. C'est un lieu de baignade pour se laver, laver le linge ou pour jouer. C'est aussi un espace des esprits autochtones de l'eau et de la forêt que le rituel chrétien a pour but de tenir à distance.

Acteurs : Jean-Jacques Tansi, le pasteur et les habitants bakoya, kwele et mwesa d’Imbong

Réalisation, caméra, son, montage : Beatriz Soengas

2006 Beatriz Soengas, SMM CNRS-MNHN & MINAPYGA & UOB Libreville

Chronique des Pygmées Bakoya 2006 : sortie de réclusion de la mère des jumeaux

Beatriz SOENGAS

15min39

Cette cérémonie se déroule à Ibéa (Ogooué-Ivindo) pour fêter la fin de la réclusion d'une mère de jumeaux. Les villageois considèrent les jumeaux comme des génies et attribuent également des pouvoirs à leurs parents. Après l'accouchement la mère reste recluse chez elle pendant un laps de temps qui peut durer parfois plusieurs mois.


Lors de cette fête officialisant la fin de l'enfermement, les parents se préparent soigneusement (tressage, épilation, ...) avec l'aide des membres de leur famille et des offrandes sont adressées aux jumeaux, toujours à part égale pour conjurer le malheur.

A single life

Marieke Blaauw

02min18

En écoutant un mystérieux 45-tours, Pia peut soudain voyager dans le fil de son existence.

Tsigamania, être gitan et français

Anne-Marie CHELALA

12min08

A Pérenchies, 10 mn  de Lille vit une famille gitane, d’ origine hongroise, de 150 personnes, sans nation ni territoire les roms ont su conserver un mode de vie imprégné de valeurs et de coutumes de vie traditionnelles et singulières... Tradition qui ne freine pourtant en rien ni une volonté d’ouverture vers l’extérieur, ni une soif de reconnanssance de leur culture et de leur autonomie... Face à un environnement souvent désinformé et méfiant, les gitans de Pérenchies ont donc recours à diverses stratégies visant à la reconnaissance sociale et à l’intégration par le biais notament de la musique.

Anne-Marie Chelala, Sasha Donaki, Linda Osusky. Merci à tous les gitans de Pérenchies

Jine bana : la possession au quotidien (Beledugu, Mali 1995)

Laurent Berger

51min10

Suivi de malades et de thérapeutes soignés par l'invocation d'esprits tutélaires, des djinns.

Du savon dans les yeux, toilette d’une fillette au sein peul bande, Ibel février 1990

Alain EPELBOIN

16min07

Du savon dans les yeux, toilette d’une fillette au sein peul bande, Ibel, région de Kédougou Sénégal Oriental, février 1990

Une mère du village peut bandé d'Ibel au Sénégal oriental procède à la toilette de sa petite fille de neuf mois. Elle la savonne intégralement de la tête aux pieds, puis la rmce à la main. Elle la talque et l'essuie avec un pagne.

Le bébé porte différents colliers et boucles d'oreilles et sa mère explique leur provenance et la raison pour laquelle il les porte. Après l'avoir habillé, elle lui donne le sein. Puis elle le fait danser sur ses genoux en chantant. Le soir, le bébé dort serré dans un pagne au dos de sa mère qui danse.
Avec : Adama Diallo, la maman, Aïssatou Camara, sa fille, les voisines et amies du quartier
Traduction à Paris : Souleymane Balde, Mamadou Sylla, Mamadou Saliou Diallo, Sylvie Bouvier
Montage : Alain Epelboin, Reno Epelboin
Auteur-réalisateur : Alain Epelboin médecin ethnologue CNRS Paris & Sylvie Epelboin, gynécologue obstétricienne spécialiste d'infertilité Hôpital Bichat APHP Paris
Document réalisé au cours d'une mission du Centre National de la Recherche Scientifique et du Muséum National d'Histoire Naturelle en accord avec le Ministère sénégalais de la recherche scientifique.
1993 Epelboin A. Ailleurs, la toilette d'un enfant L'école des parents 11/93 pp 39-43
1983 Epelboin A. Savoirs médicaux et phytopharmacopées des Fulbé bandé et des Nyokholonké (Sénégal oriental): essai d'ethnomédecine. Volume 1. Doctorat de 3ème cycle en ethnologie, 2 vol (573p + 371p.) Université Paris V, 1983.

1982 Epelboin A., Epelboin S. Ethnobotanique médicinale fulbé bandé et nyokholonké Document du C.R.A. (Centre de recherches anthropologiques du Musée de l'Homme), 350 p.

1981 Epelboin A. Selles et urines chez les Fulbé bandé du Sénégal oriental. Un aspect particulier de l'ethnomédecine. Cah. ORSTOM, sér. Sci. Hum., vol. XVIII, n°4, 1981-1982: 515-530.

1982 Sylvie Epelboin La femme en état : représentations populaires de la fécondité en milieu rural africain. Thèse de doctorat en médecine Paris VI, 199 pages. (L'exemple des Peuls Bandé du Sénégal Oriental)

Petits moments dans une famille de musiciens sérers (Toilette, danse et guérissage), Joal, décembre 2009

Alain EPELBOIN

14min23

décembre 2009, Joal, Sénégal
01 Toilette et façonnage d'un nouveau né sous le regard de ses "tantes"
02 Danse, jeu et sexe pour rire
03 Jouer pour apprendre à danser
04 Soigner des yeux par extraction du mal

Acteurs
- Ndey Degen, le nouveau-né fille et sa maman Mariama
- Aissatou, la laveuse, grand mère et ses deux plus jeunes enfants Fama et Mama
- Souley Thiam, le grand-père, griot et guérisseur, et sa cliente souffrant des yeux
- des voisines
Auteur -réalisateur - caméra : Alain Epelboin
Montage : Alain Epelboin, Annie Marx, Jean-Louis Durand

Chronique pygmées Bakoya de Mékambo, Gabon, avril 2006 : représentation des épidémies de maladie à virus Ebola de 2001-2002

Alain EPELBOIN

08min21

Que reste-t-il dans les mémoires en 2006 de l'épidémie d'Ebola de 2001-2002 à Mékambo au gabon ? En particulier chez les Bakoya, Pygmées, peuple autochtone de la région dont les chasseurs sont réputés
À la sous-préfecture de Mékambo, deux affiches sont exposées dans le hall : l'une d'un parc national avec des têtes de gorilles en très gros plan, l'autre consacrée à Ebola et indiquant les mesures et comportements à prendre, pour éviter de se contaminer.

Angeste Étienne, chanteur et joueur réputé de harpe cithare enye interprête à son domicile la chanson sur Ebola qu'il a inventé lors de l'épidémie.

" Les jeunes filles ! Gardez le corps ! Ebola arrive !". traduisent Toum Bernard et Mbouaza Ginère, évangéliste, tous deux originaires d'Imbong. Ils rappellent l'horreur qui les a saisis.

Toum Bernard : -Pour moi c'était la première fois d'entendre parler d'Ebola et c'était aussi pour moi très horrible. de voir comment les médecins manipulaient les corps.

Là nous les parents ! Non ! Les parents des décédés ! Non, non, non ! Ils n'avaient plus le pouvoir, de manipuler les corps.

Mbouaza Ginère, évangéliste : - Comment se fait il que c'est une épidémie. Et puis en prenant, quand le corps meurt, il faut absolument que les parents puissent voir comment, à enterrer le corps.

Mais ce qui était horrible, c'était pourquoi ? C'était parce que, quand la personne trouve la mort, au lieu que c'est les parents qui prennent le corps, ce sont les médecins eux-même qui prennent le corps. Et des fois, d'autres corps ont disparu !

Toum Bernard : - Mais leur cimetière (tombe) , on ne connait pas. On ne connait pas où se trouvent de ces corps là aujourd'hui.

Mbouaza Ginère, évangéliste : - Après un momet donné, les familles qui ont perdu les parents ont été satisfaits par l'argent.

Donc il a fallu que l'état gabonais pense aux familles qui ont perdu les parents pour leur donner de l'argent...


Acteurs par ordre d'apparition :

Angetse Etienne, joueur d'enyele

Lebomin Sylvie, ethnomusicologue

Toumoro Bernard

Mbouaza Ginère, évangéliste

Epelboin Alain, médecin anthropologue
Caméra-son- réalisation :
Epelboin Alain

A little musical day

De Julien Roby

13min24

Monsieur Jean Clément vient d'être embauché dans une entreprise globale de services.
Son patron, en guise de bienvenue, l'accompagne à son nouveau bureau, sans se rendre compte (sans comprendre même ce que Jean Clément lui dit !) que l'homme qu'il vient d'engager n'est absolument pas informaticien comme ce petit chef s'obstine à le croire.
Dès lors que le musicien qu'est en réalité Monsieur Jean Clément pénètre dans le monde de l'entreprise et qu'il s'occupe de la maintenance des ordinateurs, que peut-il arriver ? Une catastrophe généralisée ? Peut-être bien, mais ce sera en musique !  

Les rites de l’enfance à La Réunion : Sévé mayé

Laurence POURCHEZ

14min30

La cérémonie dite des "cheveux maillés", présente à l’île de La Réunion dans la majeure partie de la population, permet d’observer comment, au travers des différentes versions d’un rite de la petite enfance, les réunionnais affirment, par la recherche puis le refus d’une mémoire ancestrale, une nouvelle identité créole. Cette pratique rituelle apparaît comme le support d’une gestion de l’ethnicité particulière qui tient compte des diverses origines des habitants de l’île par la manifestation possible d’ancêtres issus des différents groupes en présence. Mais au delà de ce "marquage ancestral ", la pluralité des communautés concernées exprime la mixité, l’interpénétration des différents groupes, et révèle un processus de créolisation qui reconnaît les données issues des différentes origines ethniques des réunionnais, les intègre et les "mixe" selon un modèle nouveau, original et syncrétique.

Physique & Musique

51min36

Les instruments de l'orchestre : à chacun son timbre, une seule physique !
Que peut-il y avoir de commun entre un violon et une trompette ? Il s'agit de sons entretenus, au contraire de ceux de la guitare ou du piano. Pour un physicien, ceci est absolument essentiel, l'exposé expliquera pourquoi, et tentera d'en tirer les caractéristiques musicales qui en découlent. Mais l'ensemble des instruments ont aussi des points communs. L'exposé essaiera aussi d'expliquer ce que sont les modes de vibration, et leur rapport avec les sons. Des illustrations sonores (sons d'instruments réels ou virtuels) seront présentées.
Conférence grand public destinée aux esprits curieux  !
Conférence organisée le 15 avril 2014, par la Société Française de
Physique et l'Université de Toulon au Palais Neptune de Toulon. Animée
par Monsieur Jean KERGOMARD, CNRS, Laboratoire de mécanique et
d'acoustique de Marseille.

Making-of Robin Forester et Too Soft

Benjamin Bourgeois

09min10

Making of de la soirée de concert de Robin Foster et Too Soft, organisé dans le cadre de la licence professionnelle TAIS/CIAN.
Atelier « spécialisation son », « préparation d’un plateau musical »
Pour en savoir plus retrouver cette vidéo sur l'aire d'U, la plateforme de diffusion multimédia de l'université Rennes 2.
http://www.lairedu.fr/making-of-robin-foster-et-too-soft/