Documents pour «terrorisme»

Torture et temporalité thérapeutique dans une clinique de réhabilitation pour les survivants de la torture au Danemark

1h45min50

Séminaire Violence et sortie de la violence - Jeudi 17 mai 2018





Au
cœur du processus thérapeutique réside l’idée d’une guérison plus ou
moins lente ou l’attente, au moins, d’une amélioration mesurable. Que se
passe-t-il cependant si les traitements, même durables, ne parviennent
pas à améliorer la vie ou la santé des patients ? De ce point de vue,
les douleurs chroniques, les maladies longues ou incurables comptent
parmi les défis auxquels est confrontée la médecine conventionnelle.
Pourtant, parmi les professionnels de santé ayant travaillé avec des
victimes de torture ou de violence politique, il est tacitement admis
que, si une amélioration est possible à travers des traitements
hautement spécialisés et fondés sur des éléments de preuves comme le
PTSD (Posttraumatic Stress Disorder), la torture pose un
problème particulier pour ceux qui travaillent à améliorer la santé
globale et le bien-être des personnes touchées.

 

Basé sur une enquête de terrain menée dans une clinique de réadaptation
pour les survivants de torture au Danemark, cette présentation soutient
que certaines formes de souffrance posent un défi spécifique à la
dynamique temporelle de la guérison. Cette présentation aborde les
difficultés à traiter des séquelles durables de la torture comme un
problème renvoyant à un registre éthique et une question de temporalité.
C’est en croisant ces deux dimensions qu’il est possible de dégager une
piste pour comprendre les difficultés à offrir un réconfort à la
douleur qui découle de la torture. En s’appuyant sur l’hypothèse de Toby
Kelly selon laquelle le manque de reconnaissance de la torture ne
réside pas dans l’incapacité des victimes à parler mais de notre volonté
de les écouter, les difficultés rencontrées pour traiter des séquelles à
long-terme des tortures nous informent directement sur les possibilités
de reconstruction d’une vie décente que les pays d’accueil sont en
mesure d’offrir aux réfugiés ayant subis la torture dans leur pays
d’origine ou au cours de leur périple vers l’Europe.

Intervenante

Lotte Buch Segal est professeure assistante au département d'anthropologie de l'Université de Copenhague et membre de l’International Panel on Exiting Violence.
Ses recherches portent sur les questions de la résistance, de la
violence et de la subjectivité au sein des familles arabes touchées par
les conflits, tant celles qui vivent dans le monde arabe que celles
réfugiées en Europe.Dans ce cadre, elle a notamment travaillé sur la
Palestine et, plus spécifiquement, sur les familles des prisonniers
palestiniens et de ceux que certains désignent comme des "martyrs". Son
premier ouvrage No Place for Grief-Martyrs, Prisoners and Mourning in Contemporary Palestine
est paru en 2016. Une autre partie de ses recherches porte sur la
dimension genrée de l'expérience de la torture. Elle rédige actuellement
les conclusions d'un projet collectif intitulé  "Slippery Suffering: A
comparative ethnographic study on the encounters between survivors of
violence from the MENA region and the Scandinavian welfare states". Ce
projet repose sur l'idée que les réfugiés vivent différemment avec leurs
expériences de guerre, de violence et de torture passées en fonction
des différentes manières dont ils sont accueillis et reconnus en
Scandinavie. La séance du séminaire s'appuiera sur les perspectives
ouvertes par cette dernière enquête.

Le terrorisme islamiste au Sahel

1h41min17

Avec
Marc-Antoine Pérouse de Montclos, Politiste, Directeur de recherche, IRD

 « Le djihad au Sahel : local ou global ? » et

Elodie Apard, Historienne, Directrice de l'IFRA-Nigeria 

« De la secte au Califat : analyse sémantique de l'évolution de Boko Haram ».
AUDIO UNIQUEMENT

Aux yeux de tous

De Cédric Jimenez

1h15min55

673 000 caméras de surveillance et des millions de webcams en France. Un hacker anonyme a piraté toutes les caméras de Paris et observe la ville à son insu. Petits délits et moments d'intimité volés, il voit tout. Jusqu’au jour où un attentat dévaste la gare d’Austerlitz. La police se met sur la piste d’un groupe satellite d’Al-Qaïda. Le hacker réussit, lui, à trouver les images de l’explosion et découvre que c’est un jeune couple qui a posé la bombe… A l’aide des caméras de la ville, il décide de traquer les coupables. Sans le savoir il va mettre le doigt dans un terrible engrenage.

Un monde sans esprit. La fabrique des terrorismes.

Roland Gori

1h00min39

Le terrorisme rationnel des machines et des algorithmes, la marchandisation de la culture, du soin et de l’éducation, tendent à priver les citoyens et les peuples de leurs passés comme de leurs avenirs. Grandes sont alors les tentations de renouer avec les racismes et les populismes nationaux, tribaux ou religieux. Le politique est en panne d’imagination autant que de courage. Il a pris le teint gris et résigné des marchés auxquels il s’est asservi. Dans ce monde de papier où règnent les chiffres et les abstractions, rien ne vit, rien ne désire, sauf les passions tristes de la haine et de l’oppression. Les fascismes émergent de ces idéologies meurtrières et exténuées. Ils les barbouillent aux sombres couleurs d’un autre âge, les rythment aux chants funèbres qui recouvrent les sirènes, toujours incertaines et imprévisibles, de l’amour et de la création. Pourtant, jamais autant qu’aujourd’hui, face à la prolétarisation généralisée de l’existence, les peuples ne se sont montrés affamés de nouvelles forces symboliques, de nouvelles fictions, pour vivre, désirer et rêver ensemble. Un message d’espoir parcourt l’ouvrage « Un monde sans esprit », au coeur de cette hégémonie culturelle désastreuse, et des crimes de masse qu’elle favorise, l’attente d’un nouveau pacte d’humanité s’exprime. Il exige, d’abord et avant tout, de réconcilier la politique et la culture, de sortir du «siècle de la peur» et de renouer avec l’expérience sensible d’une nouvelle révolution symbolique, qui donne au monde et à l’existence ce sens et cette cohérence politique et poétique dont nous sommes aujourd’hui orphelins.

Sabotage Sabotage

De Alfred Hitchcock

1h15min41

Carl Verloc, un homme en apparence tranquille, propriétaire d'un cinéma londonien, vit avec sa femme Sylvia et le frère de celle-ci, un enfant nommé Steve. Carl, qui cache des activités terroristes, provoque une panne d'électricité dans la ville, mais celle-ci ne provoque pas la panique escomptée. Il demande ensuite au jeune Steve de transporter une bombe.

La femme à abattre

De Guy Pinon

1h22min47

Alors qu'il enquête sur un terroriste, un policier découvre que sa propre femme est non seulement le témoin numéro un, mais aussi la maitresse du terroriste. Face à ce cruel dilemme, il va devoir choisir entre la raison d'état et ses propres sentiments. Sa femme est-elle la femme à abattre ? Et pour qui ?  

Captive

De Brillante Mendoza

1h57min17

Thérèse Bourgoine est une citoyenne française qui travaille comme humanitaire bénévole pour une ONG sur l’île de Palawan aux Philippines. Alors qu’elle apporte des provisions au siège de l’ONG à Puerto Princesa en compagnie d’une autre bénévole philippine, les deux femmes sont kidnappées avec une vingtaine d’autres touristes étrangers par le groupe Abu Sayyaf, des musulmans terroristes qui se battent pour l’indépendance de l’île de Mindanao…

La chute de la Maison Blanche Olympus Has Fallen

De Antoine Fuqua

1h54min44

Mike Banning, ancien garde du corps du président des États-Unis, s’occupe désormais des basses besognes des services secrets. Lorsqu’un commando nord-coréen lance une attaque sur la Maison Blanche, prenant en otage le président américain et son fils, il se retrouve seul à pouvoir leur venir en aide. Deux ans après avoir été tenu responsable de la mort accidentelle de la Première Dame, il va pouvoir faire preuve de sa loyauté et de sa bravoure.

Jean Jacques De Felice, Avocat Militant Des Droits de l'homme

40min56

A l'occasion de la sortie du numéro de  la revue "Matériaux pour l'histoire de notre temps" (BDIC, 2015), les historiennes Sylvie Thénault et  Liora Israël, et l'archiviste, Bassirou Barry, développent quelques thématiques autours du parcours de l'avocat militant des droits de l'homme, décédé en 2008, Jean-Jacques de Félice, dont les archives, déposées à la BDIC, témoignent de ces combats : Avocat de militants du FLN (dont Ben Bella) durant la guerre d'Algérie, avocat d'une figure de la lutte anti-apartheid, comme Nelson Mandela, avocat de leaders indépendantistes kanaks, comme Jean-Marie Tjibaou, ou avocat de terroristes d'extrême-gauche des années 1970 (Brigades Rouges, Bande à Baader), Jean-Jacques de Félice était par ailleurs avocat des militants de la non violence, en particuliers des objecteurs de conscience. De nombreux extraits d'entretiens réalisés du vivant de l'avocat alternent avec les analyses des historiennes relatives à ces apparents paradoxes. Outre la question de la guerre d'Algérie et de la violence politique, le sens de l'engagement par le biais du droit est également questionné : le droit "chiffon de papier", ou le droit comme une arme de lutte ?  Des expériences comme celle du "Mouvement d'action judiciaire" qui regroupait des juristes comme J.J. de Félice, Henri Leclerc, ou Michel Tubiana sont abordées ainsi que la question de la désobéissance civile, de la mobilisation sur le plateau du Larzac et de combats des années 2000, de l'emprisonnement de José Bové aux actions pour le droit au logement (occupation de l'immeuble de la rue du dragon). Les droits de l'homme, sont un fil conducteur de tous ces engagements (Jean-Jacques de Félice fut vice-président de la LDH), sans compter des motivations plus personnelles, comme les croyances religieuses (l'éducation protestante de l'avocat le rapprochait d'une certaine façon de militants du FLN pour qui les convictions religieuses musulmanes étaient importantes).

April Rain

De Luciano Saber

1h33min15

Lorsque des complots terroristes visent à attaquer les États-Unis de l'intérieur, une unité spéciale d'enquête quasi-militaire doit identifier, infiltrer et neutraliser la menace...

Taj Mahal

De Nicolas Saada

1h29min06

Louise a dix-huit ans lorsque son père doit partir à Bombay pour son travail. En attendant d’emménager dans une maison, la famille est d’abord logée dans une suite du Taj Mahal Palace. Un soir, pendant que ses parents dînent en ville, Louise, restée seule dans sa chambre, entend des bruits étranges dans les couloirs de l’hôtel. Elle comprend au bout de quelques minutes qu’il s’agit d’une attaque terroriste. Unique lien avec l’extérieur, son téléphone lui permet de rester en contact avec son père qui tente désespérément de la rejoindre dans la ville plongée dans le chaos.

Extraction

De Steven C. Miller

1h32min53

Un ex agent de la CIA travaille avec son fils au développement d'une arme fatale...